Israël émet de nouvelles règles pour les dons du sang
Rechercher

Israël émet de nouvelles règles pour les dons du sang

Le ministère de la Santé est en discussion avec des experts médicaux "pour formuler des directives détaillées" sur le virus Zika

Une jeune fille peint une fresque qui éduque les gens sur un projet de lutte contre les moustiques dans le village de San Diego, à La Libertad, Salvador, le 4 février 2016 (Crédit : AFP PHOTO / MARVIN RECINOS)
Une jeune fille peint une fresque qui éduque les gens sur un projet de lutte contre les moustiques dans le village de San Diego, à La Libertad, Salvador, le 4 février 2016 (Crédit : AFP PHOTO / MARVIN RECINOS)

le service de secours du Magen David Adom, qui gère les dons du sang à travers le pays, met en œuvre de nouvelles lignes directrices pour les futurs donateurs qui se sont récemment rendus dans les pays d’Amérique du Sud touchés par le virus Zika.

Cette annonce intervient la semaine où l’Organisation mondiale de la Santé a déclaré que l’augmentation subite des malformations congénitales graves en Amérique du Sud serait causée par le virus Zika et constitue une urgence sanitaire mondiale.

Israël va maintenant insister pour que les potentiels donneurs de sang attendent 28 jours après leur retour des pays d’Amérique du Sud sont affectés avec le virus Zika, a annoncé le site Maariv vendredi.

Le ministère de la Santé a déclaré qu’il surveille la situation et réagit conformément aux recommandations des experts médicaux, a poursuivi Maariv.

« Les services de santé publique organisent des discussions sur le virus Zika avec des professionnels dans divers domaines – épidémiologie, gynécologie, spécialistes en médecine fœtale, spécialistes des maladies infectieuses, des pédiatres, des banques de sang et des laboratoires – en vue de formuler des directives détaillées sur le traitement des personnes revenant de pays touchés par le virus endémique Zika », a indiqué le ministère dans un communiqué.

« Nous allons à nouveau mettre à jour les services publiques de la santé dans les prochains jours et publier de nouvelles directives pour la population ».

Le virus constitue une menace pour les femmes enceintes et est soupçonné d’entraîner dans certains cas de graves complications chez les foetus.

Zika aurait un lien avec la microcéphalie, une malformation congénitale dont souffrent les enfants nés avec un cerveau anormalement petit, et avec le syndrome neurologique de Guillain-Barré (SGB).

Compte tenu de ces risques congénitaux, l’OMS a décrété le 2 février une « urgence de santé publique de portée internationale ».

La chef de l’OMS, Margaret Chan, a déclaré que lors d’une réunion d’experts de la santé qui composent le comité d’urgence de l’agence avait déclaré que « la relation causale entre l’infection Zika pendant la grossesse et une microcéphalie est fortement suspectée mais pas scientifiquement prouvée »

« Les groupes de microcéphalie et d’autres complications neurologiques constituent un événement extraordinaire et une menace pour la santé publique pout d’autres parties du monde », a-t-elle déclaré.

L’OMS est sous pression pour agir rapidement afin de lutter contre Zika, après avoir admis qu’il avait été lent à répondre à la récente épidémie d’Ebola qui a ravagé des parties de l’Afrique de l’Ouest.

Il a averti la semaine dernière que le virus transmis par les moustiques se « répand explosive » en Amérique, et a affirmé qu’il pourrait y avoir jusqu’à quatre millions de cas Zika pour cette année seulement.

Pendant des décennies, après que Zika a été découvert en Ouganda en 1947, le virus transmis par les moustiques a soulevé peu d’intérêt, il a provoqué de façon sporadique des maladies « bénignes » au sein de la population humaine.

Mais bien que les symptômes du virus semblaient jusqu’à présent bénins, il y a des indications grandissantes d’un lien vers une microcéphalie et un trouble neurologique rare appelé syndrome de Guillain-Barré suscitant une inquiétude de plus en plus vive.

« Zika à lui seul ne semble pas être une urgence de santé publique internationale », a expliqué David Heymann, qui a présidé la réunion du comité d’urgence de l’OMS lundi.

Il a souligné la nécessité urgente d’établir scientifiquement si les foyers de microcéphalie et de Guillain-Barré sont causés par Zika mais a reconnu que « cela prendra du temps ».

En attendant les résultats des tests scientifiques, Chan a déclaré que le monde ne pouvait pas remettre à plus tard la coordination des mesures de protection contre la propagation de Zika, dans la région touchée et ailleurs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...