Israël en guerre - Jour 202

Rechercher

IA : Une startup israélienne développe le premier robot récolteur de tomates

MetoMotion affirme que la machine autonome réduit les coûts de récolte de 50 % ; la startup cherche à lever 8 millions de dollars pour augmenter la production

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

Le robot de la serre de la startup israélienne MetoMotion cueille et emballe des tomates. (Crédit : Autorisation)
Le robot de la serre de la startup israélienne MetoMotion cueille et emballe des tomates. (Crédit : Autorisation)

Adi Nir, fondateur de la startup israélienne MetoMotion, a grandi dans un kibboutz et travaillé dans l’agriculture dès son plus jeune âge. Mais comme beaucoup d’autres, il a abandonné les champs pour aller gagner sa vie dans l’industrie high-tech. La pénurie mondiale généralisée de cueilleurs de fruits et légumes, l’a ramené à ses racines pour créer le premier robot de cueillette de tomates au monde.

Le secteur agricole attire de moins en moins de personnes. Il n’emploie que 5 à 10 % de la main-d’œuvre dans l’Union européenne et la zone euro, et 6 % dans les pays de l’OCDE, selon les données de la Banque mondiale. En Israël, seul 1 % de l’ensemble des travailleurs israéliens est employé dans l’agriculture, selon les données.

Par ailleurs, les agriculteurs israéliens ont du mal à faire face aux coûts de la main-d’œuvre. Comme peu d’Israéliens travaillent dans l’agriculture, les producteurs doivent faire venir des travailleurs étrangers en Israël pour effectuer le dur travail manuel, mais ils sont limités par le nombre de permis que le gouvernement leur accorde, ce qui fait grimper les salaires.

« Nous entendons régulièrement parler d’agriculteurs qui laissent leurs récoltes pourrir parce qu’il n’y a personne pour les cueillir », a déclaré Nir au Times of Israel. « Aujourd’hui, on ne peut plus cultiver des tomates comme il y a 30 ans – pour qu’elles soient de haute qualité et compétitives en termes de prix, il faut faire procéder à des modifications. »

Après avoir obtenu son diplôme d’ingénieur au Technion – Institut israélien de technologie de Haïfa, Nir a travaillé pendant 16 ans dans l’industrie aérospatiale et de la défense, gérant des opérations de R&D et développant des technologies de systèmes de pointe.

Réalisant que la pénurie de la main-d’œuvre agricole et les coûts qui y sont liés étaient insoutenables, et s’appuyant sur son expérience technologique dans l’industrie aérospatiale, Nir a fondé en 2017 la startup MetoMotion, basée à Yokneam, afin de développer un robot capable d’effectuer rapidement et efficacement la cueillette des fruits, qui nécessite une main-d’œuvre importante.

Depuis lors, MetoMotion a levé un total de 10 millions de dollars auprès d’investisseurs dirigés par le fonds de capital-risque israélien Trendlines Group, la société néerlandaise Ridder, spécialisée dans la technologie des serres, et un autre investisseur néerlandais.

« L’idée était d’aider les agriculteurs à résoudre le problème de la pénurie de main-d’œuvre, car de plus en plus de jeunes cherchent des professions plus sophistiquées où ils ne devront pas utiliser leurs mains ni leur dos », a déclaré Nir.

« Nous avons utilisé les capacités de l’intelligence artificielle (IA) pour développer une plateforme conçue pour travailler dans un environnement de serre, où vous pouvez produire un rendement de haute qualité dans différentes conditions météorologiques avec beaucoup moins d’eau qu’à l’extérieur toute l’année. »

Le robot de MetoMotion dispose de deux bras robotisés pour récolter les tomates des deux côtés de la rangée simultanément dans les serres de haute technologie. (Crédit : Autorisation)

« Contrairement à d’autres applications robotiques ou industrielles, dont les tâches sont plus répétitives, en agriculture, chaque plante est un peu différente. Nous avons donc imaginé une solution basée sur les capacités de l’IA pour regarder les plantes, comprendre leur structure, leur environnement, mesurer leur maturité et décider si elles sont mûres », a déclaré Nir.

