L’ambassadeur des ÉAU : « Les accords d’Abraham visaient à empêcher l’annexion »
Rechercher

L’ambassadeur des ÉAU : « Les accords d’Abraham visaient à empêcher l’annexion »

L'envoyé a confirmé la visite de Netanyahu à Abou Dhabi la semaine prochaine, et dit que les tensions entre Emiratis et Palestiniens seront surmontées si Ramallah est de bonne foi

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Yousef al-Otaiba, ambassadeur des Émirats arabes unis aux États-Unis, s'exprime lors d'une conférence sur Zoom organisée par le Washington Institute for Near East Policy, le 1er février 2021. (Capture d'écran/YouTube)
Yousef al-Otaiba, ambassadeur des Émirats arabes unis aux États-Unis, s'exprime lors d'une conférence sur Zoom organisée par le Washington Institute for Near East Policy, le 1er février 2021. (Capture d'écran/YouTube)

L’ambassadeur des Émirats arabes unis aux États-Unis a déclaré lundi que l’accord de normalisation que son pays a signé avec Israël en septembre visait principalement à « empêcher l’annexion ».

Yousef al-Otaiba a déclaré que si beaucoup avaient cherché à présenter l’accord sous différents angles pour l’adapter à leur propre récit, pour lui, il s’agissait surtout d’arrêter le plan controversé du Premier ministre Benjamin Netanyahu d’étendre la souveraineté israélienne à de grandes parties de la Cisjordanie.

« Quand les Accords d’Abraham ont été annoncés, tout le monde… les a regardés à travers leur propre lentille », a déclaré al-Otaiba, expliquant que les Palestiniens et les Iraniens pensaient que l’accord de normalisation était un message adressé à leurs gouvernements respectifs.

« La vérité est que les accords d’Abraham visaient à empêcher l’annexion. La raison pour laquelle cela s’est produit, la façon dont cela s’est produit, au moment où cela s’est produit, était d’empêcher l’annexion », a-t-il déclaré, s’exprimant lors d’une conférence sur Zoom organisée par le Washington Institute for Near East Policy.

L’ambassadeur s’est souvenu de conversations avec de hauts responsables de la Maison Blanche l’année dernière, au cours desquelles il a essayé de leur expliquer que la frustration arabe concernant l’annexion ne se dissiperait pas comme ce fut le cas avec la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël et la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan.

« Cela va avoir un impact profondément négatif sur la région, en particulier sur nos amis en Jordanie, sur le reste d’entre nous qui avons commencé à nous ouvrir à Israël. Cela va avoir un impact négatif sur l’Amérique et, je pense, sur Israël », a-t-il poursuivi.

Otaiba a déclaré que cette préoccupation l’avait conduit à écrire un article d’opinion dans le quotidien israélien Yedioth Ahronoth en juin dernier, détaillant ses préoccupations et précisant comment l’annexion menacerait la possibilité de liens entre Israël et le monde arabe : « Pour moi qui ai négocié cet accord, il s’agissait vraiment d’arrêter l’annexion et de sauver la solution à deux Etats ».

Bien qu’il ait apparemment donné la priorité à la suspension de l’annexion, l’envoyé a également parlé avec enthousiasme des interactions entre les peuples qui ont résulté de l’accord de normalisation, y compris un match de baseball qui a été programmé entre les équipes de la Little League des ÉAU et d’Israël.

Otaiba a également confirmé que Netanyahu lui-même se rendra à Abou Dhabi la semaine prochaine.

Commentant les relations des ÉAU avec l’Autorité palestinienne, qui a qualifié les accords d’Abraham de « coup de poignard dans le dos » et a temporairement rappelé son ambassadeur d’Abou Dhabi, Otaiba a déclaré : « Je suis heureux que les choses se soient un peu calmées, et je pense que les gens ont compris que ce n’était pas une trahison, [que] cela ne trahissait personne ».

