« Gouvernement du changement » : En attendant Bennett…
Rechercher

« Gouvernement du changement » : En attendant Bennett…

Controverses de dernière minute, messages d'espoir, expressions de regret : la confirmation de la coalition Bennett-Lapid, en fin d'après-midi, entraîne son lot de réactions

A gauche : Le chef du parti Yamina, Naftali Bennett, donne une conférence de presse à la Knesset à Jérusalem, le 21 avril 2021 ; A droite : Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprime lors d'une conférence de presse à la Knesset à Jérusalem, le 21 avril 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)
A gauche : Le chef du parti Yamina, Naftali Bennett, donne une conférence de presse à la Knesset à Jérusalem, le 21 avril 2021 ; A droite : Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprime lors d'une conférence de presse à la Knesset à Jérusalem, le 21 avril 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

« Un ministère de la Coopération régionale n’est absolument pas nécessaire » et il aurait dû fermer ses portes « il y a déjà longtemps », a commenté dimanche le ministre de la Coopération régionale sortant Ofir Akunis, quelques heures avant de quitter son poste.

Évoquant la fonction qu’il occupe depuis la mi-2020, Akunis a noté dans une conversation avec la Radio militaire que le ministère avait été formé en 1999 sous forme de compensation pour Shimon Peres par le Premier ministre de l’époque, Ehud Barak, alors que Peres avait vu le ministère des Affaires étrangères lui échapper.

« Je me serais attendu à ce qu’un gouvernement dit ‘du changement’ ne crée pas et ne maintienne pas les bureaux qui, selon lui, devraient être fermés », a-t-il ajouté.

Alors qu’il lui était demandé pourquoi il avait servi à la tête d’un ministère qui, selon lui, ne devait pas exister, Akunis a dit avoir fait part de son opposition « sur des forums internes ».

C’est Issawi Fredj, du Meretz, qui devrait prendre la tête de ce ministère dans le gouvernement qui va faire sa prestation de serment dimanche. Le député de gauche, réagissant aux propos d’Akunis, a déclaré qu’il ne voyait en conséquence aucun intérêt à une rencontre avec son prédécesseur pour un passage officiel entre les deux hommes.

« J’ai cru comprendre qu’Akunis s’est soudainement souvenu aujourd’hui que le ministère de la Coopération régionale, dont il a été à la tête jusqu’à présent, était superflu », a écrit Frej sur Twitter. « Si tel est le cas, il semble qu’il soit également inutile que nous nous rencontrions dans la mesure où cela ne sert à rien d’effectuer un transfert de responsabilités avec un individu qui déclare que le poste qu’il a occupé n’était pas nécessaire, » a-t-il ajouté.

De son côté, Benjamin Netanyahu s’est tourné vers Twitter, ce matin, pour transmettre un message à ses adversaires.

Notant que la date d’aujourd’hui coïncide avec celle de l’anniversaire de la mort – selon le calendrier hébraïque – de Menachem Mendel Schneerson, rabbin du mouvement Loubavitch, Netanyahu a ainsi écrit que « je me souviens de ce que m’avait dit le rabbin : ‘Vous devrez vous battre avec 119 personnes mais vous ne vous laisserez certainement pas impressionner car Dieu est de votre côté. Bénédictions et réussite à vous. Dieu vous donnera sa bénédiction et sa réussite ».

Le futur ministre des Affaires étrangères, Yair Lapid, a simplement tweeté au début de la matinée : « L’aube d’un changement ».

Le Premier ministre désigné, Naftali Bennett, a fait le choix de publier sur Twitter une photo de lui en train de prier, avec des tefilin. Cette photo daterait d’aujourd’hui.

Accompagnant le cliché, une bénédiction religieuse : « Que Dieu te bénisse, et qu’il te garde!, Que Dieu fasse luire sa face sur toi, et qu’il t’accorde sa grâce! Que Dieu tourne sa face vers toi, et qu’il te donne la paix! »

Pour sa part, le député de la Liste arabe unie Sami Abu Shehadeh s’en est pris au leader de la formation Raam, Mansour Abbas, pour sa décision de rejoindre le nouveau gouvernement. Il a déclaré à Ynet qu’il ne ferait qu’aider à « renforcer l’occupation ». « Vouloir rendre Juives Jérusalem et la Galilée, c’est du pareil ou même du point de vue politique, et peu importe que cela vienne d’un Arabe ou d’un Juif », a-t-il déclaré. Il a ajouté qu’Abbas « a rejoint en toute connaissance de cause un gouvernement dont les principes de base sont opposés à tout ce en quoi il a cru pendant longtemps ».

Le député du Parti sioniste religieux d’extrême-droite, Itamar Ben Gvir, a fait savoir qu’il avait été légèrement blessé dans un accident de voiture survenu dans le nord du pays.

Ben Gvir a refusé d’être emmené à l’hôpital, ne souhaitant pas manquer le vote à la Knesset qui confirmera aujourd’hui le nouveau gouvernement – un vote auquel il prévoit de s’opposer sans ambiguïté.

Moshe Gafni de Yahadout HaTorah participe à une conférence à Jérusalem, le 7 mars 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Par ailleurs, le chef du parti ultra-orthodoxe Yahadout HaTorah, Moshe Gafni, a déclaré dans un entretien accordé à la station de radio Kan Bet que rétrospectivement, une démission du Premier ministre Benjamin Netanyahu qui aurait permis le rassemblement autour d’un autre candidat du Likud pour former un gouvernement « aurait été la bonne chose à faire ».

Il a toutefois ajouté qu’il lui avait été impossible de demander à « un parti fort de 30 sièges » de changer le choix de son leader et il a juré de conserver sa loyauté au Likud, même si cela doit impliquer de siéger dans l’opposition.

« Le Likud a décidé ce qu’il a décidé », a-t-il continué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...