Le robot autonome de la startup dispose de deux bras robotisés pour cueillir et récolter les tomates des deux côtés d’une rangée simultanément dans des serres high-tech. Le véhicule autonome guidé est équipé d’une technologie de vision par capteurs 3G alimentée par l’IA qui génère une carte de la plante et de sa récolte. Il parcourt les rangées dans les serres à l’aide de capteurs capables de détecter les obstacles pour éviter les accidents.

Le système de vision avancé détecte les tomates mûres et prêtes à être cueillies, guide le bras robotique vers l’emplacement exact où le fruit doit être sectionné, coupe et attrape les branches de tomates en une seule opération, pour enfin placer les fruits sur un tapis roulant qui les déposera dans des conteneurs à fruits intégrés, en travaillant à une vitesse de 16 secondes par grappe. Le bras robotique élimine les obstacles ou les tiges cachées sans causer de dommages aux branches ou à la plante. Une fois que le robot autonome atteint la fin de la rangée, il s’arrête et retourne au début de la rangée pour que sa remorque soit retirée et envoyée à l’entrepôt.

MetoMotion a décidé de se concentrer sur la récolte des tomates car environ 50 % des coûts de production sont liées à la main-d’œuvre.

« Plus de 30 % des cultures sous serre sont des tomates, car nous les utilisons dans un grand nombre de préparations, dans nos salades, sur nos pizzas et pour notre ketchup », a indiqué Nir. « Nos robots sont capables de réduire les besoins en main-d’œuvre pour la récolte d’environ 90% et de réduire les coûts de production d’environ 50% en économisant sur les coûts de main-d’œuvre. »

Selon Nir, la récolte de tomates, dans une serre de 50 000 mètres carrés, prendra environ une semaine à une flotte de cinq robots.

Lorsque les robots se déplacent dans la serre pour la récolte, ils rassemblent automatiquement les données des capteurs sur le degré de maturité, la quantité, le poids et la taille de chaque tomate pour une meilleure gestion de la récolte. Grâce à ces données, il est possible de prévoir le volume de production de chaque serre afin de générer des prévisions de rendement et des analyses de distribution.

« Toutes ces données sont téléchargées sur un tableau de bord dans un système en nuage », note Nir. « Vous pouvez numériser un grand nombre des tâches que nous effectuons aujourd’hui, comme l’examen des maladies, des pesticides et d’autres choses de ce genre. »

Pour l’instant, le robot de récolte des tomates est utilisé par deux producteurs de cultures sous serre aux Pays-Bas. En Israël, le robot sera présenté pour la première fois ce mois-ci lors d’une conférence sur l’agriculture. La startup, qui emploie une quinzaine d’ingénieurs et d’experts agricoles à Yokneam et quatre aux Pays-Bas, cherche actuellement à lever 8 millions de dollars auprès d’investisseurs pour augmenter la production cette année.

Nir espère installer environ 10 à 20 de ces machines robotisées cette année.

« Notre première cible est l’Europe occidentale, c’est-à-dire les Pays-Bas, la France, l’Allemagne, la Belgique et tous les pays autour de cette région, puis le Canada et les États-Unis », a déclaré Nir. « Outre les tomates, nous voulons également utiliser cette technologie pour différents légumes comme les concombres, les aubergines et les poivrons, qui seront également disponibles prochainement, car ils poussent dans le même environnement. »

Bien que MetoMotion se concentre actuellement sur les fruits et légumes, Nir a déjà les yeux rivés sur une autre industrie.

« Nous constatons que le secteur du cannabis a de nombreux besoins, nous allons donc probablement l’ajouter à notre feuille de route, mais cela nécessitera davantage de modifications », a déclaré Nir.

« Chaque semaine, je reçois un courriel d’un agriculteur qu’une autre récolte attend, que ce soit des avocats, des oranges, du raisin, du café ou du thé. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.