Rechercher

Israël va cartographier les risques climatiques pour mieux accompagner les localités

Inspirée du travail de l'Agence de gestion des urgences des États-Unis, la cartographie permettra aux villes de mieux se préparer aux inondations, aux incendies et aux tempêtes

Un Israélien tente d'ouvrir une bouche d'égout alors que l'eau inonde une rue pendant un orage à Netanya, au nord de Tel Aviv, le 25 octobre 2015. (Crédit : AFP/Jack Guez)
Un Israélien tente d'ouvrir une bouche d'égout alors que l'eau inonde une rue pendant un orage à Netanya, au nord de Tel Aviv, le 25 octobre 2015. (Crédit : AFP/Jack Guez)

Le ministère de la Protection de l’environnement travaille sur une carte détaillée et interactive des risques climatiques afin de permettre aux communautés israéliennes et aux autorités locales de mieux se préparer aux catastrophes telles que les inondations et les vagues de chaleur, a déclaré mercredi la scientifique en chef du ministère.

Noga Kronfeld-Schor s’est exprimée lors d’une vidéoconférence de quatre heures organisée pour informer près de 120 représentants de ministères et d’organismes publics des progrès accomplis depuis la conférence des Nations unies sur le climat COP26, qui s’est tenue en novembre à Glasgow.

Le projet s’inspire d’un indice de risque national créé par l’Agence fédérale de gestion des urgences américaine (FEMA).

Grâce à de multiples données, l’indice américain attribue un code couleur au risque d’être touché par l’un des 18 risques naturels, jusqu’au niveau des secteurs de recensement, qui sont des subdivisions d’un comté. Tout le monde peut saisir une adresse pour accéder aux informations et voir le risque.

Les données sur les risques naturels, fondées sur des données provenant de plus de 70 sources différentes, sont associées à des informations sur les pertes économiques dues aux risques naturels chaque année et sur le niveau de vulnérabilité ou de résilience sociale dans une zone donnée. Ces données sont si détaillées que l’on peut vérifier, par exemple, quel est le niveau de connexion à l’internet dans une localité donnée.

En utilisant les données de la FEMA, la ville de Boston dispose de sa propre carte des risques très détaillée, a expliqué Kronfeld-Schor, en présentant des exemples montrant la zone portuaire avec un code couleur pour les risques d’inondation et des informations sur les lieux où vivent les personnes âgées et les communautés qui ne parlent pas anglais.

Selon Kronfeld-Schor, la carte israélienne, créée en collaboration avec l’Open Landscape Institute du musée d’histoire naturelle Steinhardt de Tel Aviv, permettrait de canaliser les fonds destinés à faire face aux pires effets du changement climatique vers les endroits les plus exposés du pays, tout en faisant prendre conscience de l’ampleur des risques et de l’urgence de s’y préparer.

Les tempêtes, les inondations, les incendies, les vagues de chaleur et l’élévation du niveau de la mer figureront parmi les principaux risques abordés.

Inondations dans le sud de Tel Aviv, le 4 janvier 2020. (Capture d’écran YouTube/ Almog Tsadok)

Kronfeld-Schor a déclaré qu’elle espérait qu’un projet-pilote serait prêt d’ici la fin de l’année. L’objectif à long-terme est de disposer d’une carte dynamique permettant de prévoir les phénomènes météorologiques extrêmes.

La directrice générale du ministère, Galit Cohen, a déclaré à la conférence que les efforts pour relever les défis du changement climatique avaient considérablement augmenté depuis la conférence de Glasgow.

Elle a déclaré que le Conseil économique national, le Conseil de sécurité nationale et l’Autorité nationale d’urgence avaient tous ajouté le changement climatique à leurs propres évaluations des risques, tandis que le directeur général du bureau du Premier ministre coordonnait des équipes chargées d’examiner les événements météorologiques extrêmes potentiels.

Elle a ajouté que des budgets importants seraient investis au cours de l’année à venir pour aider les autorités locales à s’adapter au changement climatique, et qu’un plan visant à accroître la couverture arborée dans les zones urbaines était à l’ordre du jour d’une discussion au sein du cabinet dimanche.

Le président Isaac Herzog et son épouse Michal participent à la première réunion professionnelle du Forum du président sur le climat à la résidence du président, le 5 janvier 2021. (Crédit : Haim Zach/GPO)

Dov Khenin, un ancien législateur choisi pour diriger le nouveau Forum sur le climat du président Isaac Herzog, a déclaré que ce dernier avait compris l’importance cruciale d’agir sur le climat au cours de la prochaine décennie et qu’il utiliserait le Forum pour élaborer des propositions à l’intention des décideurs.

L’un des principaux objectifs du forum, a poursuivi Khenin, est d’essayer de combler le fossé entre l’objectif « embarrassant » d’Israël, à savoir une réduction de 27 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, et l’objectif des Nations unies, à savoir une réduction de 45 %, si l’on veut que le monde ait un espoir de limiter la hausse des températures à 1,5 degré Celsius par rapport à la période précédant la révolution industrielle.

Le Forum a été lancé juste avant la conférence de Glasgow et a tenu sa première réunion au début du mois avec 150 participants. Il comprend des représentants des ministères, des collectivités locales, des universités, des entreprises et de l’industrie, des organisations à but non lucratif, des étudiants et des jeunes.

Khenin coordonne le Forum en collaboration avec Life and Environment, l’organisme qui chapeaute toutes les organisations écologiques du pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...