Israël et le Liban devraient ouvrir des négociations sur la frontière maritime
Rechercher

Israël et le Liban devraient ouvrir des négociations sur la frontière maritime

Un officiel israélien a affirmé que les deux parties avaient fait des progrès significatifs afin de mener des négociations directes

Photo prise le 31 janvier 2019 montrant la nouvelle plateforme installée sur celle du Leviathan, en Méditérannée, au large de Haïfa. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool/AFP)
Photo prise le 31 janvier 2019 montrant la nouvelle plateforme installée sur celle du Leviathan, en Méditérannée, au large de Haïfa. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool/AFP)

Cette semaine, Israël et le Liban auraient fait un progrès significatif vers l’ouverture de négociations directes sur le tracé de la frontière maritime entre les deux pays, alors que les premières négociations directes devraient avoir lieu en juillet.

David Satterfield, l’assistant du secrétaire d’Etat américain pour les affaires du Proche-Orient, a fait la navette entre Israël et le Liban ces derniers mois pour servir de médiateur sur le conflit de frontière. La semaine dernière, il a obtenu une avancée entre les responsables libanais et le ministre de l’Energie Yuval Steinitz, selon un reportage diffusé samedi sur la Treizième chaîne.

L’accord sur la frontière maritime aurait un impact sur l’exploration de pétrole et de gaz off-shore.

Un officiel israélien a déclaré que, lors des négociations de Satterfield de cette semaine, de nombreuses questions qui avaient retardé les négociations avaient été résolues. L’un des points de blocage avait été le calendrier des négociations ; le Liban avait demandé que les négociations n’aient pas de limite de temps, alors qu’Israël voulait terminer les négociations sous six mois.

L’assistant du secrétaire d’Etat américain David Satterfield s’exprime lors d’une rencontre avec le Premier ministre Saad Hariri à Beyrouth, au Liban, le 5 mars 2019.
(AP Photo/Bilal Hussein)

Lors d’une réunion ce vendredi, Satterfield et Steinitz se sont accordés pour dire que les négociations ne seraient plus strictement limitées dans le temps, mais que les Américains annonceraient au début des négociations qu’elles seraient terminées d’ici six mois.

Satterfield doit retourner à Beyrouth lundi pour obtenir une réponse finale du Liban, puis ensuite retourner à Jérusalem. Selon l’évaluation d’Israël, les deux camps devraient probablement trouver un accord la semaine prochaine, et les négociations directes devraient commencer en juillet.

Plus tôt ce mois, un officiel israélien a déclaré à Reuters que les discussions concerneraient seulement la démarcation de la frontière maritime et non la frontière terrestre.

Les négociations auront lieu dans un bâtiment des Nations unies à Naqoura au sud du Liban, a déclaré l’officiel.

L’officiel a dit qu’une proposition était discutée pour permettre aux entreprises de mener des études sismiques à la fois dans les eaux israéliennes et libanaises, dont on pense qu’elles détiennent des réserves de pétrole et de gaz naturel.

Un officiel américain a dit à l’agence de presse que les Etats-Unis « se tenaient prêts à travailler afin de trouver des solutions qui sont mutuellement acceptables pour les deux partis », mais il n’a pas commenté les rencontres de Satterfield.

Le ministre de l’Energie Yuval Steinitz, lors de la réunion hebdomadaire des ministres
dans les bureaux du Premier ministre à Jérusalem, le 29 octobre 2017. (Ohad Zwigenberg/Flash90)

L’année dernière, le Liban a signé son premier contrat pour le pétrole et le gaz dans ses eaux, y compris dans une partie contestée par Israël.

Un consortium composé des géants énergétique Total, Eli et Novatek a obtenu l’autorisation d’exploiter 10 zones du Liban l’année dernière.

Le consortium doit commencer les forages dans la zone 4 en décembre, et plus tard dans la zone 9.

L’année dernière, Total a affirmé être au fait du conflit de frontière dans moins de 8 % de la zone 9 et a déclaré que le groupe allait forer loin de cette zone.

En avril, le Liban a fait un offre d’appel auprès de consortium internationaux pour cinq zones supplémentaires, qui comprennent aussi deux zones adjacentes aux eaux israéliennes.

Israël produit du gaz naturel dans ses réserves aux larges des côtes de la Méditerranée.

Israël et le Liban sont encore techniquement en guerre, même si les soldats israéliens se sont retirés du sud Liban en 2000 après 20 ans de présence militaire.

Israël a mené deux guerres au Liban, une en 1992 contre des groupes terroristes palestiniens, et une autre guerre contre le Hezbollah en 2006, et a également mené des opérations de moindre ampleur.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...