L’armée annonce avoir abattu un drone venu de Gaza mercredi
Rechercher

L’armée annonce avoir abattu un drone venu de Gaza mercredi

L'engin pourrait être un drone israélien capturé par le Hamas en 2018 ; l'incident est survenu alors que le Hezbollah a lancé le même jour un appareil vers Israël

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un drone retrouvé par les soldats israéliens dans le sud d'Israël, qui aurait été lancé par le groupe terroriste du Hamas dans l'espace aérien israélien, le 13 août 2021. (Crédit : Armée israélienne)
Un drone retrouvé par les soldats israéliens dans le sud d'Israël, qui aurait été lancé par le groupe terroriste du Hamas dans l'espace aérien israélien, le 13 août 2021. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a abattu un drone entré dans l’espace aérien de l’État juif depuis la bande de Gaza, en début de semaine. Selon l’armée, l’appareil appartenait au groupe terroriste du Hamas.

Les militaires ont précisé que le drone avait été abattu mercredi, mais que les troupes n’avaient trouvé l’endroit où il s’était écrasé que vendredi.

Aucune information n’a encore filtré sur la manière dont l’armée a abattu le drone. Sur une photographie diffusée par Tsahal, vendredi, le dispositif ne semble pas avoir été endommagé.

Les soldats ont remarqué le drone au moment où il entrait dans l’espace aérien et ils l’ont contrôlé « pendant la totalité de l’incident ».

« L’armée va continuer à agir de manière à prévenir toute violation de la souveraineté de l’État d’Israël », a fait savoir Tsahal.

Ce drone à six rotors semble être un appareil israélien qui serait tombé dans la bande en 2018. Il aurait été utilisé pour disperser d’importantes manifestations à la frontière.

Cet incident transfrontalier est survenu alors que le groupe terroriste du Hezbollah, au Liban, a lancé le même jour un de ses propres drones vers l’espace aérien israélien. L’appareil a été également abattu, a souligné Tsahal.

Israel et le Hamas ont mis en place, ces derniers mois, un cessez-le-feu tendu suite à un conflit majeur qui a duré onze jours, au mois de mai, et qui a fait treize morts – 12 civils et un soldat – du côté israélien.

Pour sa part, le ministre de la Santé dirigé par le Hamas a noté que 250 personnes avaient été tuées à Gaza pendant les combats, et notamment de nombreux civils. Israël, pour sa part, affirme que la majorité des victimes étaient des combattants appartenant aux groupes terroristes de la bande et que certains Gazaouis ont été tués par des roquettes du Hamas.

Ces dernières semaines, le Hamas et les autres groupes terroristes de la bande ont menacé de reprendre les affrontements si l’État juif ne prenait pas d’initiatives en faveur de l’allègement du blocus imposé à l’enclave palestinienne.

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a expliqué qu’Israël n’allègerait le blocus qu’en échange de la libération de deux civils israéliens actuellement détenus à Gaza et de la restitution des dépouilles de deux soldats tombés au combat qui se trouvent actuellement entre les mains du Hamas.

Israël et l’Égypte imposent un blocus sur la bande de Gaza depuis 2007, année où le Hamas a pris le contrôle de l’enclave côtière. Selon les deux pays, ce blocus est nécessaire pour empêcher le groupe terroriste d’obtenir des armes et des matériaux qui lui permettraient de construire des fortifications et des tunnels. La majorité des munitions qui ont été utilisées lors du conflit du mois de mai étaient des armes artisanales et construites dans la bande.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...