Kushner : le plan de paix de Trump sera dévoilé en juin, après le ramadan
Rechercher

Kushner : le plan de paix de Trump sera dévoilé en juin, après le ramadan

Le haut-conseiller du président Trump a demandé aux diplomates de Washington de conserver une "ouverture d'esprit" face à cette proposition très attendue et très vilipendée

Jared Kushner, gendre et conseiller principal du président américain Donald Trump, prend la parole lors de la cérémonie d'inauguration de l'ambassade des États-Unis à Jérusalem le 14 mai 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)
Jared Kushner, gendre et conseiller principal du président américain Donald Trump, prend la parole lors de la cérémonie d'inauguration de l'ambassade des États-Unis à Jérusalem le 14 mai 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le conseiller spécial du président américain Donald Trump Jared Kushner a annoncé mercredi que le très attendu plan de paix pour le Moyen-Orient élaboré par l’administration américaine serait dévoilé au mois de juin au plus tôt.

Le gendre de l’occupant de la Maison-Blanche a expliqué à une centaine de diplomates que le plan serait présenté après la prise de fonction du nouveau gouvernement israélien et à l’issue du du mois sacré du ramadan musulman, qui s’achèvera le 5 juin.

Il leur a vivement recommandé de conserver une « ouverture d’esprit », selon une source citée par Reuters.

« Il a expliqué que le plan nécessitera des concessions de la part des deux parties mais qu’il ne mettra pas en péril la sécurité de l’Etat juif », a dit cette source, selon l’agence de presse.

« Nous devrons nous mettre en quête de compromis raisonnables qui permettront la réalisation de la paix », a ajouté Kushner.

Selon l’envoyé pour la paix de l’administration Jason Greenblatt, ces informations sont « exactes ».

Kushner a tenu ces propos lors d’un discours prononcé devant des diplomates à la Blair House, à Washington, aux abords de la Maison Blanche.

Peu d’éléments ont filtré sur ce plan très attendu, même si des informations récentes parues dans le Washington Post et dans le Guardian ont laissé entendre qu’il ne prévoyait pas la création d’un plein Etat palestinien.

Ce qui entraînerait une nouvelle fin de non-recevoir de la part des Palestiniens qui refusent d’ores et déjà de coopérer avec l’équipe de Trump, suite à la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem en tant que capitale d’Israël en 2017 et au transfert de l’ambassade américaine dans la ville sainte au mois de mai 2018.

Le nouveau Premier ministre de l’Autorité palestinienne Mohammad Shtayyeh a estimé dans la journée de mardi que le plan était « mort-né ».

« Trump n’a pas de partenaire en Palestine. Trump n’a pas de partenaires arabes et Trump n’a pas de partenaires européens », a déclaré Shtayyeh au cours d’une interview-fleuve d’une heure.

Lors d’un événement organisé à la veille de Pessah à la Maison Blanche qui a réuni des groupes juifs conservateurs mardi soir, l’ambassadeur israélien aux Etats-Unis a indiqué qu’il avait la certitude que le plan de paix – dont les détails ne sont pas encore connus – prendrait en compte « les préoccupations vitales » de l’Etat juif.

« J’ai conscience que beaucoup de gens attendent la proposition de paix », a déclaré Ron Dermer, selon le site internet Jewish Insider.

« Mais je dois le dire : En tant qu’ambassadeur israélien, j’ai la certitude que cette administration – au vu du soutien qu’elle apporte à Israël – prendra en compte les préoccupations vitales du pays dans toute proposition qu’elle sera amenée à avancer. »

Vendredi, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a affirmé dans un entretien accordé à Jake Tapper de CNN que le plan de paix que la Maison-Blanche devrait révéler « marquera un changement significatif par rapport au modèle qui a été utilisé jusqu’à présent ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...