Israël en guerre - Jour 145

Rechercher

La capitaine Shir Eilat, 20 ans : la commandante désintéressée des soldates d’observation

Elle a été tuée quand les terroristes ont pris d'assaut la base militaire de Nahal Oz, le 7 octobre

La capitaine Shir Eilat. (Crédit : Armée israélienne)
La capitaine Shir Eilat. (Crédit : Armée israélienne)

La capitaine Shir Eilat, 20 ans, commandante de la 414e unité du Corps de la police des frontières, originaire de Kfar Shmuel, a été tuée quand les terroristes du Hamas ont pris d’assaut la base militaire de Nahal Oz, le 7 octobre.

Elle a été inhumée le 12 octobre à Gezer. Elle laisse derrière elle ses parents, Ayelet and Doron et deux sœurs aînées, Lior et Nir.

Sa famille et ses amis ont raconté que Shir prenait des cours de théâtre au lycée et qu’elle hésitait entre faire des études de comédie ou continuer une carrière militaire. Elle était déjà restée dans l’armée après son service obligatoire.

Sa plus proche amie, connue pendant le service militaire, la lieutenante Noam Shtemer, a déclaré devant les caméras de la chaîne publique Kan que quand elle entrait dans le centre de crise, dorénavant, « je pense à Shir en permanence. J’ai vraiment le sentiment qu’elle est là, avec moi, qu’elle m’accompagne dans tout ce que je fais ».

« Elle a été une héroïne dans ses derniers moments et ce, d’une façon incroyable », a dit Noam. « Elle s’inquiétait de toutes les filles qui étaient dans le centre de crise, elle s’est montrée professionnelle, opérationnelle, incroyable, elle seule sait comment elle a fait ».

Son beau-frère, Shaked Alon, a confié à Kan qu’il connaissait Shir depuis qu’elle avait huit ans « et je l’ai vue traverser tous les stades de la vie, l’école, le lycée, le recrutement au service militaire – nous n’aurons malheureusement pas le privilège de voir le reste. Mais depuis qu’elle était petite, c’était une enfant brillante, toujours entourée de nombreux amis, c’était une vraie leader, très sociable, tout le monde voulait passer du temps avec elle ».

Shaked a indiqué qu’alors que la famille attendait des nouvelles du sort qui lui avait été réservé et qu’aussitôt qu’il avait entendu qu’au moins l’une des soldates qui se trouvaient avec Shir dans le centre de crise de Nahal Oz, en cette matinée de Shabbat, avait été tuée, « j’ai su que la situation de Shir n’était pas bonne parce que je savais que si quelqu’un avait été tué, personne ne devait en avoir échappé vivant et que Shir n’en était pas sortie vivante – parce que jamais elle n’aurait laissé une de ses soldates derrière elle ».

Shaked a ajouté qu’il avait appris auprès d’autres personnes que Shir « est restée calme, elle s’est inquiétée pour tout le monde, elle a protégé les autres, elle a été apaisante… Elle s’est mise de côté et elle s’est inquiétée des autres ».

Sa sœur, Nir, a écrit sur les réseaux sociaux qu’une partie de son cœur avait disparu à jamais.

« Ton sourire était partout dans mon cœur et c’était certainement le cas pour tout le monde », a écrit Nir. « Avec les jours qui passent, je traverse mes journées avec ce sentiment que tu es dans l’armée et que tu reviendras bientôt. Je te sens encore vivante et je n’arrive pas à imaginer que tu n’es plus là ».

« J’entends en permanence ton rire dans ma tête, je pense à nos moments ensemble, à ce que nous avons fait dès notre jeune âge, à nos liens forts et à l’amour énorme que nous nous portions l’une à l’autre – nous nous parlions par un simple regard », a-t-elle continué. « Maintenant, tout ce qui me reste, c’est de parler aux cieux en espérant que tu m’entendras ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.