La Turquie envisage d’attaquer l’EI « dans les prochains jours »
Rechercher

La Turquie envisage d’attaquer l’EI « dans les prochains jours »

Le chef de la diplomatie turque n'a pas précisé dans quel pays cette opération militaire pourrait avoir lieu

Illustration du drapeau de la Turquie (Crédit : domaine public)
Illustration du drapeau de la Turquie (Crédit : domaine public)

La Turquie envisage de lancer « dans les prochains jours » une offensive militaire contre l’organisation Etat islamique (EI), suspect n°1 du sanglant attentat d’Ankara le mois dernier, a affirmé mercredi le chef de la diplomatie turque Feridun Sinirlioglu.

« Nous avons des plans pour agir militairement contre eux dans les prochains jours (…) vous allez voir », a déclaré M. Sinirlioglu lors d’une conférence sur l’avenir du Moyen-Orient à Erbil (Kurdistan irakien), cité par l’agence progouvernementale Anatolie.

Après des mois de pression de la part de ses alliés de l’Otan, Ankara a accepté l’été dernier de rejoindre la coalition militaire contre l’EI menée par les Etats-Unis, dont des avions décollent de la base aérienne d’Incirlik (sud de la Turquie).

L’armée turque, qui s’est engagée l’été dernier dans une « guerre contre le terrorisme », a toutefois jusqu’à présent surtout concentré ses opérations sur les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Depuis l’attentat suicide qui a fait 102 morts et plus de 500 blessés devant la gare centrale d’Ankara le 10 octobre, la police turque a toutefois multiplié les interpellations dans les milieux djihadistes en Turquie.

Les victimes se trouvent dans la rue après une explosion dans la gare principale dans la capitale Ankara en Turquie, le 10 octobre, 2015. (Crédit : AFP PHOTO / FATIH PINAR)
Les victimes se trouvent dans la rue après une explosion dans la gare principale dans la capitale Ankara en Turquie, le 10 octobre, 2015. (Crédit : AFP PHOTO / FATIH PINAR)

Selon le procureur d’Ankara, cette attaque, le plus meurtrière de l’histoire turque, a été commanditée par l’état-major de l’EI en Syrie.

« Daech (acronyme arabe de l’EI) menace notre mode de vie et notre sécurité », a déclaré M. Sinirlioglu, « nous devons tous faire front commun contre ce péril ».

« Même si la progression de Daech a été contenue grâce à l’effort international dont nous faisons partie, la menace est loin d’avoir disparu », a insisté le chef de la diplomatie turque.

Sinirlioglu n’a pas précisé dans quel pays cette opération militaire pourrait avoir lieu.

La Turquie accueille les 15 et 16 novembre le sommet annuel des chefs d’Etat et de gouvernement du G20 à Antalya (sud).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...