La Russie a achevé son retrait partiel de Syrie
Rechercher

La Russie a achevé son retrait partiel de Syrie

Jeudi, les députés russes ont ratifié un accord entre Moscou et Damas prévoyant l'agrandissement des installations portuaires militaires russes à Tartous, amenée à devenir une base navale permanente

Le président russe Vladimir Poutine, à gauche, avec son ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, au Kremlin, à Moscou, le 29 décembre 2016. (Crédit : Michael Klimentyev/Sputnik/AFP)
Le président russe Vladimir Poutine, à gauche, avec son ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, au Kremlin, à Moscou, le 29 décembre 2016. (Crédit : Michael Klimentyev/Sputnik/AFP)

La Russie a achevé le retrait partiel de ses troupes déployées depuis deux ans en Syrie, amorcé à la mi-décembre sur ordre du président Vladimir Poutine, a annoncé vendredi le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou.

« Votre ordre sur le retrait du groupe des forces russes de Syrie a été accompli », a déclaré M. Choïgou, en s’adressant à M. Poutine lors d’une réunion avec les responsables militaires russes.

La Russie a notamment retiré ses unités des forces aériennes, ses médecins militaires, ses démineurs et les effectifs des forces spéciales, un bataillon de police militaire, ainsi que 36 avions et quatre hélicoptères, a-t-il précisé, cité par les agences de presse russes.

L’armée russe a amorcé le 12 décembre le retrait partiel de ses troupes déployées en Syrie, suite à l’annonce de Vladimir Poutine qui a déclaré leur mission « brillamment accomplie » après deux ans d’intervention en soutien au régime de Bachar al-Assad.

Le 11 décembre, le président russe, en route pour une tournée éclair en Egypte et Turquie, avait fait une escale surprise en Syrie pour la première fois depuis le début, il y a six ans, du conflit qui a fait au moins 340 000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

C’est sur la base aérienne de Hmeimim avec Bachar al-Assad que Vladimir Poutine avait alors annoncé le retrait d’une « partie significative » des forces russes présentes dans le pays.

Bashar el Assad et Vladimir Poutine, le 20 novembre 2017 (Crédit : capture d’écran télévision d’état russe

Après ce retrait partiel, la Russie va maintenir en Syrie son Centre de réconciliation des belligérants, trois bataillons de police militaire, ainsi que la base aérienne de Hmeimim et la base militaire navale de Tartous, a précisé vendredi M. Choïgou.

Jeudi, les députés russes ont ratifié un accord entre Moscou et Damas prévoyant l’agrandissement des installations portuaires militaires russes à Tartous, amenée à devenir une base navale permanente.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...