Israël en guerre - Jour 255

Rechercher

L’Australie interdit le salut nazi et l’exhibition de symboles terroristes

Les contrevenants sont passibles d'une peine de douze mois de prison ; le Hamas et l'État islamique font partie des groupes dont les symboles sont interdits face à la hausse des actes antisémites

Une croix gammée peinte à la bombe sur une fresque de  Bondi Beach à Sydney,  en Australie, le 10 février 2019 (Capture d'écran : Twitter)
Une croix gammée peinte à la bombe sur une fresque de Bondi Beach à Sydney, en Australie, le 10 février 2019 (Capture d'écran : Twitter)

La loi interdisant le salut nazi ou l’exhibition ou la vente de symboles associés à des groupes terroristes est entrée en vigueur lundi en Australie, alors que le gouvernement tente de répondre à une recrudescence des incidents antisémites dans un contexte de guerre opposant Israël aux terroristes palestiniens du Hamas à Gaza.

Dorénavant, faire le salut nazi ou exhiber en public une croix gammée ou les deux runes S qui forment l’emblème du groupe paramilitaire Schutzstaffel (SS) deviendront passibles d’une peine maximale de douze mois de prison.

Le vente et la commercialisation de ces symboles sont également interdites.

Le procureur-général Mark Dreyfus a indiqué dans un communiqué que la législation transmettait ainsi un message clair : celui que l’Australie ne tolérerait en aucun cas la glorification de la Shoah ou des actes terroristes.

« C’est la première loi de ce genre et elle garantira que personne, en Australie, ne pourra d’une manière ou d’une autre glorifier ou tirer des profits des actes ou des symboles qui célèbrent les nazis et leur idéologie diabolique », a-t-il commenté.

Dvir Abramovich, directeur du mouvement de défense des droits civils Anti-Defamation Commission, a salué cette nouvelle interdiction, évoquant une journée « historique ».

« C’est ‘Plus jamais ça’ qui vient officiellement et triomphalement de faire son entrée dans la loi », a dit Abramovich, qui avait dirigé la campagne en faveur de cette interdiction.

Le président de la Commission australienne contre la diffamation, Dvir Abramovich. (Crédit : courtoisie)

« Cette loi porte un coup dur à ceux qui, animés d’un antisémitisme vicieux, ont fait une arme de ce geste diabolique et de ce symbole en l’utilisant comme cri de ralliement dans le but de terroriser la communauté », a déclaré Abramovich en évoquant le salut nazi. « Cette loi vient aussi mettre un point final à l’obsession retorse et à la vente perverse d’objets souillés par le sang, d’outils démoniaques du Troisième reich. Elle dit qu’aucun profit ne pourra être réalisé au détriment de la moralité et elle déclare que l’extermination, la déshumanisation de millions de personnes n’a pas de prix et qu’elle ne peut pas être offerte contre de l’argent, même contre l’enchère la plus élevée ».

Présentée au mois de juin et adoptée au mois de septembre, la législation a pris une nouvelle signification dans un contexte de recrudescence de l’antisémitisme et de l’islamophobie dans le sillage de l’attaque meurtrière commise par le Hamas, le 7 octobre, qui a fait 1 200 morts – en particulier des civils – sur le sol israélien. 240 personnes avaient aussi été enlevées et prises en otage dans la bande de Gaza.

En guise de réponse, Israël a lancé une campagne militaire à Gaza qui vise à détruire le Hamas, mettre fin à 16 ans de pouvoir et à libérer les otages.

Des images – qui n’ont pas été vérifiées – montrant un petit groupe d’hommes qui se tenaient aux abords de l’emblématique opéra de Sydney en scandant « Gazez les Juifs » au cours d’un mouvement de protestation pro-palestinien, au mois d’octobre, avaient entraîné l’indignation à l’international et une enquête de la police.

Par ailleurs, la police avait arrêté trois hommes au mois d’octobre qui avaient fait le salut nazi aux abords du musée juif d’Australie. Il y a eu plus d’incidents antisémites au mois d’octobre et au mois de novembre 2023 qu’au cours de la totalité des douze mois précédents, selon l’Executive Council of Australian Jewry.

La nouvelle législation interdit également l’exhibition ou la vente de symboles associés à des organisations terroristes interdites comme l’État islamique, le Hamas ou le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Des exemptions sont en place pour des usages artistiques, éducatifs ou universitaires de tous ces symboles.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.