La branche armée du Hamas annonce la mort « accidentelle » d’un de ses membres
Rechercher

La branche armée du Hamas annonce la mort « accidentelle » d’un de ses membres

Un membre de l'organisation terroriste palestinienne a été tué alors qu'il "prenait position" dans la zone frontalière entre Israël et Gaza

Des agents masqués des Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche militaire de l'organisation terroriste Hamas, à bord d'un véhicule pour commémorer le 30e anniversaire de l'organisation, le 13 décembre 2017 à Gaza. (AP Photo/Adel Hana)
Des agents masqués des Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche militaire de l'organisation terroriste Hamas, à bord d'un véhicule pour commémorer le 30e anniversaire de l'organisation, le 13 décembre 2017 à Gaza. (AP Photo/Adel Hana)

La branche militaire du Hamas, les Brigades Ezzedine al-Qassam, a déclaré qu’un de ses membres était mort jeudi à la suite d’une « erreur de manipulation de son arme ».

La branche armée de l’organisation terroriste islamiste a identifié l’homme mort comme étant Ahmad al-Fayoumi, 21 ans.

« Il est monté au ciel en martyr… à la suite d’une erreur liée à l’utilisation d’une arme alors qu’il prenait position dans les ‘fissures' », ont déclaré les Brigades Ezzedine al-Qassam dans un communiqué, utilisant un terme pour désigner la région frontalière entre Israël et la bande de Gaza.

Les Brigades Ezzedine al-Qassam n’ont pas fourni de détails sur l’“erreur liée à la manipulation de son arme”.

Des photos publiées sur Twitter montraient ce qui semblait être les restes de la dépouille de Fayoumi dans un hôpital de Gaza.

De jeunes Palestiniens montrant leurs compétences lors d’une cérémonie de remise des diplômes d’un camp d’entraînement dirigé par le Hamas à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, le 29 janvier 2015. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)

Mercredi, un autre membre des Brigades Ezzedine al-Qassam est décédé. La branche armée de l’organisation terroriste a déclaré que Hamdi Hejazi, 27 ans, avait succombé à des blessures qu’il avait subies plus tôt ce mois-ci « dans un accident alors qu’il prenait position dans les ‘fissures' », sans donner de détails.

En janvier 2018, Imad al-Alami, qui était alors un haut responsable du Hamas, s’est tiré une balle dans la tête « en examinant son arme personnelle chez lui », a déclaré Fawzi Barhoum, un porte-parole du groupe terroriste à cette époque.

Cependant, certains experts ont émis l’hypothèse qu’un membre rival du Hamas aurait peut-être tiré sur Alami. Quelques semaines après l’incident, Alami, qui était considéré comme un partisan de la ligne dure et un partisan des liens du Hamas avec l’Iran, est mort dans un hôpital à Gaza.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...