Toutefois, il a exprimé sa frustration face au refus de l’AP d’accepter l’aide médicale des ÉAU – qui, selon Ramallah, n’a pas été coordonnée avec elle – et a déclaré que les Palestiniens devraient démontrer qu’ils sont sérieux s’ils veulent aller de l’avant.

De gauche à droite : le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le président américain Donald Trump et le ministre des Affaires étrangères des EAU Abdullah bin Zayed Al-Nahyan participent à la signature des Accords d’Abraham à la Maison Blanche, le 15 septembre 2020. (SAUL LOEB / AFP)

« S’il y a un désir sincère, nous pouvons bien sûr avoir une conversation sur la manière de surmonter [le ressentiment], mais il doit y avoir un désir sincère et ce désir doit être démontré et affiché d’une manière ou d’une autre », a déclaré M. Otaiba.

Il a également déclaré que les Émirats Arabes Unis seraient prêts à soutenir et à participer à un plan de paix, mais qu’il faudrait d’abord en présenter un, en rejetant apparemment la proposition faite par l’administration Trump l’année dernière qui envisageait qu’Israël annexe toutes ses implantations en Cisjordanie.

« Vous ne pouvez pas gagner l’affaire si vous ne vous battez pas correctement et si vous n’avez pas un bon projet. Et pour l’instant, nous n’avons pas ce projet », a-t-il déclaré. « Pouvons-nous contourner l’Autorité palestinienne pour ne pas être gênés par elle ? Bien sûr, nous serions intéressés, mais nous ne l’avons pas fait ».

Interrogé sur sa réaction à la décision du président américain Joe Biden, la semaine dernière, de geler la vente par l’administration Trump d’avions de chasse F-35 et d’autres armements avancés aux Émirats arabes unis, M. Otaiba est resté imperturbable.

Il a qualifié la décision de « routine, de vérification technique ».

« Ils ont hérité de l’un des plus gros contrats d’armement au monde, alors, devraient-ils le réexaminer ? Absolument. Mais ils vont découvrir ce que nous savons déjà – que cela a été fait par un processus de négociation très simple », a déclaré M. Otaiba.

L’homme d’affaires palestinien Samer Khoury s’exprime lors d’une conférence sur Zoom organisée par le Washington Institute for Near East Policy, le 1er février 2021. (Capture d’écran/YouTube)

Préconisant l’approbation finale de la vente de 23 milliards de dollars, l’envoyé a fait valoir que « vous ne pouvez pas enlever des outils à des partenaires qui sont censés faire plus », alors que les États-Unis cherchent à retirer leur implication dans la région pour se concentrer sur la lutte contre la Russie et la Chine.

Samer Khoury, un éminent homme d’affaires palestinien qui dirige la Consolidated Contractors Company, la plus grande entreprise de construction du Moyen-Orient, a également pris la parole.

Khoury, qui entretient des liens étroits avec de hauts fonctionnaires palestiniens, a exprimé l’espoir qu’Abou Dhabi utilise ses nouveaux liens avec Israël pour encourager l’État juif à assouplir ses restrictions sur les entreprises palestiniennes en Cisjordanie. Il a souligné que les restrictions israéliennes sur l’accès à la technologie des réseaux mobiles 4G et 5G, aux ressources naturelles et à la liberté de mouvement empêchent le développement de l’économie palestinienne.

En réponse aux allégations d’incitation à la haine au sein du gouvernement et du système scolaire palestiniens, M. Khoury a déclaré qu’il avait récemment parlé au Premier ministre de l’AP, Mohammad Shtayyeh, qui lui a dit que Ramallah proposerait la formation d’une commission américano-israélo-palestinienne qui examinerait la question et formulerait des recommandations sur la manière dont les deux parties pourraient la traiter.

Khoury a exprimé l’espoir que les élections palestiniennes puissent avoir lieu à la fin de cette année, mais a précisé que le groupe terroriste du Hamas ne pourra y participer que s’il respecte les chartes signées par l’Organisation de libération de la Palestine, notamment celles dénonçant le terrorisme et reconnaissant Israël.

« Personne ne sera autorisé à participer aux élections… tant qu’il n’aura pas signé ce document », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...