L’armée israélienne boucle la Cisjordanie pour Yom Kippour
Rechercher

L’armée israélienne boucle la Cisjordanie pour Yom Kippour

Plus de 3 000 policiers devraient monter la garde à Jérusalem durant les fêtes ; Kippour commence mardi soir et Souccot à partir de dimanche soir

Soldats israéliens sur les lieux d'une attaque au couteau à Hébron, en Cisjordanie, le 17 septembre 2016. Illustration. (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)
Soldats israéliens sur les lieux d'une attaque au couteau à Hébron, en Cisjordanie, le 17 septembre 2016. Illustration. (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)

Les forces israéliennes ont donné un sévère tour de vis en arrêtant des dizaines de Palestiniens après un attentat meurtrier dimanche à Jérusalem qui ravive les craintes d’une nouvelle éruption de violences à l’approche des grandes fêtes juives.

Un terroriste palestinien de Jérusalem Est âgé de 39 ans a tué une retraitée israélienne de 60 ans et un policier de 29 ans à Jérusalem.

Cinq autres personnes ont été blessées avant que l’assaillant, apparemment armé d’un fusil de guerre M16, ne soit abattu.

« Nous savons que nous sommes dans une période où ceux qui soufflent sur les braises du terrorisme et encouragent à la violence essaient de provoquer la confrontation. Tous les citoyens doivent être vigilants, à commencer par les forces de sécurité », a prévenu lundi le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Levana Malihi, 60 ans, à gauche, et le policier Yosef Kirma, 29 ans, ont été tués pendant une attaque terroriste à Jérusalem, le 9 octobre 2016. (Crédit : porte-parole de la police israélienne)
Levana Malihi, 60 ans, à gauche, et le policier Yosef Kirma, 29 ans, ont été tués pendant une attaque terroriste à Jérusalem, le 9 octobre 2016. (Crédit : porte-parole de la police israélienne)

L’armée israélienne a annoncé lundi qu’elle bouclera la Cisjordanie et la bande de Gaza pour Yom Kippour, le jour du Grand Pardon, qui commence mardi soir et se finit mercredi soir.

L’armée a déclaré qu’elle fera des exceptions pour des urgences médicales ou « humanitaires », avec l’accord du coordinateur de l’armée israélienne des activités gouvernementales dans les Territoires (COGAT).

Cette fermeture entrera en vigueur mardi à 12h01 et se prolongera jusqu’à mercredi, 23h59, en fonction de « l’évaluation de la situation », a déclaré l’armée dans un communiqué.

Depuis cette attaque, des dizaines de personnes ont été arrêtées à Jérusalem Est, membres de la famille du terroriste, Palestiniens qui célébraient son geste, et d’autres accusés de jets de pierres et de bouteilles incendiaires sur les forces israéliennes lors de heurts consécutifs à l’attaque.

D’autres Palestiniens ont été arrêtés dans la nuit en Cisjordanie, a indiqué l’armée.

L’armée dit avoir aussi démantelé un atelier de fabrication d’armes.

Les forces israéliennes ont pris les mesures de la maison du terroriste en vue de sa démolition punitive, a dit l’armée.

Un soldat a été légèrement blessé par l’explosion d’un engin artisanal lors de heurts au cours de l’opération, selon elle.

Des soldats israéliens mesurent le domicile d'un terroriste pour préparer la démolition du bâtiment, le 28 novembre 2015. Illustration. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)
Des soldats israéliens mesurent le domicile d’un terroriste pour préparer la démolition du bâtiment, le 28 novembre 2015. Illustration. (Crédit : unité des porte-paroles de l’armée israélienne)

Un contexte délicat

Israël en état d’alerte renforcé avant la fête de Yom Kippour (Grand Pardon) à partir de mardi soir et de Souccot (fête des Cabanes ou des Tabernacles) à partir de dimanche soir.

Ces fêtes juives avaient été en 2015 une période de vives tensions, prélude à une vague de violences toujours en cours.

Les juifs vont alors prier par dizaines de milliers au mur Occidental de la Vieille Ville, au mont du Temple.

Depuis le 1er octobre 2015, les violences ont coûté la vie 36 Israéliens, quatre ressortissants étrangers et plus de 200 Palestiniens. La plupart des Palestiniens tués sont des terroristes ou auteurs présumés d’attaques.

La police a annoncé le déploiement d’unités supplémentaires à Jérusalem et en Israël, particulièrement dans la Vieille Ville et près du mur Occidental. Plus de 3 000 policiers devraient monter la garde à Jérusalem pendant les fêtes.

Le profil du tueur renforce l’inquiétude israélienne que d’autres Palestiniens ne suivent son exemple.

Les forces israéliennes préviennent depuis des mois que les attaques isolées sont difficiles à parer et appelées à se prolonger.

La dernière en date les confronte cependant à une série d’interrogations : comment le terroriste s’est-il procuré un M16, apparemment de l’armée israélienne ? Comment a-t-il échappé aux radars de services réputés à l’étranger pour leur efficacité ? Etait-il bien un individu isolé ?

Avant de passer à l’acte, le terroriste s’était exprimé dans des médias palestiniens. Il a raconté qu’il avait été condamné par la justice israélienne à quatre mois de prison pour avoir agressé un policier en 2013 et qu’il comptait se rendre à la prison dimanche.

Il avait précisé avoir déjà passé un an en prison en 2015 pour ses prises de position au sujet de l’esplanade, être interdit d’accès au lieu saint pendant six mois et avoir été arrêté à cinq reprises au cours des deux semaines écoulées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...