Rechercher

Kanye West est de retour sur le « nouveau » Twitter tandis qu’Elon Musk trolle l’ADL

Les récents développements annoncent un avenir sans faille pour la plate-forme ; le compte de Trump a été rétabli, mais l'ancien président s'est montré "blasé"

Le PDG de Tesla, Elon Musk, prenant la parole lors du dévoilement de la nouvelle Tesla Model Y, à Hawthorne, en Californie, le 14 mars 2019. (Crédit : Frederic J. Brown/AFP/Archives)
Le PDG de Tesla, Elon Musk, prenant la parole lors du dévoilement de la nouvelle Tesla Model Y, à Hawthorne, en Californie, le 14 mars 2019. (Crédit : Frederic J. Brown/AFP/Archives)

JTA – Elon Musk a badiné avec Kanye West et trollé l’Anti-Defamation League (ADL) ce week-end, illustrant le free-for-all (« liberté d’expression pour tous ») qu’il veut pour la plate-forme.

Le rappeur et designer, désormais connu sous le nom de Ye, a été banni de Twitter le mois dernier pour avoir menacé les Juifs, puis réintégré le 4 novembre l’espace d’une journée, avant d’être à nouveau banni le même jour après avoir lancé une nouvelle série d’invectives antisémites.

« Je teste pour voir si mon Twitter est débloqué », a écrit West dimanche à la mi-journée. Il n’était pas certain si Musk, qui avait finalisé le rachat de Twitter le mois dernier, avait approuvé le retour de West, mais environ cinq heures plus tard, il a semblé lui souhaiter la bienvenue, en faisant un jeu de mots sur son « nouveau » nom.

“Don’t kill what ye hate Save what ye love” (« Ne tuez pas ce que vous détestez, sauvez ce que vous aimez »), avait publié Musk, en réponse à la question de West. Le tweet suivant de West était simplement « Shalom » suivi d’un émoji de sourire.

Cet échange est intervenu après que Musk a répondu aux critiques du PDG de l’ADL, Jonathan Greenblatt, par un tweet disant : « Hey, arrêtez de me diffamer ! »

Vendredi, Musk a rétabli le compte de l’ancien président Donald Trump sur Twitter après un sondage réalisé auprès des utilisateurs du réseau social. Trump était banni de la plate-forme depuis le 6 janvier 2021, après que ses tweets incendiaires ont contribué à déclencher des émeutes inédites au Capitole par ses partisans.

Pour sa part, Trump s’est montré blasé de sa réintégration, disant qu’il préférait Truth Social, la petite plate-forme qu’il a lancée après avoir été banni de Twitter.

La réintégration de Trump a suscitée une réprimande de la part de Greenblatt, qui s’était entretenu avec Musk, après son rachat de la plate-forme, afin de trouver les moyens de lutter contre les discours haineux en ligne.

« Pour @elonmusk, autoriser Donald Trump à revenir sur Twitter, ostensiblement après un bref sondage, démontre son trop peu de sérieux quant à préserver la plate-forme de la haine, du harcèlement et de la désinformation. » Musk a répondu en plaisantant que Greenblatt l’avait « diffamé ».

L’engagement entre Greenblatt et Musk semblait bien se passer au début. Le mois dernier, Greenblatt avait fait l’éloge de l’industriel connu pour avoir relancé les voyages dans l’espace et popularisé les véhicules électriques, le présentant comme l’héritier de Ford en matière d’innovation. Musk avait ensuite publié – au sujet de la réunion avec l’ADL et d’autres groupes de droits civils pour discuter de la modération des discours de haine, l’antisémitisme et l’extrémisme : « Twitter continuera à combattre la haine et le harcèlement et à appliquer ses politiques d’intégrité électorale. »

Mais alors que Musk instituait des changements, licenciant ou encourageant des centaines d’employés à démissionner, y compris les cadres chargés de veiller à ce que la plate-forme soit exempte de haine, le langage haineux et le harcèlement ont connu un pic sur le site.

La coalition lancée par Greenblatt, Stop Hate For Profit, a appelé les annonceurs à quitter Twitter jusqu’à ce que Musk fasse des changements.

Mais un examen des tweets les plus récents de Musk suggère qu’il apprécie la mêlée générale.

Il s’est moqué de ses détracteurs en disant qu’ils attiraient les regards sur Twitter, a plaisanté en disant qu’il espérait que Twitter provoquerait une forte poussée de dopamine, puis a résumé sa philosophie en publiant que « le résultat le plus divertissant est le plus probable ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...