La Russie réduirait son soutien à Bachar el-Assad
Rechercher

La Russie réduirait son soutien à Bachar el-Assad

Selon Asharq al-Awsat, Moscou a rappelé plus de 100 experts et diplomates et refuse de réparer des avions de chasse syriens

Elhanan Miller est notre journaliste spécialiste des affaires arabes

Bachar el-Assad en interview avec Russia Today (Crédit : capture écran YouTube, Russia Today)
Bachar el-Assad en interview avec Russia Today (Crédit : capture écran YouTube, Russia Today)

La Russie tourne petit à petit le dos au président syrien Bachar al-Assad. Elle aurait évacué environ 100 conseillers experts et leurs familles de Syrie et refuserait de réparer des avions de chasse du régime. C’est ce que rapporte un quotidien arabe ce dimanche.

 

«  Des sources d’information majeures du Golfe » ont affirmé au journal pro-opposition basé à Londres Asharq al-Awsat que le changement de position de la Russie envers le régime Assad découle de la pression diplomatique exercée par les Etats arabes du Golfe. Selon ces sources, ce changement de position arrive alors que Moscou tente d’alléger les sanctions internationales imposées à la suite de ses affrontements militaires avec l’Ukraine.

 

Des sources de l’opposition syrienne ont en effet déclaré au journal que 100 des plus grands spécialistes russes avaient récemment quitté le pays par l’aéroport Latakiya situé au nord-ouest de la Syrie, et n’ont été pas remplacés.

La Russie a également réduit son personnel de l’ambassade à Moscou au cours des trois derniers mois, les effectifs de sa délégation étant désormais réduits au « personnel essentiel ».

 

Le refus de la Russie de réparer des avions de combat Sukhoi syriens a forcé le ministre syrien de la Défense Fahd al-Freij Jasim à se rendre en Iran le mois dernier dans le but d’exercer une pression diplomatique sur Moscou, comme le rapporte encore le quotidien.

 

La Russie a été l’un des alliés les plus loyaux de M. Assad depuis l’éruption de protestations de l’opposition dans la ville méridionale de Daraa en mars 2011, qui a ensuite évolué en une guerre civile totale. La Russie a fourni Assad en armes et en expertise professionnelle, et a également assuré un soutien diplomatique contre les décisions anti-régime de l’ONU.

 

Le rapport fait suite à une journée particulièrement sanglante pour les civils syriens samedi. Des bombes larguées par un aéronef du régime auraient tué plus de 100 hommes et d’enfants dans les provinces d’Alep et d’Idlib dans le nord de la Syrie, dans ce que les groupes d’opposition dans le pays ont qualifié de « plus grand massacre perpétré par le régime cette année ».

 

Pendant ce temps, la chaîne d’actualités qatarie Al-Jazeera, qui est en faveur de l’opposition syrienne, a rapporté que l’Iran avait envoyé 1 500 soldats de la Garde révolutionnaire vers la province de Latakia vendredi, pour renforcer les miliciens pro-Assad locaux et les combattants du Hezbollah envoyés par le Liban, tous déployés dans la région.

 

Jeudi dernier, les forces de l’opposition regroupées sous le nom de l’Armée Fath (un conglomérat d’unités anti-Assad, y compris le front al-Nusra auparavant affilié à al-Qaïda) ont pris la ville d’Ariha, dans la province d’Idlib, la ville la plus occidentale contrôlée par le régime.

L’opposition est maintenant plus proche que jamais des bastions alaouites du régime, situés le long de la côte méditerranéenne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...