Rechercher

La société israélienne Future Meat lève 347 M $ – un record

Parmi les investisseurs figurent les multinationales ADM et Tyson Foods. La société basée à Rehovot va construire une usine de production aux États-Unis

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

Nuggets de poulet fabriqués par Future Meat, une entreprise israélienne spécialisée dans la viande de culture. (Future Meat)
Nuggets de poulet fabriqués par Future Meat, une entreprise israélienne spécialisée dans la viande de culture. (Future Meat)

La société israélienne Future Meat, une entreprise de biotechnologie basée à Jérusalem qui crée des produits à base de poulet, d’agneau et de bœuf à partir de cellules animales, a levé 347 millions de dollars lors d’un tour de financement de série B, – autrement dit le plus gros investissement dans une entreprise de viande de culture à ce jour.

L’investissement a été mené conjointement par ADM Ventures, la branche d’investissement de la multinationale alimentaire Archer-Daniels-Midland, basée à Chicago, et un investisseur technologique mondial anonyme, a déclaré samedi à Bloomberg le professeur Yaakov Nahmias, fondateur et PDG de Future Meat.

La société américaine Tyson Foods, deuxième plus grand transformateur et distributeur de produits carnés et investisseur existant dans Future Meat, a également participé à ce tour de table.

M. Nahmias a déclaré que l’entreprise utilisera les fonds pour construire une usine de production aux États-Unis et espère arriver sur les étagères du marché américain plus tard en 2022, sous réserve de l’approbation réglementaire.

L’été dernier, Future Meat a ouvert à Rehovot, son siège social, ce qu’elle appelle la première installation de production industrielle de viande cultivée au monde, avec une capacité de production de 500 kilogrammes (environ une demi-tonne) de produits cultivés par jour.

Avec à sa droite son épouse Michal et à sa gauche la ministre de la Protection environnementale Tamar Zandberg, le président Isaac Herzog goûte du poulet fabriqué à partie de cellules cultivées en laboratoire à la résidence du président de Jérusalem, le 25 octobre 2021. (Crédit : Amos Ben Gershom/ GPO)

Cette installation s’inscrit dans le cadre des efforts plus larges de Future Meat pour « créer un avenir plus durable », a déclaré la société.

La technologie de Future Meat est basée sur le travail de Nahmias, professeur à l’Université hébraïque de Jérusalem, et est licenciée par Yissum, la société de transfert de technologie de l’université. L’entreprise cultive des cellules animales dans des bio-réacteurs et affirme que son produit final ne se distingue pas de la viande animale. Les cellules ne subissent aucune modification génétique et peuvent se multiplier indéfiniment. Le processus est plus respectueux de l’environnement que l’agriculture, produisant 80 % d’émissions de gaz à effet de serre en moins et utilisant 99 % de terres et 96 % d’eau douce en moins que la production traditionnelle de viande, selon l’entreprise.

Ces dernières années, les entreprises de viande de culture ont bénéficié d’un afflux de financements. Eat Just, une entreprise alimentaire basée à San Francisco, a levé 267 millions de dollars en septembre pour sa division de viande de culture, GOOD Meat. UPSIDE Foods (anciennement Memphis Meats), basée à Memphis, a levé plus de 200 millions de dollars pour ses produits de viande, de volaille et de fruits de mer cultivés et a ouvert une usine de production à Emeryville, en Californie, le mois dernier.

En juillet, la startup israélienne de viande cultivée Aleph Farms a reçu un investissement de 105 millions de dollars, notamment de la part de l’acteur et activiste américain Leonardo DiCaprio, pour mettre sur le marché des steaks cultivés en laboratoire.

Un steak de viande de culture développé par Aleph Farms (Courtoisie)

Le secteur israélien de la viande cultivée comprend également MeaTech 3D, un fabricant de produits carnés cultivés en laboratoire qui a commencé des recherches sur la production de viande de porc cultivée et a récemment dévoilé ce qu’il a appelé le plus grand steak cultivé bio-imprimé à ce jour, de 104 grammes, et SuperMeat, qui cultive des cellules de bœuf et de volaille.

Ces entreprises de technologie alimentaire jouent un « rôle substantiel » sur le marché mondial des protéines alternatives, selon un rapport du Good Food Institute Israel, une organisation à but non lucratif qui cherche à promouvoir la recherche et l’innovation dans ce domaine.

Le secteur de la viande cultivée est appelé à prospérer dans les années à venir, lorsque les entreprises passeront du stade du développement à celui de la production, selon le rapport.

Une quarantaine d’entreprises dans le monde entier s’efforcent d’être les premières à commercialiser des produits carnés à base de cellules qui ont le même goût et la même apparence que les produits réels et qui peuvent être produits en masse à un prix abordable pour répondre à la demande massive de protéines dans un monde dont la population augmente et s’enrichit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...