Grenoble : accusée d’antisémitisme, une colistière est retirée de la liste LREM
Rechercher

Grenoble : accusée d’antisémitisme, une colistière est retirée de la liste LREM

Emilie Chalas est accusée d'avoir placé sur sa liste une femme qui aurait tenu des propos antisémites en 2014

Emilie Chalas, députée de l’Isère et candidate LREM à la mairie de Grenoble aux prochaines élections municipales. (Crédit : capture d’écran YouTube/France 3 Auvergne-Rhône-Alpes)
Emilie Chalas, députée de l’Isère et candidate LREM à la mairie de Grenoble aux prochaines élections municipales. (Crédit : capture d’écran YouTube/France 3 Auvergne-Rhône-Alpes)

Six semaines avant les prochaines élections municipales françaises, Louisa Ben Fakir, colistière d’Emilie Chalas, députée de l’Isère et candidate LREM à la mairie de Grenoble, a été mise à l’écart.

La décision faisait suite à une polémique vendredi sur les réseaux sociaux. Louisa Ben Fakir était accusée d’avoir tenu des propos antisémites appelant à ne pas voter pour l’ex-candidat du parti socialiste (PS) Jérôme Safar lors de la campagne de 2014.

Dans des commentaires publiés à l’époque sur Facebook, dont des captures d’écran ont été partagées en cette fin de semaine par le site « Groupe d’analyses métropolitain » qui se présente comme un « groupe informel d’habitants » de Grenoble, un compte, « Justice Justice », écrivait : « A TOUS VOTEZ POUR SAFAR C’EST HARAM » ; « VOTEZ POUR UN MOUSLIM » ; et « LE MOT ET DEJAS PASSER DANS LA MOSQUE DE KAWTHAR (une mosquée qui a fermé six mois en 2019 pour cause de radicalité, NDLR). FAITENT DE MEME DANS TOUTES LES MOSQUES C’EST HARAM DE VOTEZ POUR SAFAR QUI ENVOI 20/100 DE SON ARGENS EN ISRAEL » (Les propos sont reproduits ici tels quels).

Un autre compte, « Canette Caille », lui répondait : « Si on a fait une liste c est qu on sait que c est haram donc il faut votez Lahcen Benmaza et moi » et « Vendredi à la mosquée il va y avoir un preche pour votez pour nous ».

Les propos tenus en 2014 par le compte Facebook « Canette Caille », derrière lequel se cacherait Louisa Ben Fakir, colistière d’Emilie Chalas, candidate LREM à la mairie de Grenoble lors des prochaines élections municipales en mars prochain, avant son retrait. (Crédit : capture d’écran du site « Groupe d’analyses métropolitain »)

Selon ces messages, il était donc « haram », c’est-à-dire interdit religieusement, de voter en faveur du candidat PS Jérôme Safar, qui est Juif, lors du scrutin de 2014. Louisa Ben Fakir est accusée de s’être cachée derrière le compte « Canette Caille ». Elle était à l’époque colisitière de Lahcen Benmaza sur la liste « Grenoble en valeur », deuxième sur la liste, et avait été élue conseillère municipale, comme les 33 premiers noms de la liste.

Vendredi après-midi, l’équipe de la candidate LREM s’est exprimée par communiqué face à l’ampleur que prenait la polémique.

« Louisa Ben Fakir, candidate aux côtés d’Emilie Chalas, est depuis quelques jours mise en cause pour avoir prétendument tenu des propos antisémites à l’encontre de Jérôme Safar lors du second tour de l’élection municipale de 2014. Louisa Ben Fakir déclare solennellement ne pas être antisémite et ne jamais avoir tenu des propos de cette nature. Elle portera plainte pour diffamation contre tous ceux qui prétendront le contraire. Louisa Ben Fakir déclare également que cette fausse rumeur constitue une manœuvre et un coup bas visant à déstabiliser la candidature d’Emilie Chalas. »

Louisa Ben Fakir annonçait ensuite son retrait afin de « ne pas porter préjudice à la liste ‘Un nouveau regard sur Grenoble’ ».

La tête de liste Emilie Chalas a, dans le même communiqué, dénoncé « une polémique très politique ». « [Emilie Chalas] espère que Louisa Ben Fakir pourra continuer à apporter son expertise en faveur de la réussite éducative, de l’égalité des chances et de l’amélioration de la qualité de vie des populations dans les quartiers », était-il ajouté. Elle a également rappelé son « engagement permanent à lutter contre l’antisémitisme et contre toutes formes de discriminations.

Jérôme Safar a lui, dans un communiqué également, déclaré : « Pour la première fois depuis 6 ans, un élément tangible tend à prouver que certaines personnes s’étaient bien livrées à la propagation de messages à l’encontre de la liste que je conduisais et de ma personne relevant à mes yeux d’incitation à la haine raciale et à l’antisémitisme. »

« La publicité de ces éléments étant nouvelle, et de nature à atteindre ma personne, j’ai demandé à mon conseil d’engager toutes les actions nécessaires afin que la lumière soit faite sur ces tristes éléments qui ne sont pas dignes de notre ville, de son histoire, de la qualité du débat démocratique  et que nous sommes en droit d’attendre de la part de personnes détentrices d’un mandat électoral ou, souhaitant accéder à cette responsabilité », a-t-il ajouté.

En pleine polémique, avant l’annonce du retrait de Louisa Ben Fakir, la Licra avait publié sur Twitter : « Ces faits graves nécessitent une clarification urgente de la députée Emilie Chalas. Prendre sur sa liste une personne qui a appelé les musulmans de sa ville à ne pas voter pour un candidat de confession juive parce qu’il est ‘haram’ est inacceptable ! »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...