Jérusalem : graffitis anti-chrétiens sur les murs de l’Abbaye de la Dormition
Rechercher

Jérusalem : graffitis anti-chrétiens sur les murs de l’Abbaye de la Dormition

Gilad Erdan a promis de "répondre avec une tolérance zéro contre quiconque tente de nuire aux fondations démocratiques de l’Etat d’Israël et à sa liberté de religion"

Des graffitis anti-chrétiens ont été retrouvés dimanche matin sur un mur extérieur de l’Abbaye de la Dormition à Jérusalem, les derniers d’une série de crimes de haine contre les chrétiens et les églises en Israël ces dernières années, a annoncé une porte-parole de la police.

« Des graffitis contre le christianisme écrits en noir ont été découverts sur un mur de l’Abbaye de la Dormition lors d’une patrouille de police, qui a ouvert une enquête », a ajouté la porte-parole de la police, Luba Samri.

“Chrétiens en enfer” et “Mort aux chrétiens païens, les ennemis d’Israël” figuraient parmi les slogans peints sur les murs du monastère bénédictin, qui se situe juste devant les murailles de la Vieille Ville de la capitale.

« La revanche du peuple d’Israël doit encore arriver » figure parmi les autres qualificatifs écrits à côté de l’image d’une épée ensanglantée.

« Malgré les promesses du gouvernement, ces incidents continuent à se produire », a déploré dimanche matin Wadia Abu Nasser, directeur exécutif de l’assemblée des évêques catholiques en Terre Sainte. « Si nous devions vraiment compter tous ces incidents, il y en aurait des centaines ».

« Nous avons des ressources limitées à notre disposition. C’est la responsabilité de l’Etat de non seulement appréhender les auteurs, mais également de réaliser les changements nécessaires dans le système scolaire pour éduquer [les élèves] contre ce genre de choses », a-t-il déclaré à la radio militaire.

Nasser a également appelé les rabbins à s’exprimer contre ces crimes de haine récurrents. « Il est temps qu’ils cessent de se cacher derrière les politiciens », a-t-il déclaré.

New act of vandalism against Christians in Jerusalem!Last night, Hebrew-graffiti were found on walls and doors of “…

Posted by Wadie Abunassar on Saturday, 16 January 2016

Le ministre de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan, a promis de « répondre avec une tolérance zéro contre quiconque tente de nuire aux fondations démocratiques de l’Etat d’Israël et à sa liberté de religion ».

L’Abbaye de la Dormition, qui est située juste à côté du Cénacle, que les juifs révèrent comme l’emplacement de la tombe du roi David et les chrétiens comme la pièce de la Cène, le dernier repas de Jésus avec ses apôtres, au cours duquel fut instituée l’Eucharistie, devant la porte de Sion, a été le site d’attaques par des graffitis en 2012 et 2013. En mai 2014, quelques heures après la célébration d’une messe par le pape François à l’abbaye, des pyromanes ont mis le feu au complexe, du mobilier et des croix en bois avaient été brûlés.

Le député de la Liste arabe unie Ahmad Tibi a condamné les graffitis comme un crime de haine religieux, et a critiqué la réponse « inadéquate » des autorités israéliennes. Dans un communiqué publié dimanche matin, il a avertit que la sous-estimation de l’impact de telles attaques et a appelé la police à y mettre fin.

Ces dernières années, des vandales nationalistes israéliens ont ciblé des mosquées et des églises, en plus de propriétés palestiniennes privées, à des douzaines d’occasions, y compris l’Eglise de la multiplication des pains, sur les rives du lac de Tibériade, qui a été gravement endommagée par les flammes quand des pyromanes y ont mis feu en juin 2015.

Des inconnus ont également vandalisé récemment des dizaines de tombes du cimetière d’un monastère chrétien à l’ouest de Jérusalem, avait annoncé samedi dernier le patriarcat latin en exhortant les autorités israéliennes à juger les coupables.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...