Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

Huit mois après l’attentat d’Elad, une victime succombe à ses blessures

Shimon Maatuf, 75 ans, s'était précipité pour affronter deux terroristes palestiniens armés d'une hache à l'issue de Yom HaAtsmaout, mais ils l'ont blessé d'un coup à la tête

Photo non datée de Shimon Matuf, qui a été blessé dans une attaque terroriste à Elad le 5 mai 2022. Il a succombé à ses blessures 8 mois après l'attentat.(Autorisation)
Photo non datée de Shimon Matuf, qui a été blessé dans une attaque terroriste à Elad le 5 mai 2022. Il a succombé à ses blessures 8 mois après l'attentat.(Autorisation)

Huit mois après avoir été grièvement blessé par un coup de hache à la tête lors d’une attaque terroriste à Yom HaAtsmaout, Shimon Maatuf, 75 ans, est décédé dans la nuit de mercredi à jeudi.

La mort de Maatuf a porté à quatre le nombre de personnes tuées lors de l’attaque perpétrée par deux terroristes palestiniens le 5 mai dans la ville d’Elad, au centre d’Israël, alors que se déroulaient les célébrations de la fondation de l’État juif.

Sa mort survient quelques jours après qu’un Palestinien armé a abattu sept Israéliens devant une synagogue à Jérusalem.

La fille de Maatuf, Aviva Hallel, a déclaré aux médias que la santé de son père s’était lentement dégradée en raison d’une infection. Elle a déclaré qu’il avait « souffert pendant les huit derniers mois » et qu’il ne s’était jamais remis de l’attaque.

« C’était un homme humble et sensible », a dit sa fille Aviva à la chaîne publique Kan à propos de son père. « Il travaillait tout le temps, il s’assurait de subvenir aux besoins de sa famille… il achetait toujours des choses pour ses petits-enfants. »

Maatuf travaillait en tant qu’agent de sécurité armé lors d’un événement organisé à l’occasion de Yom HaAtsmaout lorsqu’il a entendu des cris provenant de la direction où l’attaque a commencé. Il s’est précipité sur les lieux et est tombé sur les deux terroristes, qui l’ont également attaqué. Des témoins oculaires avaient déclaré à l’époque que Maatuf avait réussi à tirer un coup de feu sur les assaillants avant qu’ils ne le blessent, selon Ynet.

Pendant plusieurs mois après l’attaque, Maatuf a été pris en charge au centre de rééducation Reuth Tel Aviv, mais il y a trois mois, son état s’est détérioré et il a été transféré à l’hôpital Ichilov. À l’époque, Hallel avait déclaré au journal Israel Hayom que depuis sa blessure, Maatuf ne répondait plus qu’à quelques mouvements des yeux, mais qu’il était conscient que sa famille était à ses côtés.

Les funérailles de Maatuf sont prévues jeudi en début d’après-midi et il doit être enterré au cimetière du moshav Bareket. Il laisse derrière lui un frère, six enfants et 13 petits-enfants.

Les personnels de sécurité et de secours s’affairent sur les lieux d’un attentat terroriste, à Elad, le 5 mai 2022. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Lors de l’attaque, les terroristes palestiniens Asad Yousef Asad al-Rifa’i, 19 ans, et Subhi Emad Sbeihat, 20 ans, ont tué trois personnes à coups de hache et en ont grièvement blessé plusieurs autres. Un couteau aurait également été utilisé lors de l’attaque. Les deux hommes ont été arrêtés dans une zone forestière située à environ un kilomètre du lieu de l’attaque, au terme d’une chasse à l’homme de 60 heures.

Une semaine après l’attaque, les troupes israéliennes ont arrêté deux autres Palestiniens soupçonnés d’avoir aidé les deux terroristes.

En août, l’armée israélienne a rasé les maisons des deux terroristes dans la ville de Rummanah, près de Jénine, en Cisjordanie.

Al-Rifai et Sbeihat ont été inculpés en juin, notamment de trois chefs d’accusation pour meurtre avec circonstances aggravantes dans le cadre d’un acte de terrorisme, de cinq chefs d’accusation pour tentative de meurtre dans le cadre d’un acte de terrorisme et d’entrée illégale en Israël.

Al-Rifai a avoué aux forces de sécurité avoir commis l’attaque à la hache avec Sbeihat, et tué d’avoir Oren Ben Yiftah, un chauffeur de 35 ans de Lod, ainsi que Yonatan Havakuk et Boaz Gol, deux quadragénaires et résidents d’Elad.

Les victimes de l’attaque terroriste d’Elad le 5 mai 2022, de gauche à droite : Boaz Gol, Yonatan Havakuk et Oren Ben Yiftah (Crédit : Autorisation)

Au cours de la chasse à l’homme, les troupes ont suivi des taches de sang dont on pense qu’elles provenaient des blessures subies par les deux hommes pendant l’attaque. Plusieurs victimes se sont battues avec les terroristes, selon des responsables médicaux et sécuritaires.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.