Rechercher

L’aéroport Ben Gurion subira une transformation en 2023 pour réduire l’attente

La première étape permettra aux passagers de peser eux-mêmes leurs bagages via des bornes "Touch-and-Play", ce qui rendra les files d'attente obsolètes

Voyageurs à l'aéroport international Ben Gurion, le 7 juin 2022. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)
Voyageurs à l'aéroport international Ben Gurion, le 7 juin 2022. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Ben Gurion, le principal aéroport international d’Israël, devrait subir une transformation numérique en 2023 qui permettra de réduire considérablement les temps d’attente, a annoncé dimanche l’Autorité aéroportuaire israélienne (IAA).

Le PDG de l’IAA, Hagai Topolansky, a alloué plus de 50 millions de shekels au projet, qui, espère-t-il, transformera l’aéroport en l’un des plus avancés au monde, selon un communiqué publié par l’IAA.

« L’un des principaux objectifs de l’IAA est d’améliorer les services aux passagers dans un avenir immédiat et, à long terme, de devenir un aéroport numérique et l’un des plus avancés de son genre au monde », a déclaré Topolansky dans le communiqué.

La transformation devrait se concentrer sur le contournement des procédures fastidieuses pour les passagers quittant le pays.

Aux nouvelles bornes baptisées par l’IAA « Touch-and-Play », les passagers pourront peser leurs bagages de manière autonome et payer un supplément si nécessaire, selon les exigences des différentes compagnies aériennes.

Les passagers pourront également imprimer des étiquettes à bagages et envoyer eux-mêmes leurs bagages vers l’avion, ce qui rendra obsolètes les premières files d’enregistrement à l’aéroport.

Des passagers faisant la queue pour l’enregistrement à l’aéroport Ben Gurion, le 25 septembre 2020. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

L’IAA a estimé que cette transformation permettra de raccourcir les temps d’attente à l’enregistrement d’au moins une demi-heure.

L’autorité a déclaré qu’aujourd’hui, plus de 50 % des passagers quittant le pays préfèrent un processus d’enregistrement en ligne et que les bornes Touch-and-Play leur offriront une plus grande variété d’options et de services.

« Les voyageurs en partance pour l’étranger ne passeront par le contrôle de sécurité qu’après avoir terminé le processus d’enregistrement – soit en s’enregistrant en ligne depuis leur domicile, soit en utilisant l’une des bornes indépendantes qui seront installées dans le hall des départs de l’aéroport », peut-on lire dans le communiqué de l’IAA.

« La plupart des formalités nécessaires pour quitter le pays seront effectuées en ligne et de façon numérique, ce qui maximisera le confort et l’accessibilité pour les passagers », a précisé le communiqué.

À l’approche de la saison estivale et de la levée de la plupart des restrictions liées à la COVID, des millions de personnes à travers le monde cherchent à voyager après deux années de fermeture quasi-totale des cieux.

Illustration : Des voyageurs marchant avec leurs bagages dans l’aéroport Ben Gurion, en Israël, le 28 novembre 2021. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)

La forte augmentation des vols internationaux combinée à une pénurie d’employés, dont beaucoup ont été mis en congé pendant la pandémie, a donné lieu à des scènes de chaos en Israël et à l’étranger.

Ofer Lapler, porte-parole de l’IAA, a déclaré en juin qu’il y avait eu une augmentation de 340 % des passagers et des vols à l’aéroport Ben Gurion depuis le mois de mars et que l’aéroport international devait faire face à un manque de 1 400 employés.

Selon l’IAA, environ 10 millions de passagers sont passés par l’aéroport Ben Gurion pour des vols internationaux. Plus de 2,3 millions de passagers sont attendus pour le seul mois d’août.

Mais la congestion ressentie dans l’aéroport le plus fréquenté d’Israël n’est pas seulement le résultat de la pandémie.

Illustration : Des passagers portant des combinaisons de protection complètes et des masques pour se protéger de la pandémie de la COVID-19 poussant leurs chariots à bagages dans la zone des départs de l’aéroport Ben Gurion, le 19 janvier 2021. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Il y a plus de dix ans, en 2011, Israël a identifié un besoin urgent d’un autre aéroport international afin de décongestionner l’aéroport Ben Gurion, mais a eu du mal à mettre en œuvre cette décision depuis.

Selon l’Autorité de l’aviation civile israélienne, l’aéroport Ben Gurion atteindra sa capacité de 40 millions de passagers et 250 000 vols par an d’ici 2029.

Un comité consultatif récemment mis en place par la ministre des Transports, Merav Michaeli, pour traiter cette question, a envisagé différents sites pour le potentiel nouvel aéroport, les principales options actuelles étant près du Moshav Nevatim ou près de la ville de Rahat dans le nord du Néguev.

Le ministère de la Défense a exprimé son opposition à l’établissement de l’aéroport près de Nevatim, site d’une base de l’armée de l’air, pour des raisons de sécurité.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...