Israël en guerre - Jour 192

Rechercher

« Honte à vous »: Erdogan confronté à l’hostilité des rescapés

Les citoyens turcs dénoncent l'absence de gestion du séisme par le gouvernement : "Les gens qui ne sont pas morts dans le séisme ont été laissés à l'agonie dans le froid"

Le président turc Recep Tayyip Erdogan visite des bâtiments détruits lors de sa visite de la ville de Kahramanmaras, dans le sud-est de la Turquie, deux jours après le violent tremblement de terre qui a frappé la région le 8 février 2023. (Crédit : Adem ALTAN / AFP)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan visite des bâtiments détruits lors de sa visite de la ville de Kahramanmaras, dans le sud-est de la Turquie, deux jours après le violent tremblement de terre qui a frappé la région le 8 février 2023. (Crédit : Adem ALTAN / AFP)

Trois jours après le pire séisme à avoir frappé la Turquie depuis des décennies, Hakan Tanriverdi a un message très simple pour le président Recep Tayyip Erdogan: « Ne viens pas ici quémander des voix. »

Plus de 20 000 cadavres ont été sortis des décombres en quatre jours, en comptant ceux de la Syrie voisine. La catastrophe survient à un moment décisif pour le chef de l’Etat turc, qui compte bien se maintenir au pouvoir.

Premier ministre de 2003 à 2014, président depuis lors, l’inamovible Erdogan a confirmé fin janvier la tenue le 14 mai d’élections présidentielle et législatives.

Cette date rapprochée donne peu de temps à l’opposition pour désigner son candidat commun.

La possibilité de tenir ces scrutins après pareil sinistre relève toutefois de l’hypothèse.

L’état d’urgence a été proclamé pour trois mois dans les dix provinces touchées. Les autorités estiment que 13,5 millions de Turcs ont été directement impactés par le séisme de lundi, d’une magnitude de 7,8.

Les habitants continuent de rechercher des survivants sous les décombres – mais n’en retirent le plus souvent que des cadavres. Pour les rescapés, reste la rue glaciale. Ou pour les plus chanceux, leur voiture.

Pour le président turc, le moment semblait propice. En chute dans les sondages l’an passé du fait de la crise économique et une inflation à plus de 85%, il voyait sa popularité remonter peu à peu.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan rencontre des habitants qui ont trouvé refuge sous des tentes installées par le gouvernement lors de sa visite dans la ville de Kahramanmaras, dans le sud-est de la Turquie, deux jours après qu’un fort tremblement de terre ait frappé la région, le 8 février 2023. (Crédit : OZAN KOSE / AFP)

Mais l’absence de gestion du séisme les premiers jours par le gouvernement risque d’inverser la tendance.

« Nous sommes profondément blessés que personne ne nous ait soutenus », peste Hakan Tanriverdi.

A Adiyaman, capitale de la province éponyme où il vit, M. Erdogan l’avait facilement emporté en 2018. Mais cinq ans plus tard, les habitants dénoncent la lenteur des secours et le manque d’équipement pour leur venir en aide.

« Je n’ai vu personne avant 14H00 le deuxième jour du séisme », soit 34 heures après la première secousse, tonne Mehmet Yildirim. « Pas d’Etat, pas de police, pas de soldats. Honte à vous! Vous nous avez laissés livrés à nous-mêmes ».

Des sauveteurs effectuent des opérations de recherche parmi les décombres d’un bâtiment effondré à Adiyaman, en Turquie, le 9 février 2023, trois jours après un séisme de magnitude 7,8 qui a frappé le sud-est de la Turquie. (Crédit : Ilyas AKENGIN / AFP)

« Un péché »

Le chef de l’Etat a reconnu mercredi des « lacunes » dans la réponse gouvernementale. Mais il cherche à reprendre la main. Mardi, il a participé à une réunion des secours à Ankara, avant de passer les deux jours suivants dans des zones ravagées. Sans toutefois s’arrêter à Adiyaman.

« Pourquoi l’État ne se montre-t-il pas un jour comme celui-ci ? Où sont les fondations de la République de Turquie ? », vitupère Hediye Kalkan, un volontaire. « Les gens sortent les corps de leurs proches par leurs propres moyens ».

L’ampleur de la catastrophe, le fait qu’elle se soit produite dans une région vaste et isolée, qui plus est durant une tempête hivernale, aurait cependant compliqué les opérations de sauvetage dans n’importe quel pays.

Recep Tayyip Erdogan a ainsi reçu un accueil plutôt chaleureux de la part de certaines victimes, lors de visites soigneusement chorégraphiées et diffusées à la télévision.

Les images l’ont montré étreignant une vieille dame en pleurs sur son épaule.

Veysel Gultekin ne devrait pas réserver le même traitement à son président. L’un de ses proches avait les pieds coincés sous des décombres, raconte-t-il. « Nous avons parlé jusqu’au matin. J’aurais pu le sortir de là si j’avais eu une simple perceuse. (…) Mais malheureusement, je ne pouvais rien faire à mains nues ».

« A la secousse suivante, tout son corps s’est retrouvé recouvert (par des gravats) et il est mort ».

Des journalistes de l’AFP ont vu jeudi davantage d’engins de levage et de secouristes – notamment apportés par des missions étrangères – autour d’immeubles en ruine.

Rien qui puisse calmer Hakan Tanriverdi.

« Les gens qui ne sont pas morts dans le séisme ont été laissés à l’agonie dans le froid », s’émeut-il. « N’est-ce pas un péché, de laisser mourir les gens comme ça ? »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.