Israël en guerre - Jour 231

Rechercher

Lapid exclut toute coalition avec le Likud tant que Netanyahu est aux commandes

Le chef de l'opposition répond à la rumeur selon laquelle un gouvernement d'unité pourrait être mis en place pour permettre l'éviction de l'extrême-droite et l'accord saoudien

Le leader de l'opposition Yaïr Lapid, à gauche, et le ministre de la Défense Yoav Gallant assistant à un vote sur le projet de loi du "caractère raisonnable" à la Knesset, à Jérusalem, le 24 juillet 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le leader de l'opposition Yaïr Lapid, à gauche, et le ministre de la Défense Yoav Gallant assistant à un vote sur le projet de loi du "caractère raisonnable" à la Knesset, à Jérusalem, le 24 juillet 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le chef de l’opposition, Yaïr Lapid, a déclaré lundi qu’il serait prêt à rejoindre une coalition avec le Likud, mais pas tant que le Premier ministre Benjamin Netanyahu continuera à le diriger.

« Pas tant que Netanyahu sera là », a déclaré Lapid au site d’information Ynet, après avoir été interrogé sur cette possibilité, évoquée ces derniers jours à la fois pour aider à éjecter l’extrême-droite de la coalition et pour soutenir un éventuel accord de normalisation avec l’Arabie saoudite.

« C’est parce que je suis un homme décent et que ce serait la mort de la décence », a-t-il déclaré.

« En Israël, il doit y avoir une opposition à la corruption. En fin de compte, ce n’est pas l’homme qui compte, mais ce qu’il apporte à la table nationale », a déclaré Lapid. « Il ne se préoccupe plus de l’intérêt national, mais uniquement de ses propres intérêts. »

« Je suis le premier à vouloir former une coalition avec le Likud, mais c’est impossible avec Netanyahu », a-t-il ajouté, faisant référence au procès pour corruption en cours du Premier ministre.

À LIRE – État d’Israël vs. Netanyahu : Détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

Ces derniers jours, les spéculations se sont multipliées sur le fait que Netanyahu ou d’autres éléments modérés du Likud pourraient tenter de mettre en place une coalition alternative afin de mettre un terme aux pressions exercées par ses partenaires d’extrême-droite pour faire avancer le reste de la refonte judiciaire largement controversée.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, et le ministre de la Justice Yariv Levin à la Knesset de Jérusalem, le 7 juin 2023. (Crédit : Oren Ben Hakoon/Flash90)

Le député Michael Biton (HaMahane HaMamlahti) a déclaré dimanche à la radio de l’armée que sa faction pourrait soutenir la coalition de Netanyahu depuis l’opposition, afin de faire contrepoids aux partenaires d’extrême-droite du Premier ministre.

« Un gouvernement d’unité n’est pas à l’ordre du jour, mais peut-être un soutien de l’extérieur », a-t-il déclaré. « Si Netanyahu apporte de bonnes choses à Israël, nous le soutiendrons de l’extérieur, mais nous ne rejoindrons pas le gouvernement. »

Dans l’interview, Lapid a répété les propos qu’il avait tenus dimanche à la Knesset, affirmant qu’il avait été proche d’un accord avec Netanyahu pour mettre fin à la loi du « caractère raisonnable » adoptée la semaine dernière, mais que le Premier ministre avait finalement été écarté par le ministre de la Justice Yariv Levin (Likud) et le chef du parti d’extrême-droite d’Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir.

« Le président [Isaac Herzog] et moi-même avons estimé qu’il existait des accords qui nous auraient permis d’éviter ce qui s’est réellement passé, c’est-à-dire l’adoption de la loi anti-démocratique. Pourquoi ces accords ont-ils échoué ? Parce qu’à la dernière minute, Levin et Ben Gvir sont entrés dans le bureau de Netanyahu, ont tapé du poing sur la table et menacé de dissoudre le gouvernement », a déclaré Lapid.

Lapid a déclaré qu’il poursuivait ses discussions avec plusieurs membres du Likud afin de les inciter à s’opposer à toute nouvelle législation.

Il a également répété son appel à un gel de 18 mois de la législation visant à remanier le système judiciaire comme condition sine qua non pour que son parti Yesh Atid reprenne les négociations avec la coalition sur la refonte judiciaires.

Yesh Atid et son parti d’opposition, HaMahane HaMamlahti, se sont retirés de la table des négociations qui n’avançaient pas au mois de juin, alléguant que la coalition avait agi de mauvaise foi sur une question connexe : ses efforts pour éviter de constituer et de convoquer la commission qui sélectionne les nouveaux juges, prétendument dans le but d’attendre que la composition du panel puisse être modifiée afin de donner plus d’influence au gouvernement.

Peu après l’adoption, lundi dernier, de la loi interdisant le contrôle judiciaire du « caractère raisonnable » des décisions du cabinet ou des ministres, Netanyahu a ouvert la voie à un compromis jusqu’en novembre, un mois après le retour de la Knesset. Netanyahu a déclaré qu’il espérait parvenir à un large consensus pour son prochain lot de réformes judiciaires.

Dans l’interview, Lapid a également été interrogé sur la possibilité de soutenir un accord de normalisation avec l’Arabie saoudite si cela signifiait soutenir le droit de Ryad à enrichir de l’uranium.

Le vice-ministre de la Défense de l’Arabie saoudite, Khalid ben Salman, et le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, se rencontrant à la Maison Blanche, le 18 mai 2022. (Crédit : Khalid ben Salman/Twitter)

« Aucun Premier ministre israélien, et j’espère que c’est aussi le cas de Netanyahu, ne pourrait accepter une telle chose », a déclaré Lapid, qui a eu des contacts avec les Saoudiens sous la médiation des États-Unis lorsqu’il était Premier ministre l’an dernier.

« Cela va totalement à l’encontre de la stratégie d’Israël, que nous avons défendue toutes ces années (…). Nous n’accepterons pas qu’un pays de la région enrichisse de l’uranium », a déclaré Lapid.

« L’enrichissement d’uranium sur le sol saoudien entraînerait l’ensemble du Moyen-Orient dans une course nucléaire. Israël ne peut pas accepter cela. »

Pour sa part, Netanyahu cherche depuis longtemps ce qui est considéré comme un accord de normalisation insaisissable avec les Saoudiens, le décrivant à plusieurs reprises comme l’une des principales priorités de son nouveau gouvernement, qui pourrait conduire à la fin du conflit israélo-arabe et du conflit israélo-palestinien.

Mais les perspectives d’un accord de normalisation semblent de plus en plus improbables en raison de l’influence des éléments d’extrême-droite au sein du gouvernement de Netanyahu. Selon un article du New York Times publié samedi, citant un fonctionnaire israélien, un accord de normalisation nécessiterait des « concessions significatives » aux Palestiniens qui ont peu de chances d’être approuvées par l’actuelle coalition de la ligne radicale et que Netanyahu pourrait être contraint de chercher à former un gouvernement d’unité.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.