Rechercher

La vague Omicron semble ralentir, mais les cas graves pourraient encore augmenter

Le nombre de cas quotidiens tombe à 57 563 ; le taux de transmission approche de 1, ce qui pourrait signaler la fin de l'épidémie ; 25 % des tests sont positifs

Le fils d'un patient diagnostiqué positif au COVID-19 prie en lisant des psaumes à côté du lit de son père hospitalisé dans un service de coronavirus de l'hôpital Shaare Zedek, le 20 janvier 2022. (Olivier Fitoussi/Flash90)
Le fils d'un patient diagnostiqué positif au COVID-19 prie en lisant des psaumes à côté du lit de son père hospitalisé dans un service de coronavirus de l'hôpital Shaare Zedek, le 20 janvier 2022. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Les autorités sanitaires pensent que la vague Omicron en Israël est sur le déclin, mais que le nombre de patients dans un état grave pourrait continuer à augmenter.

Le taux de cas graves a tendance à être inférieur à celui des nouvelles infections en raison du temps nécessaire à la détérioration de l’état des patients.

De hauts responsables du ministère de la Santé ont en outre estimé que quelque trois millions d’Israéliens avaient contracté le variant Omicron à lui seul, un nombre qui dépasserait de loin les 2,6 millions de cas totaux confirmés en Israël depuis février 2020, a rapporté jeudi Kan.

Pendant ce temps, vendredi matin, il y avait 946 patients COVID-19 hospitalisés dans un état grave, selon les données du ministère de la Santé. Il s’agit d’une légère baisse par rapport à jeudi, où l’on comptait 960 cas graves.

Jeudi, 57 563 nouveaux cas ont été enregistrés, selon le ministère. Avec quelque 265 000 tests PCR et antigéniques effectués, le taux de positivité s’est élevé à 25,69 %, devenant ainsi le taux quotidien le plus élevé depuis le début de la pandémie.

En début de semaine, le nombre de cas quotidiens avait dépassé les 85 000, mais il a depuis légèrement ralenti, parallèlement aux modifications apportées aux protocoles de test.

La valeur R, le taux de reproduction du virus mesurant le nombre moyen de personnes infectées par chaque personne positive, est tombée à 1,05.

Tout chiffre supérieur à 1 indique que les infections sont en hausse, tandis qu’un chiffre inférieur à 1 signale une diminution de l’épidémie. Le mois dernier, la valeur R a grimpé à 2,12, mais elle est depuis en baisse. Le taux de transmission est basé sur les données des 10 jours précédents et les valeurs supérieures à 1 indiquent que les infections se propagent – plus le chiffre est élevé, plus le taux est important.

Eran Segal. (Autorisation)

Les données de vendredi ont montré que 483 228 Israéliens étaient actuellement infectés par le COVID-19, et que parmi eux, 2 483 étaient hospitalisés.

Vendredi matin, le taux d’occupation des hôpitaux dans le pays était de 59,4 % et plus de 8 800 membres du personnel médical étaient absents du travail en raison du COVID, dont 1 282 médecins et 2 793 infirmières.

Au cours de la semaine dernière, plus de 503 816 Israéliens ont été testés positifs au COVID, les experts estimant que le chiffre réel pourrait être plusieurs fois supérieur.

Toujours au cours de la semaine écoulée, 149 Israéliens atteints du COVID sont décédés – soit une augmentation de 60,2 % par rapport à la semaine précédente – ce qui porte le nombre total de décès depuis le début de la pandémie à 8 556. Il y a un mois, le nombre moyen de décès hebdomadaires était inférieur à 10.

Des travailleurs médicaux opèrent dans le service du coronavirus du centre médical Ziv le 22 septembre 2021. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Le professeur Eran Segal, expert qui conseille le gouvernement et qui a suivi de près la pandémie en Israël, a noté pour la première fois en une semaine que la journée de mercredi avait été marquée par une baisse du nombre de cas quotidiens.

Toutefois, en début de semaine, il a déclaré que le fait d’atteindre le pic d’infections ne devait pas être considéré comme un signal d’alerte.

« Une fois que nous aurons cessé de voir une augmentation des nouvelles infections, nous continuerons à voir une augmentation des cas graves », a déclaré M. Segal. « J’espère que d’ici la semaine prochaine, nous atteindrons un pic, et que nous verrons la stabilité et le début d’une baisse. »

Segal a déclaré que, même s’il pense qu’Israël « approche de la fin de cette vague, le risque d’être infecté maintenant est le plus élevé depuis le début de la pandémie ». Il a ajouté que le fait d’être infecté par le COVID « n’est pas inévitable ; ce sont les jours où nous devons être prudents – en particulier ceux qui sont à haut risque ».

Il a également estimé que le variant Omicron, qui se propage rapidement, pourrait marquer la fin de la pandémie telle qu’elle a été vécue ces deux dernières années.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...