Lapid demande aux électeurs indécis de ne pas voter pour les petits partis
Rechercher

Lapid demande aux électeurs indécis de ne pas voter pour les petits partis

Le chef de Yesh Atid fait une exception pour Meretz et refuse de se déclarer candidat au poste de Premier ministre; Netanyahu formera un gouvernement "raciste et homophobe" si élu

Le président de Yesh Atid, le député Yair Lapid, lors d'une conférence de presse à Tel Aviv, le 16 mars 2021. (Tal Schnider/Times of Israel)
Le président de Yesh Atid, le député Yair Lapid, lors d'une conférence de presse à Tel Aviv, le 16 mars 2021. (Tal Schnider/Times of Israel)

Le chef du parti Yesh Atid, le député Yair Lapid, a exhorté mardi les électeurs indécis à ne pas accorder leur soutien aux petits partis politiques lors du scrutin de la semaine prochaine, avertissant que seul un grand parti peut empêcher le Premier ministre Benjamin Netanyahu de former un « gouvernement raciste, homophobe et extorqueur ».

Lors d’une conférence de presse, M. Lapid a évité de se déclarer candidat au poste de Premier ministre du bloc de gauche, alors que les sondages prévoyaient que son parti serait le deuxième plus important – derrière le Likud de Netanyahu – et qu’il bénéficiait du soutien d’au moins deux autres partis cherchant également à évincer M. Netanyahu.

« Si vous voulez provoquer un grand changement, vous avez besoin d’un grand parti pour le faire », a déclaré Lapid, estimant qu’au moins 10 des 120 sièges de la Knesset pourraient être attribués par des électeurs actuellement indécis.

Les grands partis de l’ensemble de l’échiquier politique craignent que les voix de leur bloc ne soient perdues au profit de petits partis qui n’atteignent pas le seuil électoral. Actuellement, quatre partis tournent autour du seuil : le Meretz de gauche, le centriste Kakhol lavan, l’islamiste Raam et le Parti sioniste religieux d’extrême droite.

Photo composite du Premier ministre Benjamin Netanyahu à Ramla le 4 août 2020, (à gauche), et Yair Lapid à la Knesset le 17 mai 2020. (Yossi Aloni/Flash90, Knesset/Adina Veldman)

« Il y a encore un nombre sans précédent de personnes qui sont indécises », a déclaré Lapid. « Ils doivent savoir que s’ils ne votent pas pour Yesh Atid, nous aurons un gouvernement sombre, raciste, homophobe et extorqueur ».

« Netanyahu sera l’otage des racketteurs et des extrémistes », a-t-il averti.

M. Lapid faisait référence aux alliés politiques ultra-orthodoxes de M. Netanyahu et à l’accord orchestré par le Premier ministre entre le Parti sioniste religieux, de droite, et le parti d’extrême droite Otzma Yehudit, en vue d’une candidature commune qui, selon de récents sondages, permettrait à l’alliance de franchir le seuil électoral de la Knesset. Netanyahu espère ainsi éviter une perte de voix à droite et renforcer ses chances de former un gouvernement après les élections.

Le dirigeant du parti Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, arrive pour une audience à la Cour suprême à Jérusalem, le 24 février 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Toutefois, M. Lapid a déclaré que le parti Meretz, parti de gauche, qui, selon les sondages télévisés, se situe aux alentours du seuil de la Knesset, est toujours une cause pour laquelle il faut voter.

« Je respecte les partis de notre bloc qui ont une idéologie et des principes », a-t-il dit. « Ils seront des partenaires importants. Si quelqu’un veut voter Meretz, il doit voter Meretz. Il est important qu’ils franchissent le seuil. »

Bien qu’il ait pris soin de ne pas dire qu’il se présente au poste de Premier ministre, comme l’a affirmé M. Netanyahu, M. Lapid a juré de ne pas permettre à M. Netanyahu de « transformer cette élection en un combat personnel et laid entre lui et moi. »

M. Lapid n’a pas non plus exclu que deux autres partis de droite, Tikva Hadasha et Yamina, se joignent à une coalition qu’il dirigerait, même si les dirigeants de ces deux partis, Gideon Saar et le député Naftali Bennett, ont déclaré qu’ils ne siégeraient pas dans un gouvernement de M. Lapid.

« Je conseille à mes amis de ne pas dire des choses qu’ils ne pourront pas tenir par la suite », a déclaré M. Lapid.

Naftali Bennett (à gauche) et Gideon Saar (à droite) assistent aux célébrations de Yom Yeroushalayim au mur Occidental dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 17 mai 2015. (Flash90)

Le Meretz a félicité Lapid pour ses propos, affirmant qu’il faisait preuve de « maturité et de leadership ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...