Israël continue de manquer d’ingénieurs pour ses start-ups
Rechercher

Israël continue de manquer d’ingénieurs pour ses start-ups

Face au manque de personnels, certains patrons du secteur high-tech envisagent de s'implanter à l'étranger

Des entrepreneurs israéliens au travail dans les locaux de la Silicon Valley de UpWest Lab. (Crédit : autorisation)
Des entrepreneurs israéliens au travail dans les locaux de la Silicon Valley de UpWest Lab. (Crédit : autorisation)

« De nouvelles start-ups se créent, elles embauchent mais le nombre d’ingénieurs sortant des écoles est insuffisant », explique un patron de start-up de Tel Aviv. « Alors les salaires augmentent, mais malgré tout le système fonctionne encore très bien. »

Pourtant, relève Courrier International dans le Financial Times, certains entrepreneurs envisageraient de transférer leur activité hors d’Israël.

« Liad Agmon (qui) est en train de développer sa troisième société, Dynamic Yield, qui fournit des services à plus de 500 millions de détaillants dans le monde, dont Ocado, le supermarché en ligne britannique, et Under Armour, la marque américaine de vêtements de sport (…) se demande s’il ne devrait pas créer sa prochaine start-up à l’étranger »

“Il n’y a aucun intérêt à travailler ici, dit-il. En montant une start-up au Portugal, par exemple, je pourrais recruter des ingénieurs de haut niveau pour un tiers du coût. D’un point de vue économique, il n’y a aucun avantage à rester en Israël.”

Face à cette situation, le gouvernement a promis de faciliter l’obtention de visas de travail pour les ingénieurs étrangers.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...