La crémation dictée par l’État est une « mitzvah » posthume – un rabbin orthodoxe
Rechercher

La crémation dictée par l’État est une « mitzvah » posthume – un rabbin orthodoxe

Le rabbin Kenneth Brander, directeur du réseau israélien Ohr Torah Stone, déclare sans équivoque que la lutte contre le virus est plus importante que les rites funéraires juifs

Illustration : Sur cette photo du 23 mars 2020, des cercueils sont placés sur des rayonnages au Tempio crematorio de Plaisance, au nord de l'Italie, en attente de crémation en raison de l'urgence liée au coronavirus. (Claudio Furlan/LaPresse via AP)
Illustration : Sur cette photo du 23 mars 2020, des cercueils sont placés sur des rayonnages au Tempio crematorio de Plaisance, au nord de l'Italie, en attente de crémation en raison de l'urgence liée au coronavirus. (Claudio Furlan/LaPresse via AP)

Un rabbin orthodoxe de premier plan stipule que les communautés juives d’Europe doivent accepter la crémation si leur gouvernement l’exige – et la considérer comme une « mitzvah » posthume, ou l’accomplissement d’un commandement, de la part du défunt.

Alors que certains pays cessent d’enterrer les victimes du coronavirus ou s’apprêtent à le faire, de peur que cela n’augmente la transmission du coronavirus, Kenneth Brander, le rosh yeshiva ou doyen du réseau d’institutions israéliennes Ohr Torah Stone, a déclaré que toute personne juive qui est incinérée dans ce contexte devrait être considérée comme luttant à titre posthume contre le virus qui l’a tuée.

« Le plus grand honneur qu’une personne qui n’est pas en vie puisse obtenir est d’aider les vivants », a déclaré M. Brander. Alors que le judaïsme considère normalement l’incinération comme une « profanation », dans le contexte du sauvetage d’une vie, elle serait considérée comme « une mitzvah que le défunt fait à titre posthume ».

Brander s’est entretenu avec le Times of Israel peu après avoir appris qu’un homme juif, Ruben Bercovich, avait été incinéré près de Buenos Aires malgré les protestations de sa communauté.

Situé dans la ville d’Efrat en Cisjordanie, Ohr Torah Stone a été créé par le rabbin Shlomo Riskin en 1983. Aujourd’hui un réseau de 27 établissements d’enseignement dirigé par Brander, son séminaire a ordonné des centaines de rabbins qui servent dans le monde entier.

Le rabbin Kenneth Brander, Rosh Yeshiva du réseau d’institutions israéliennes Ohr Torah Stone (Autorisation)

Brander est chargé d’envoyer des directives pour la crise du coronavirus aux 277 membres du programme des émissaires rabbiniques de son réseau, dont la plupart sont situés en Europe.

Il a déclaré que ses commentaires sur la « mitzvah » de la crémation ne s’appliquent que dans les cas où les gouvernements décident que les crémations sont nécessaires pour la santé publique et mettent en œuvre la politique dans tous les domaines. Cela ne s’appliquerait donc pas en Grande-Bretagne ou en Italie, qui ont jusqu’à présent fait une exception pour les communautés religieuses.

Brander a déclaré qu’en cas d’incinération pendant la crise du coronavirus, les prières funéraires normales devraient toujours être récitées, et le défunt serait toujours pleuré avec la période de shiva de sept jours et la prière de deuil traditionnelle, le Kaddish – dans les limites des restrictions sur les rassemblements.

Brander a indiqué que la tahara, la toilette rituelle et la préparation à l’enterrement, a déjà cessé dans une grande partie du monde juif pour les personnes décédées qui ont été infectées par le coronavirus. Le virus infectieux continue de vivre dans le sang et les fluides corporels d’un porteur infecté post-mortem.

A Milan, le rabbin Alfonso Arbib de la communauté juive a mis fin à la pratique de la tahara. « Ce n’est pas prudent », a dit Arbib à JTA, « et préserver la vie est la chose la plus importante en ce moment ».

En Italie, l’enterrement des Juifs est toujours autorisé, mais la communauté est consciente que cela pourrait bientôt changer. « Jusqu’à présent, nous avons pu empêcher cela car les enterrements sont toujours autorisés sous certaines conditions, mais il est à craindre que cela ne soit plus possible si le nombre de morts continue à augmenter », a déclaré M. Arbib.

Le grand-rabbin de Milan et président de l’Assemblée rabbinique d’Italie, Alfonso Arbib. (Autorisation)

Brander a indiqué que les sociétés funéraires ou hevra kadishas en Europe qui continuent la pratique rituelle de la tahara manipulent déjà tous les corps avec une protection spéciale, y compris les masques et les gants. Elles travaillent en groupes plus restreints que d’habitude et ajoutent du désinfectant à l’eau pour le lavage des corps.

Selon M. Brander, il est possible que dans certains endroits, les sociétés funéraires juives cessent également de préparer l’enterrement des corps des personnes non infectées par COVID-19 à mesure que la crise s’aggrave.

Brander a expliqué que l’interdiction juive de la crémation découle de la Bible hébraïque. « La Torah, dans le Deutéronome, parle de la nécessité d’enterrer les gens immédiatement – même ceux qui ont été pendus pour un délit », a-t-il expliqué.

Comme l’ont décrété les rabbins pendant et après la Shoah, la crémation n’est pas considérée comme une transgression de la loi juive de la part du défunt si celui-ci n’a pas donné son consentement.

« Depuis des générations, la coutume juive est d’enterrer les morts avec respect et de ne pas les incinérer, mais comme il y a des inquiétudes sur la contagion, nous essayons de guider nos rabbins sur ce qu’il faut faire. Jusqu’à présent, nos rabbins ont pu enterrer les morts, mais ils se rendent compte que cela pourrait changer en raison de l’intensité des décès dus au coronavirus », a déclaré M. Brander.

La fin de l’enterrement rituel des Juifs sera triste, a déclaré M. Brander, mais elle devrait être acceptée par les communautés juives si nécessaire. « Les Taharas sont importantes car elles constituent la tradition, mais la loi juive dit que la préoccupation ultime est de prendre soin des vivants, et cela nous guidera », a-t-il dit.

Les funérailles d’Aryeh Even, la première victime du coronavirus en Israël, le 21 mars 2020. (Capture d’écran de Ynet)

Alors que Brander informe ses rabbins en Europe, l’Association nationale américaine pour les Hevra Kadishas a publié des directives à l’intention des sociétés funéraires aux États-Unis. Elchonon Zohn, le fondateur de l’association, a écrit aux membres que les lignes directrices étaient « très difficiles pour moi à recommander et à diffuser » et qu’il est « normal de se sentir peiné de devoir abréger les procédures ».

Les instructions stipulent notamment que le lavage des corps « doit être accéléré même s’il est plus superficiel ». Les membres de la société d’inhumation sont invités à réduire au minimum le temps passé avec un corps.

Zohn a déclaré qu’à bien des égards, les nouvelles règles « contredisent ce que j’ai enseigné pendant de nombreuses années ». Pourtant, « la Torah exige que nous réagissions à des moments particuliers avec des règles spéciales ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...