La commission électorale va enquêter sur des fraudes dans 3 bureaux de vote
Rechercher

La commission électorale va enquêter sur des fraudes dans 3 bureaux de vote

Le contrôleur de la commission centrale électorale "a mis en évidence des irrégularités" dans les bureaux de vote de Rahat (sud), de Lod (centre) et de la localité d'Iksal (nord)

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Des Israéliens déposent leur bulletin de vote dans un bureau de vote à Jérusalem, le 2 mars 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)
Des Israéliens déposent leur bulletin de vote dans un bureau de vote à Jérusalem, le 2 mars 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Le président de la commission centrale électorale, Neal Hendel, a demandé lundi à la police israélienne d’ouvrir des enquêtes sur des fraudes présumées dans trois bureaux de vote lors des élections générales de la semaine dernière.

Selon Hendel, le processus d’examen de l’organe électoral lui-même « a mis en évidence des irrégularités » dans les bureaux de vote de la ville de Rahat, dans le sud, de la ville centrale de Lod et de la localité d’Iksal, dans le nord, indiquant que « la police doit ouvrir des enquêtes sur chacun de ces cas ».

Hendel, dans un arrêt transférant l’enquête à la police, a écrit que dans le bureau de vote n° 18 de Rahat, « le nombre d’enveloppes signées par les membres de la commission électorale est inférieur au nombre d’enveloppes insérées dans l’urne » ; dans le bureau de vote n° 68 à Lod, « le nombre de votes était en fait de huit de plus que le nombre d’électeurs qui ont effectivement voté » ; et dans le bureau de vote n° 11 à Iksal, « il y a un décalage entre le nombre de votes qui ont été comptabilisés dans le registre de la commission des bulletins de vote en faveur de la Liste arabe unie et ceux trouvés dans les urnes ».

Les résultats définitifs, bien qu’officieux, de l’élection de lundi ont été publiés jeudi par la commission centrale électorale après des retards dans la vérification d’un certain nombre de bureaux de vote et d’urnes. La commission électorale s’est néanmoins réservée le droit de les modifier avant qu’ils ne soient officiellement remis au président mardi.

Le juge de la Cour suprême Neal Hendel, (à droite), préside la commission centrale électorale, le 14 janvier 2020. (Yonathan Sindel/Flash90)

Cependant, le total des voix dans les trois bureaux de vote examinés étant inférieur à 200, il semble peu probable que des changements significatifs soient intervenus.

La directrice générale de la commission centrale électorale, Orly Adas, a déclaré dimanche qu’il n’y avait « absolument aucun risque » que la répartition des sièges à la Knesset change après l’examen des irrégularités présumées, indiquant que les résultats actuellement publiés seront également le résultat final officiel.

Les résultats finaux ont donné au parti Likud 36 sièges contre 33 à son rival Kakhol lavan, ce qui place le bloc de droite dirigé par le premier ministre à 58, soit trois sièges de moins que la majorité requise pour former un gouvernement et poursuivre une impasse qui dure depuis un an.

Résultats définitifs de l’élection israélienne du 2 mars 2020.
Les blocs de la Knesset après les élections israéliennes du 2 mars 2020.

Le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré qu’il allait demander à la Cour suprême de lui permettre de revoir le décompte de tous les bureaux de vote, en exigeant que tous les protocoles de décompte soient publiés.

Le Likud a déclaré dans son communiqué qu’il voulait corriger « les erreurs d’enregistrement et de comptabilisation des résultats », sans fournir aucune preuve.

Mais la commission centrale électorale a déclaré vendredi qu’elle rejetait toute implication politique dans le décompte des votes.

« La commission centrale électorale rejette toutes les tentatives des factions du Likud de dénigrer le travail professionnel et dévoué des employés de la commission et de saper sa crédibilité. Il va sans dire que les représentants du Likud ont assisté à presque tous les scrutins et ont signé les résultats eux-mêmes », a déclaré la commission dans un communiqué.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...