La vice-présidente des Verts britanniques s’excuse pour son tweet antisémite
Rechercher

La vice-présidente des Verts britanniques s’excuse pour son tweet antisémite

Amelia Womack assure qu'elle pensait que le dessin de la Mort pourvue d'un drapeau américain et d'une faux recouverte de l'étoile de David critiquait l'impérialisme américain

Amelia Womack, vice-présidente du parti des Verts au Royaume-Uni, dans une vidéo de campagne d'août 2016. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Amelia Womack, vice-présidente du parti des Verts au Royaume-Uni, dans une vidéo de campagne d'août 2016. (Crédit : capture d'écran YouTube)

La vice-présidente du parti des Verts du Royaume-Uni (Green Party) s’est excusée vendredi d’avoir tweeté une caricature politique décrivant les Etats-Unis et Israël comme responsables de différents conflits sanglants dans le monde.

L’image partagée par Amelia Womack jeudi représente la Grande faucheuse drapée d’un drapeau américain et tenant une faux arborant l’étoile de David tâchée de sang frapper à une porte flanquée du mot « Venezuela ». Le symbole de la mort se trouve au bout d’un couloir dont elle venait d’ouvrir les portes marquées « Irak », « Libye », « Syrie » et « Ukraine », d’où s’échappait du sang.

Womack avait commenté l’image : « lorsqu’une image vaut mille mots ».

La publication avait immédiatement suscité l’émoi en ligne, des utilisateurs de Twitter l’accusant d’antisémitisme et de promouvoir les thèses conspirationnistes.

Elle supprimait son tweet quelques heures après, indiquant : « ça m’apprendra à tweeter quand ma batterie est en train de me lâcher dans un train. »

Vendredi matin, elle s’est excusée d’avoir partagé un dessin qu’elle a reconnu comme « étant en réalité antisémite ».

« Hier, j’ai tweeté une image que je voyais comme une satire de l’impérialisme américain. Ce n’était pas le cas, elle était en réalité antisémite et je m’excuse sincèrement de l’avoir publiée, » a-t-elle écrit.

« J’exècre l’antisémitisme sous toutes ses formes. Il n’y a aucune excuse à ce que j’ai fait, et je suis profondément désolée. »

En réponse, une organisation juive britannique, le Jewish Leadership Council, a fait savoir : « nous acceptons les excuses d’Amelia Womack, ce qui n’excuse en rien ses actes. »

« Cela devrait servir de leçon à tous quant à la nature de l’antisémitisme contemporain de gauche et comment il peut se dissimuler sous une rhétorique anti-américaine, anti-capitaliste et anti-impérialiste, » a déclaré l’organisation.

Le Venezuela est plongé dans une crise depuis qu’un groupe de soldats s’est soulevé contre le président Nicolas Maduro mardi, avec le soutien du leader de l’opposition Juan Guaido, lequel s’est ensuite autoproclamé « président par intérim ».

Des manifestants de l’opposition affrontent les forces de sécurité lors de manifestations contre le gouvernement du président Nicolas Maduro, le jour de l’anniversaire du soulèvement de 1958 qui avait renversé la dictature militaire, à Caracas, Venezuela, le 23 janvier, 2019. (Crédit : Yuri Cortez/AFP)

Des dizaines de milliers de manifestants se sont rendus dans les rues de la capitale Caracas et d’autres villes lors de manifestations rivales, pro- et anti-Maduro. Selon des informations, 26 militants anti-Maduro auraient été tués lors d’affrontements avec les forces de sécurité cette semaine.

La confrontation Guaido-Maduro divise la communauté internationale, certains pays reconnaissant le leader de l’opposition comme le nouveau pays, notamment les Etats-Unis et une dizaine de pays de la région, quand d’autres soutiennent toujours la présidence Maduro, la Russie et la Chine entre autres.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...