Israël et le Hamas stagnent au Caire sur l’échange de prisonniers
Rechercher

Israël et le Hamas stagnent au Caire sur l’échange de prisonniers

Le groupe terroriste exige la libération des meurtriers condamnés ; Jérusalem conditionne la reconstruction de Gaza à la libération des civils prisonniers et des corps de 2 soldats

Dans le sens des aiguilles d'une montre, à partir du haut à gauche : Oron Shaul, Avera Mengistu, Hadar Goldin et Hisham al-Sayed. (Flash 90/Courtesy)
Dans le sens des aiguilles d'une montre, à partir du haut à gauche : Oron Shaul, Avera Mengistu, Hadar Goldin et Hisham al-Sayed. (Flash 90/Courtesy)

Une délégation israélienne est rentrée du Caire sans avoir progressé sur un accord avec le Hamas qui permettrait le retour de deux civils israéliens et des dépouilles de deux soldats de Tsahal détenus à Gaza, ont rapport les médias israéliens mercredi.

Selon la station de radio Kan, le chef de la délégation israélienne a clairement fait savoir qu’Israël et le groupe terroriste ne parviendraient à aucun accord sur Gaza sans le retour de ceux qui y sont détenus.

Kan a déclaré que les exigences du Hamas au Caire dans le cadre d’un échange de prisonniers étaient conséquentes et irréalistes, mais que la délégation israélienne gardait l’espoir que l’Égypte puisse exercer une pression suffisante sur le Hamas pour permettre la conclusion d’un accord.

Les responsables israéliens ont été surpris d’apprendre que les négociateurs du Hamas se trouvaient dans des pièces adjacentes du même bâtiment au cours des pourparlers indirects, conduits sous la médiation de l’Égypte, a rapporté le site d’information Walla mercredi.

Les négociations se sont enlisées après que le Hamas a insisté pour qu’Israël libère les prisonniers palestiniens condamnés pour les meurtres d’Israéliens, a indiqué le rapport, ajoutant que le cabinet de sécurité de haut niveau se réunira dans les semaines à venir pour décider s’il convient de faire un compromis sur la libération de ces détenus.

Le Hamas a jusqu’à présent insisté pour séparer les négociations sur les prisonniers de toute discussion relative à une éventuelle trêve à long terme ou à la reconstruction de la bande de Gaza, tandis qu’Israël avait lié l’échange de prisonniers à toute autre négociation.

Deux civils israéliens et les corps de deux soldats de l’armée israélienne sont actuellement détenus à Gaza. Avera Mengistu et Hisham al-Sayed sont entrés dans la bande de Gaza de leur propre chef, et leurs familles affirment qu’ils souffrent de troubles mentaux. Le Hamas détient également les dépouilles d’Oron Shaul et de Hadar Goldin, deux soldats de Tsahal qui ont été tués dans la bande de Gaza pendant la guerre de 2014.

L’administration du président américain Joe Biden s’oppose au souhait d’Israël de conditionner les projets de reconstruction d’après-guerre à Gaza à la restitution des corps des soldats de Tsahal tombés au combat et des citoyens israéliens détenus par le Hamas, ont déclaré lundi deux diplomates américains au Times of Israel. Toutefois, le Premier ministre Naftali Bennett a l’intention de combiner les deux questions, a déclaré un responsable israélien.

La semaine dernière, Israël a assoupli certaines restrictions sur le flux de marchandises en provenance et à destination de Gaza, et a rouvert la zone de pêche de la bande, après plusieurs jours de calme le long de la frontière. Israël avait considérablement limité l’entrée de marchandises dans l’enclave après le conflit de 11 jours au mois de mai.

Le chef du Hamas à Gaza, Yahya Sinwar, assis dans son bureau bombardé à Gaza, le 27 mai 2021. (Autorisation)

Mais le ministre de la Défense Benny Gantz a réitéré cette semaine qu’Israël n’autoriserait pas une reconstruction à grande échelle de Gaza tant que le Hamas ne rendrait pas les captifs et les corps des soldats israéliens.

« L’opération ‘Gardiens des Murs’ est terminée, mais ce n’est pas fini », a déclaré Gantz lors d’un discours prononcé à l’occasion d’une cérémonie de remise de diplômes aux pilotes de l’armée de l’air israélienne jeudi, en utilisant le nom donné par Israël aux récents combats dans la bande de Gaza.

« Le groupe terroriste du Hamas à Gaza doit comprendre : Nous sommes déterminés. Si le Hamas veut la reconstruction et le développement économique, le moment est venu qu’il prenne des mesures concrètes pour maintenir le calme, arrêter le réarmement et ramener les garçons à la maison », a-t-il déclaré.

Ces remarques sont intervenues un jour après la rencontre de M. Gantz avec l’envoyé de l’ONU pour la paix au Moyen-Orient, Tor Wennesland, soulignant « la nécessité de maintenir le calme et d’œuvrer au retour des Israéliens captifs et disparus dans la bande de Gaza », selon un communiqué du bureau du ministre de la Défense.

M. Wennesland a rencontré lundi Yahya Sinwar, le chef du Hamas dans la bande de Gaza, qui a déclaré que leurs discussions visant à renforcer le cessez-le-feu entre Israël et le groupe terroriste au pouvoir à Gaza, qui cherche ouvertement à détruire l’État juif, se sont mal passées.

« C’était une mauvaise réunion. Elle n’a pas été positive du tout », a déclaré Sinwar aux journalistes après la réunion. « Il semble que l’occupation n’ait pas reçu le message de notre peuple », a-t-il ajouté, en faisant référence à Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...