La Biélorussie dit avoir reçu une menace signée du Hamas contre le vol Ryanair
Rechercher

La Biélorussie dit avoir reçu une menace signée du Hamas contre le vol Ryanair

Selon les autorités bélarusses, une alerte à la bombe, qui s'est révélée être mensongère, est à l'origine de l'interception de l'appareil

Un Boeing 737-800 (EI-EKR) de la compagnie aérienne irlandaise Ryanair à Belfast. (Crédit : Ardfern, CC, via Wikimedia Commons)
Un Boeing 737-800 (EI-EKR) de la compagnie aérienne irlandaise Ryanair à Belfast. (Crédit : Ardfern, CC, via Wikimedia Commons)

Les autorités bélarusses ont expliqué lundi que le vol Ryanair, détourné la veille sur l’aéroport de Minsk avec un opposant politique à bord, avait été menacé dans un email se proclamant de l’organisation terroriste palestinienne du Hamas.

« Nous, soldats du Hamas, réclamons qu’Israël cesse le feu sur le secteur de Gaza. Nous réclamons que l’Union européenne cesse son soutien à Israël (…) si nos revendications ne sont pas satisfaites une bombe explosera (à bord de l’avion de Ryanair) au-dessus de Vilnius », a dit le directeur du transport aérien au ministère bélarusse des Transports, Artem Sikorski, affirmant lire une traduction en russe du message reçu en anglais.

Le Royaume-Uni a demandé lundi à ses compagnies de contourner l’espace aérien du Bélarus et a suspendu l’autorisation de la compagnie nationale Belavia, a annoncé le ministre britannique des Transports.

A la suite du déroutage d’un avion Ryanair vers Minsk dimanche, le ministre Grant Shapps a annoncé avoir « donné pour instruction » à l’autorité de l’aviation civile de « demander aux compagnies aériennes d’éviter l’espace aérien bélarusse pour la sécurité des passagers ». « J’ai aussi suspendu l’autorisation d’opérer de Belavia », compagnie du Bélarus, a-t-il ajouté sur Twitter.

L’ambassadeur du Bélarus à Berlin a été convoqué lundi au ministère allemand des Affaires étrangères après le déroutage par les autorités bélarusses d’un avion de ligne et l’arrestation d’un opposant présent à son bord.

« Les explications fournies jusqu’à présent par le gouvernement du Bélarus concernant l’atterrissage forcé d’un avion de Ryanair à Minsk sont aberrantes et ne sont pas crédibles », a déclaré dans un communiqué le chef de la diplomatie Heiko Maas.

Le ministre des Affaires étrangères allemand Heiko Maas, en novembre 2014. (Capture d’écran : YouTube/UdL Digital)

« Nous avons besoin de clarté sur ce qui s’est réellement passé à bord et sur le terrain hier. Et nous avons besoin de clarté sur le bien-être de Roman Protassevitch et de sa partenaire, qui doivent être immédiatement libérés », a-t-il ajouté

La convocation a été fixée pour lundi soir.

Le ministre a précisé qu’un haut fonctionnaire du ministère, Miguel Berger, rencontrerait l’ambassadeur, Denis Sidorenko, tandis que les dirigeants européens débattront, à l’occasion d’un sommet des Vingt-Sept à Bruxelles, des « conséquences » de cet incident qui a provoqué l’indignation contre le régime du président Alexandre Loukachenko.

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko après avoir voté dans un bureau de vote arborant le drapeau biélorusse, lors des élections présidentielles à Minsk, Biélorussie, le 9 août 2020. (Crédit : AP Photo/Sergei Grits)

L’équipage du vol de Ryanair a lui-même décidé d’atterrir à Minsk « sans ingérence » après avoir été informé d’une alerte à la bombe, ont affirmé lundi les autorités bélarusses.

« La décision a été prise par le commandant de l’équipage sans ingérence extérieure », a indiqué Igor Goloub, commandant de l’armée de l’air.

Selon lui, le pilote aurait pu « partir vers l’Ukraine, en fonction de la météo et de sa réserve de carburant, ou vers la Pologne ».

Dimanche, un chasseur MiG-29 a décollé sur ordre personnel du président bélarusse Alexandre Loukachenko pour intercepter le vol FR4978 de Ryanair effectuant la liaison Athènes-Vilnius, capitales de deux pays de l’UE, et qui se trouvait à ce moment-là dans l’espace aérien bélarusse.

Selon les autorités bélarusses, une alerte à la bombe, qui s’est révélée être mensongère, est à l’origine de l’interception de l’appareil.

Après l’atterrissage à Minsk et le contrôle de l’appareil, l’avion est reparti pour la Lituanie.

Entretemps, la police bélarusse a arrêté l’opposant Roman Protassevitch et sa petite amie, Sofia Sapéga, qui se trouvaient à bord. De nombreux responsables en Occident estiment que l’ensemble de l’incident a été orchestré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...