Toute la ville de Dimona en grève dimanche
Rechercher

Toute la ville de Dimona en grève dimanche

Le maire Beni Bitton se joint au mouvement en solidarité avec les employés locaux qui font face à un départ forcé

Les manifestations devant le bureau du Premier ministre à Jérusalem le 11 mars 2015, pour protester contre des licenciements massifs de centaines de travailleurs à Israel Chemicals (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Les manifestations devant le bureau du Premier ministre à Jérusalem le 11 mars 2015, pour protester contre des licenciements massifs de centaines de travailleurs à Israel Chemicals (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Les fonctionnaires du conseil de la ville de Dimona ont décidé de faire grève ce dimanche en solidarité avec les grévistes d’Israel Chemicals et environ 60 employés de Meteor, un producteur local de filet agricole qui devrait fermer.

Les écoles seront fermées et la route 25, une route principale dans le sud qui traverse Dimona, sera bloquée, ont-ils précisé.

Le maire de Dimona, Beni Bitton, a annoncé la grève lors d’une réunion spéciale mardi soir avec les membres du conseil de la ville et avec les présidents des comités des principaux employeurs de travailleurs dans la région, y compris Israël Chemicals, Dead Sea Works et Meteor.

Bitton a déclaré lors de cette réunion qu’il avait téléphoné au ministre des Finances désigné Moshe Kahlon et lui a demandé d’utiliser le droit de veto que le gouvernement détient en raison de sa participation majoritaire dans Israel Chemicals pour empêcher les licenciements, a indiqué Ynet.

« Vous êtes un ministre avec une conscience sociale, connecté avec les gens. Vous avez réalisé une révolution dans l’industrie des communications mobiles. Mener une petite révolution pour nous », s’est-il rappelé avoir dit à Kahlon au téléphone.

S’adressant à la direction du comité des travailleurs, Bitton a déclaré,
« Nous sommes vos soldats ».

Les pourparlers qui ont eu lieu mardi soir entre le président du syndicat Histadrut, Avi Nissenkorn, et Nir Gilad, le président du conseil d’Israel Chemicals, sont restés infructueux tandis qu’environ 170 travailleurs sont confrontés à des licenciements ou à la retraite anticipée involontaire.

Alors que les travailleurs veulent que leur sort soit décidé par un arbitre indépendant, la gestion d’Israel Chemicals cherche à conserver le contrôle sur qui va partir.

Un bon nombre des employés de Dead Sea Works et de Bromine Compounds qui ont été en grève ces trois derniers mois sont aussi de Dimona, aggravant encore la crise de l’emploi dans la région.

Les travailleurs de Meteor, endetté à hauteur de 30 millions de shekels, n’ont pas reçu leurs salaires et la société va fermer.

Une audience à la demande de la Histadrout pour une ordonnance restrictive contre les licenciements aura lieu au tribunal du travail régional à Beer Sheva lundi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...