Israël mène un raid contre des usines palestiniennes de charbon en raison de la pollution
Rechercher

Israël mène un raid contre des usines palestiniennes de charbon en raison de la pollution

L’administration civile a saisi des outils et du bois dans le nord de la Cisjordanie. La fumée serait responsable de maladies respiratoires dans la zone.

L'Administration Civile confisque du bois et des outils dans des usines de charbon situées à proximité de la ville cisjordanienne de Jénine, le 17 novembre 2016.  (Crédit : Service de communication du COGAT )
L'Administration Civile confisque du bois et des outils dans des usines de charbon situées à proximité de la ville cisjordanienne de Jénine, le 17 novembre 2016. (Crédit : Service de communication du COGAT )

Pour la première fois, l’Administration Civile a appliqué dans la matinée de jeudi les réglementations environnementales à l’encontre d’usines palestiniennes de fabrication de charbon de bois, qui sont à l’origine de nuages de fumées polluantes flottant au-dessus des communautés juives et palestiniennes dans le nord de la Cisjordanie.

Les usines reçoivent des branches élaguées principalement de la part d’agriculteurs israéliens qui ont déraciné des vergers de citronniers et d’avocatiers, et créent du charbon en laissant lentement se consumer – pendant quinze jours à un mois – les piles de bois entourées de paille et d’un sol humides.

Ce procédé est à l’origine de quantités massives de fumée, de pollution et de fortes odeurs, selon les rapports médiatiques cités par l’Administration Civile – l’organisme de gouvernance israélien en Cisjordanie.

Il crée également des problèmes respiratoires qui touchent 25 % des enfants de la ville palestinienne de Ya’bad, à l’ouest de Jénine, ainsi que des maladies, dont des cancers qui sont développés par 70 % des charbonniers.

L’administration a cité jeudi une enquête réalisée en 2007 à Ya’bad qui démontrait que le taux de décès pour cause de maladies respiratoires et de cancer était « supérieur, et ce de manière significative » que dans d’autres villages.

Un tracteur de l'Administration Civile confisque des piles de bois sur le site d'une usine de charbon en Cisjordanie, le 17 novembre 2016. (Crédit : Bureau de communication du COGAT )
Un tracteur de l’Administration Civile confisque des piles de bois sur le site d’une usine de charbon en Cisjordanie, le 17 novembre 2016. (Crédit : Bureau de communication du COGAT )

De 2012 à 2016, le ministère a fait fermer 700 fourneaux illégaux en Israël et dans la Zone C – la partie de Cisjordanie contrôlée pleinement par Israël, conformément aux Accords d’Oslo signés par Israël et les Palestiniens en 1995.

Mais un grand nombre de ces structures sont situées dans la Zone A – sous le contrôle des Palestiniens – et dans la Zone B, où le contrôle est partagé entre Israéliens et Palestiniens, « avec pour conséquence que les autorités israéliennes ne peuvent pas les maîtriser ».

Dans la nuit de mercredi, des responsables de l’Administration Civile sont entrés dans la Zone B, dans la région de Jénine, et ont saisi des outils de travail ainsi que 160 tonnes de déchets constitués de bois élagué qui ont été chargés à bord de huit camions.

L’administration a annoncé qu’elle passait à l’action après avoir émis plusieurs avertissements en direction de l’Autorité palestinienne afin qu’elle mette en oeuvre les réglementations anti-pollution à défaut de faire fermer les usines, a rapporté la radio israélienne.

Des dizaines d’usines de bois de ce type sont installées à proximité de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie.

Il y a deux ans, le Conseil régional de Menashe avait lancé une pétition auprès de la Haute-Cour pour ordonner à l’Etat de mettre un terme aux activités de ces usines de charbon, a fait savoir le quotidien Haaretz.

L’année dernière, le tribunal avait demandé au gouvernement de trouver un moyen de faire appliquer la loi anti-pollution de l’air.

En résultat, le Gouvernement a créé un comité interministériel dont les recommandations comprenaient la désignation d’un lieu central où les bûches pouvaient être amenées en vue d’un recyclage ou d’une production énergétique, l’étude d’options plus favorables à l’environnement pour le traitement du bois, comme l’établissement de fourneaux sophistiqués, la nomination d’inspecteurs supplémentaires permettant de garantir que les coupes ne soient pas envoyées en Cisjordanie et l’interdiction faite aux agriculteurs de donner des élagages de bois à des personnes ou à des structures non habilitées.

Un plan d’action établi par les ministères de l’Environnement et de l’Agriculture exige que ceux qui transportent du bois obtiennent un permis pour garantir que les bûches soient envoyées sur un site autorisé.

Il réclame aussi la création de structures temporaires permettant de stocker le bois et l’investissement de 26 millions de NIS (6,8 millions de dollars) dans des usines de biomasse, qui utilisent les déchets de bois pour créer de l’énergie.

Le Major Général Yoav Mordechai de l’Administration Civile a déclaré : « Nous sommes déterminés à nous occuper de ce charbon nuisible à la santé publique, qui touche les Israéliens et les Palestiniens de la même façon. En plus de cette mise en oeuvre de la loi, qui a commencé aujourd’hui et continuera à l’avenir, nous avons l’intention d’ouvrir un dialogue avec les producteurs de charbon qui permettra de trouver des solutions technologiques de réduction des risques dans ce secteur, pour ceux qui y travaillent et pour les habitants ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...