Israël en guerre - Jour 146

Rechercher

« La France n’a pas de candidat au Liban », assure Paris

Des médias libanais ont récemment évoqué un possible soutien de Paris à l'ancien ministre Sleiman Frangié pour le poste de président

Le ministre libanais de l'intérieur, Suleiman Frangieh, arrive au parlement pour assister à une session historique le 28 février 2005 à Beyrouth. (Crédit : AFP PHOTO/HAITHAM MUSSAWI)
Le ministre libanais de l'intérieur, Suleiman Frangieh, arrive au parlement pour assister à une session historique le 28 février 2005 à Beyrouth. (Crédit : AFP PHOTO/HAITHAM MUSSAWI)

« La France n’a pas de candidat au Liban », a assuré jeudi la porte-parole du ministère des Affaires étrangères alors que des médias libanais ont récemment évoqué un possible soutien de Paris à l’ancien ministre Sleiman Frangié pour le poste de président.

« Il convient aux Libanais d’élire leurs dirigeants », a déclaré Anne-Claire Legendre lors d’un point presse, rappelant le message de Paris des derniers mois.

Le Liban connaît une vacance du pouvoir depuis que le mandat du président Michel Aoun a expiré le 31 octobre sans accord au sein de la classe politique profondément divisée sur un successeur. Cette crise politique a aggravé le marasme économique du pays.

« Il revient aux acteurs libanais de prendre leurs responsabilités et de sortir de l’impasse politique pour élire rapidement un nouveau président », a souligné la porte-parole du Quai d’Orsay, ajoutant que la vacance depuis plus de six mois « pèse sur le peuple libanais au premier chef ».

Le Liban connaît l’une des pires crises économiques au monde depuis 1850, estime la Banque mondiale, marquée par une flambée vertigineuse des prix, une dégringolade historique de la devise nationale, une paupérisation inédite de la population et de graves pénuries.

« Il s’agit d’élire un nouveau président, de former un gouvernement de plein exercice qui sera en mesure de mener les réformes dont le Liban et le peuple libanais ont urgemment besoin face à la grave crise qu’ils traversent », a également déclaré Anne-Claire Legendre.

Le Quai a aussi indiqué que la France avait « de très nombreux échanges avec les acteurs politiques libanais ».

Le Fonds monétaire international (FMI) exige, lui, la mise en place de réformes nécessaires pour débloquer une aide indispensable au pays.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.