Gantz : Israël mènera une action militaire contre l’Iran nucléaire si nécessaire
Rechercher

Gantz : Israël mènera une action militaire contre l’Iran nucléaire si nécessaire

Le ministre de la Défense a déclaré que si le Hezbollah et le Hamas frappaient des villes israéliennes, Israël frapperait à son tour les stocks de missiles dans les zones civiles

Benny Gantz : "Une société fragmentée dont les membres se sentent aliénés et marginalisés est une société prête à s'attaquer à ceux qu'elle tient pour responsables de ses problèmes". (Gili Yaari/Flash90)
Benny Gantz : "Une société fragmentée dont les membres se sentent aliénés et marginalisés est une société prête à s'attaquer à ceux qu'elle tient pour responsables de ses problèmes". (Gili Yaari/Flash90)

Le ministre de la Défense Benny Gantz a déclaré qu’Israël gardait ouverte la possibilité de prendre des mesures contre le projet nucléaire de Téhéran si nécessaire.

« Israël a un objectif clair : que l’Iran ne soit pas une puissance nucléaire. Ce n’est pas seulement un intérêt israélien. C’est avant tout un intérêt mondial et régional », a déclaré M. Gantz lors d’une interview accordée à la télévision égyptienne diffusée dimanche.

« Tsahal et la Défense israélienne gardent la possibilité de prendre des mesures contre le projet nucléaire iranien si c’est ce qui doit être fait », a-t-il déclaré, selon des citations tirées de l’interview fournie par son bureau. « J’espère qu’on n’en arrivera pas là. »

Israël a mené à deux reprises des frappes militaires contre les programmes nucléaires de ses ennemis – l’Irak en 1981 et la Syrie en 2007 – dans le cadre de ce qui est connu comme la doctrine Begin, qui soutient que Jérusalem ne permettra pas à un pays ennemi d’obtenir l’arme atomique.

Gantz a également déclaré que l’obtention par l’Iran de capacités nucléaires conduirait à une course aux armements au Moyen-Orient, et que le soutien de Téhéran au groupe terroriste libanais Hezbollah et aux Houthis au Yémen nécessitait également une action.

Deux combattants du Hezbollah près de roquettes Katyusha dans le village d’Ein Qana, dans le sud du Liban, au mois d’avril 2016. (Crédit : AP Photo/Mohammed Zaatari, file)

« Un Iran nucléaire conduirait à une course à l’armement nucléaire dans tout le Moyen-Orient. Le régime est fondamentaliste et radical et veut en fin de compte obtenir la capacité nucléaire non seulement pour l’avoir, mais surtout pour le levier qu’elle lui donnerait en matière de dissuasion nucléaire », a déclaré Gantz à Arabic Alghad TV.

« Je veux que le public en Iran me comprenne : Je n’ai rien contre eux. Les citoyens iraniens méritent une vie normale comme tous les autres êtres humains. Mais le soutien du régime au terrorisme, au Hezbollah, aux Houthis exige des actions », a-t-il déclaré.

Gantz a également déclaré que toute guerre future supposerait que le Hezbollah et le Hamas tirent des missiles sur des civils israéliens et qu’Israël devrait éventuellement réagir en frappant des stocks de missiles dans des zones civiles.

« Quand je vous dis que je sais qu’il y a des maisons au Liban qui ont des chambres d’hôtes de missiles, ce n’est pas seulement un slogan. C’est la réalité sur le terrain », a déclaré M. Gantz. « À terme, nous devrons attaquer les missiles qui sont stockés au sein des populations civiles. C’est un renseignement vérifié, et nous avons vu les répercussions de cette pratique imprudente du Hezbollah dans le port de Beyrouth. »

Les conséquences d’une explosion massive dans Beyrouth, au Liban, le 4 août 2020. (AP Photo/Hassan Ammar)

Le groupe terroriste a été accusé d’avoir stocké le nitrate d’ammonium qui a causé l’explosion meurtrière dans la capitale libanaise l’année dernière.

Gantz a également exprimé l’espoir de voir se poursuivre les accords de normalisation entre Israël et les pays arabes, désignant l’Arabie saoudite comme un pays aux « nombreuses capacités ». En outre, le ministre de la Défense a déclaré qu’il y avait un besoin de contact direct entre Israël et les Palestiniens.

« Il n’y a aucune raison que la richesse des pays arabes et les liens commerciaux avec eux ne puissent pas être partagés par les Palestiniens aussi. Je pense que nous devons être en contact direct. Il faut dix minutes de route entre Jérusalem et Ramallah. Il est regrettable que nous voyagions si loin plutôt que de trouver un moyen de nous rencontrer ici même », a déclaré M. Gantz.

L’interview, réalisée la semaine dernière, a été diffusée dimanche, quelques heures après la visite de Gantz à l’unité de l’armée israélienne chargée de mener des opérations bien au-delà des frontières du pays, d’examiner les plans opérationnels, selon son bureau, dans une menace apparente pour l’Iran.

Le Corps des profondeurs de l’armée israélienne est une unité multidisciplinaire officieuse responsable des opérations militaires au-delà des frontières d’Israël, et ses activités sont presque toujours confidentielles. Si Tsahal devait mener une frappe contre l’Iran, l’unité jouerait probablement le rôle central dans la préparation et l’exécution de celle-ci.

Cette visite a eu lieu quelques jours après que le chef d’état-major de Tsahal, Aviv Kohavi, a déclaré dans un discours qu’il avait ordonné aux forces armées d’élaborer de nouveaux plans pour mener une frappe contre l’Iran afin d’empêcher la République islamique d’obtenir l’arme nucléaire. Le chef de l’armée a également critiqué l’intention du président américain Joe Biden de revenir à l’accord nucléaire avec l’Iran si Téhéran se remettait à respecter l’accord, déclarant qu’une telle démarche serait « mauvaise » et « pas la bonne chose à faire ».

Gantz a d’abord semblé réprimander le chef des armées pour ses remarques franches, disant que les discussions sur la politique d’Israël en Iran devraient rester à huis clos, mais il a ensuite fait marche arrière en disant que Kohavi était un excellent chef d’état-major.

Au début du mois de janvier, Téhéran a annoncé qu’il commençait à enrichir l’uranium jusqu’à 20 % – bien au-delà des 3,5 % autorisés par l’accord nucléaire et à un petit pas technique des 90 % nécessaires pour une arme nucléaire. L’Iran a également déclaré qu’il commençait des recherches sur l’uranium métal, un matériau qui a techniquement des utilisations civiles mais qui est massivement considéré comme un pas vers la bombe nucléaire.

Un agent de sécurité iranien passe devant une porte de la centrale nucléaire de Bushehr, alors que le bâtiment du réacteur est visible en arrière-plan, juste à l’extérieur de la ville de Bushehr, à 1 245 kilomètres au sud de la capitale Téhéran, en Iran, le 20 août 2010. (AP Photo/Vahid Salemi, File)

L’Iran a déclaré mardi dernier qu’il prendrait également des mesures pour limiter les inspections inopinées des installations nucléaires suspectes à partir de la fin février.

Les responsables de l’administration Biden ont indiqué qu’Israël sera impliqué dans son processus de décision concernant le programme nucléaire iranien.

Selon une information de la Douzième chaîne, le chef du Mossad, Yossi Cohen, devrait se rendre prochainement aux États-Unis pour rencontrer Biden et exposer les exigences d’Israël pour un futur accord avec l’Iran, qui porterait non seulement sur le programme nucléaire de Téhéran, mais aussi sur son programme de missiles et sur le soutien à ses mandataires dans tout le Moyen-Orient.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...