La Miss Allemagne 2011 était juive
Rechercher

La Miss Allemagne 2011 était juive

Valeria Bystritskaia, née à Moscou d'une mère juive ukrainienne et d'un père russe, avait gardé secrètes ses origines par crainte de l'antisémitisme

Valeria Bystriskaia est couronnée Miss Univers Allemagne à Berlin, le 7 juillet 2011 (Autorisation : Bystriskaia)
Valeria Bystriskaia est couronnée Miss Univers Allemagne à Berlin, le 7 juillet 2011 (Autorisation : Bystriskaia)

JTA — La semaine dernière, l’histoire d’une femme juive ayant participé au concours de Miss Allemagne est devenue virale. Tamar Morali, 21 ans, a indiqué que les organisateurs lui avaient dit qu’elle était la première juive à aller si loin dans ce concours de beauté national.

Or, il s’avère que cette réalité – et plus généralement dans le monde des concours de beauté également – n’est pas aussi évidente qu’il pourrait le sembler.

Ainsi, en 2011, une Juive, Valeria Bystritskaia, a remporté le titre convoité de miss Allemagne. Mais, par crainte de l’antisémitisme, Bystritskaia – née en Russie et qui s’était installée en Allemagne à l’âge de sept ans – a gardé le silence sur ses origines juives.

Tamar Morali espère représenter l’Allemagne au concours de Miss Univers (Crédit : Tamar Morali via Instagram/JTA)

Ajoutant à la confusion, JTA a découvert que les deux femmes avaient concouru dans deux différents concours de Miss Allemagne. Bystriskaia avait gagné le concours de miss Univers Allemagne, ce qui signifie qu’elle s’était présentée à la couronne de miss Univers. Pour sa part, Morali participe à une compétition organisée par la société miss Allemagne, qui n’est pas affiliée à Miss Univers.

Bystritskaia, 31 ans, née à Moscou, a une mère juive ukrainienne et un père russe. En 1993, a-t-elle raconté à JTA, elle et sa mère s’étaient installées en Allemagne pour échapper à l’antisémitisme, finissant par s’établir dans la ville de Karlsruhe. Sa mère lui avait recommandé de ne parler à personne de ses origines juives, même si Bystritskaia explique avoir été l’objet de harcèlement à l’école parce qu’elle était étrangère.

A l’âge de 17 ans, elle avait été découverte par une agence de mannequins et quatre ans après avoir commencé une carrière dans ce domaine, elle avait pris part à son tout premier concours de beauté. Elle avait gagné plus de 30 titres et, à 25 ans, elle avait été couronnée miss Allemagne univers. Elle avait donc représenté l’Allemagne au concours de miss Univers en 2011, même si elle ne s’était pas classée dans le top 16.

Bystritskaia a expliqué que les organisateurs ne l’avaient jamais interrogé sur ses origines religieuses et qu’elle-même n’en avait parlé à personne. Sa judéité était donc restée dans l’ombre.

Suite à sa victoire, Bystritskaia avait toutefois subi un harcèlement antisémite sur les médias sociaux. Elle a indiqué ne pas savoir véritablement comment les gens avaient découvert qu’elle était juive.

« Le pire a été quelqu’un qui avait écrit ‘Hitler les a oubliés, elle et sa famille », a-t-elle raconté à JTA dans un courriel.

Ce qui l’a finalement convaincue de quitter le pays.

« C’est cette réaction, en fait, qui m’a donné la certitude que je ne pouvais pas vivre en tant que juive en Allemagne », a-t-elle dit. « J’ai été Miss pendant l’année 2012 et, en 2013, je suis partie vivre en Amérique ».

Bystritskaia, qui parle cinq langues – le russe, l’anglais, l’allemand, l’italien et le français – a posé ses valises à New York, où la vibrante communauté juive l’a remise au contact de ses racines et où elle s’est rendue pour la deuxième fois de son existence à la synagogue.

Le judaïsme a également créé le lien avec son époux, Joel Mowbray, fondateur de Fourth Factor Consulting, qui travaille avec des entreprises technologiques de la Silicon Valley et des think-tanks pro-israéliens. Le couple s’est rencontré en 2013 au sein de l’organisation Manhattan Jewish Experience, qui regroupe de jeunes professionnels juifs. Ils se sont mariés l’année suivante à Aspen, dans le Colorado.

Bystritskaia est encore mannequin et elle est aussi comédienne. Sa mère, qui vit encore en Allemagne, est heureuse que sa fille soit partie aux Etats-Unis.

« Elle est tellement heureuse que je puisse vivre en tant que juive, ouvertement, librement, sans aucune crainte en Amérique », a déclaré Bystritskaia à JTA lors d’un entretien téléphonique. « Elle a été tellement émue que je puisse vivre un mariage juif ».

JTA n’a pas été en mesure de vérifier si Bystritskaia a été la première juive à se hisser sur la première marche du podium du concours de miss Univers. Selon l’organisatrice Kim Kotter, il y a eu d’autres concurrentes juives dans le passé et elle a suggéré qu’une gagnante précédente pourrait bien avoir également des racines juives.

Toutefois, la femme évoquée par Kotter a précisé qu’elle n’avait pas d’ancêtres juifs.

« Nous apprécions vraiment d’avoir des finalistes de différents groupes culturels », a écrit Kotter à JTA dans un courriel. « Un grand nombre de nos filles ont des origines mixtes, et également juives ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...