Rechercher

Lag BaOmer : un an après le drame à Meron, des aménagements et des billets d’entrée

Les festivaliers seront transportés depuis le parking voisin par navette, le temps de visite sera limité au sanctuaire et un seul feu de joie sera autorisé

Des hommes ultra-orthodoxes participent aux célébrations de Lag BaOmer au Mont Meron, sur la tombe de Rabbi Shimon Bar Yochai, le 17 mai 2014. (Crédit : Flash90)
Des hommes ultra-orthodoxes participent aux célébrations de Lag BaOmer au Mont Meron, sur la tombe de Rabbi Shimon Bar Yochai, le 17 mai 2014. (Crédit : Flash90)

Un an après le mouvement de foule sur le mont Meron, dans le nord d’Israël, qui a tué 45 personnes, les autorités ont détaillé lundi la liste des aménagements apportés aux festivités de Lag BaOmer, cette année.

Le mois prochain, à l’occasion du pèlerinage nocturne annuel célébrant la mort de Rabbi Shimon bar Yochai, les autorités s’attendent à la venue de centaines de milliers de visiteurs sur le mont Meron, qui abrite, à son sommet, la tombe du sage du IIeme siècle.

Contrairement aux années passées, l’accès sera conditionné par l’achat d’un ticket de bus. Les véhicules privés ne seront pas autorisés sur la colline, et les fidèles devront acheter une place pour un transport en navette, qui les conduira du parking au sanctuaire.

Le billet permettra à son détenteur de rester au sommet de la colline pendant une durée déterminée. Le temps de visite sur place et les pénalités en cas de visite prolongée au-delà du temps alloué ne sont pas encore précisés.

Un unique feu de joie central sera autorisé durant les festivités, et non plusieurs, comme les années précédentes.

Les étals des vendeurs ne seront pas autorisés au sommet de la colline. De la nourriture sera disponible à l’entrée de la ville voisine ainsi que sur le parking, et des boissons, à proximité du feu de joie.

Les changements ont été présentés à l’occasion d’une conférence de presse, lundi, par le brigadier-général (rés.) Tzviki Tessler, superviseur nommé par le ministère des Services religieux pour le festival de cette année.

Tzviki Tessler, directeur de projet du festival Lag BaOmer au mont Meron, visite le site dans le nord d’Israël, le 25 avril 2022. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Cette année, la fête de Lag BaOmer commencent la nuit du 18 mai.

Lors des festivités de Lag BaOmer au mont Meron en avril 2021, 45 personnes avaient trouvé la mort dans un mouvement de foule, dans ce qui constitue la pire catastrophe civile de l’histoire israélienne.

La tragédie s’était produite le 30 avril, lorsque des milliers de célébrants se trouvaient en même temps sur une passerelle étroite. Certaines victimes étaient tombées et avaient terminé leur chute dans les escaliers en contrebas, précipitant leurs voisins dans leur chute.

On a imputé la responsabilité du mouvement de foule et des morts qu’il a occasionnés à des remparts et passerelles mal installés, ainsi qu’à l’absence de maitrise de l’affluence.

À l’époque des faits, le complexe du mont Meron était administré par différents groupes ultra-orthodoxes, ce qui a complexifié l’organisation et l’application de la réglementation.

Victimes de la catastrophe du mont Meron, le 30 avril 2021 : rangée supérieure (de gauche à droite) : Chen Doron, Haim Rock, Ariel Tzadik, Yossi Kohn, Yisrael Anakvah, Yishai Mualem, Yosef Mastorov, Elkana Shiloh et Moshe Levy; 2e rangée (de gauche à droite) : Shlomo Zalman Leibowitz, Shmuel Zvi Klagsbald, Mordechai Fakata, Dubi Steinmetz, Abraham Daniel Ambon, Eliezer Gafner, Yosef Greenbaum,Yehuda Leib Rubin et Yaakov Elchanan Starkovsky; 3e rangée (de gauche à droite) : Haim Seler, Yehoshua Englard, Moshe Natan Neta Englard, Yedidia Hayut, Moshe Ben Shalom, David Krauss, Eliezer Tzvi Joseph, Yosef Yehuda Levy et Yosef Amram Tauber; 4e rangée (de gauche à droite) : Menachem Knoblowitz, Elazar Yitzchok Koltai, Yosef David Elhadad, Shraga Gestetner, Yonatan Hebroni, Shimon Matalon, Elazar Mordechai Goldberg, Moshe Bergman et Daniel Morris; 5e rangée (de gauche à droite) : Ariel Achdut, Moshe Mordechai Elhadad, Hanoch Slod, Yedidya Fogel, Menahem Zakbah, Simcha Diskind, Moshe Tzarfati, Nahman Kirshbaum et Eliyahu Cohen.

Une commission d’enquête gouvernementale sur l’incident est en cours, malheureusement ralentie par le décès de Miriam Naor, sa responsable, en janvier dernier.

Le même mois, les ministres du gouvernement avaient déclaré accorder 500 000 shekels à titre « de premier secours » à chacune des familles des 45 victimes.

Depuis la tragédie, les autorités israéliennes font en sorte de limiter l’affluence lors des principaux événements religieux, comme ce fut par exemple le cas ce mois-ci lors de la cérémonie de bénédiction sacerdotale de Pessah au mur Occidental et à la cérémonie chrétienne du feu sacré, en l’église du Saint-Sépulcre. Ces dernières restrictions ont suscité une vive indignation et des accusations de discrimination envers la police israélienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...