L’Autriche triple le financement de la sécurité pour la communauté juive locale
Rechercher

L’Autriche triple le financement de la sécurité pour la communauté juive locale

Oskar Deutsch, leader de la communauté, a salué l'octroi d'une subvention annuelle de 4 millions d'euros comme une "étape historique"

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

La police devant une école à Vienne, en Autriche, le 26 février 2020. Photo illustrative. (AP Photo/Roland Zak)
La police devant une école à Vienne, en Autriche, le 26 février 2020. Photo illustrative. (AP Photo/Roland Zak)

Le gouvernement autrichien et la communauté juive du pays ont signé un accord qui prévoit de tripler les fonds fédéraux destinés à sécuriser les institutions juives, a annoncé jeudi le chancelier Sebastian Kurz.

« Les dernières semaines ont montré que nous devons agir ensemble pour protéger la vie juive en Autriche avec encore plus de détermination », a écrit Kurz sur son profil Twitter. « C’est pourquoi, en tant qu’État, nous allons soutenir la communauté juive avec ses coûts de sécurité accrus. »

Selon l’accord, qui sera ancré dans la législation, le gouvernement autrichien versera 4 millions d’euros (16 millions de shekels) à la communauté juive chaque année.

« Avec cette étape historique, le gouvernement autrichien manifeste que la vie juive est une partie naturelle et inséparable de l’Autriche », a écrit Oskar Deutsch, le chef de la communauté juive d’Autriche, dans une lettre envoyée aux membres de la communauté.

Oskar Deutsch (Autorisation)

La communauté a conclu un « accord historique avec le gouvernement fédéral autrichien pour sauvegarder et encourager la vie juive à long terme », a-t-il déclaré.

« Le cœur de cette entreprise est le soutien financier du gouvernement fédéral à la communauté juive, d’un montant de 4 millions d’euros par an. Cela signifie que nous triplons l’aide aux dépenses de sécurité que nous recevons actuellement par le biais d’un accord avec le ministère fédéral de l’Intérieur. »

Actuellement, les dépenses de sécurité de la communauté juive s’élèvent à 3,7 millions d’euros, selon Deutsch.

« La nouvelle aide ne soutiendra pas seulement notre budget de sécurité : la nouvelle loi permettra la consolidation de la communauté juive ; elle sécurisera notre infrastructure et donc les divers services que [la communauté] a à offrir. Cela inclut les écoles, la culture, la jeunesse, les soins, l’aide sociale, les relations publiques, la sécurité et bien d’autres domaines dont nous pouvons être fiers. »

Le fait que les Juifs d’Autriche doivent être protégés par des organismes de sécurité professionnels est une « triste mais nécessaire réalité », a poursuivi Deutsch. « En même temps, l’étroite coopération de notre personnel de sécurité et de notre commission avec les autorités autrichiennes a fait de nous l’une des communautés les plus sûres d’Europe. »

Le Chancelier autrichien Sebastian Kurz lors d’une visite au mémorial de la Shoah de Yad Vashem à Jérusalem, le 10 juin 2018. (Hadas Parush/Flash90)

Kurz est connu comme un fervent défenseur de la communauté juive de son pays et comme l’un des plus fidèles alliés d’Israël en Europe. Entre autres initiatives, il a promu une législation permettant à ceux qui ont été persécutés par le régime nazi et à leurs descendants directs d’obtenir la citoyenneté autrichienne sans avoir à renoncer à leur passeport actuel.

La semaine dernière, un Israélien né à Vienne qui a quitté l’Autriche il y a 76 ans à l’âge de huit ans est devenu le premier Juif à recevoir la citoyenneté autrichienne en vertu de la nouvelle loi.

Ben Zion Lapid, 84 ans, a reçu son passeport officiel à l’ambassade d’Autriche en Israël le 4 septembre, quelques jours après l’entrée en vigueur de la nouvelle loi. Des milliers de Juifs dans le monde entier devraient demander la citoyenneté autrichienne suite à la promulgation de cette loi.

« Je suis à l’automne de ma vie, peu importe qui je suis ou comment je me porte, je veux laisser quelque chose à mes quatre enfants et huit petits-enfants. Vous pouvez désormais aussi devenir Autrichiens, et si jamais vous devez partir d’ici et chercher un refuge, alors vous avez un endroit », a déclaré Lapid à sa famille.

« Pour moi, la boucle est bouclée… Je ne suis pas parti de mon plein gré, j’étais un enfant. Israël est ma maison, bien sûr, mais c’est aussi en quelque sorte un retour à la maison. Parce que je parle toujours allemand et que je m’intéresse à ce qui se passe en Autriche. Et parce que mon frère vit en Autriche », a-t-il déclaré au journal. « Maintenant, je reviens sous le nom de Ben Zion Lapid après 76 ans. »

Lapid a fui l’Autriche avec sa mère en 1946, résidant en Slovénie et en Italie avant de monter à bord d’un bateau de réfugiés faisant cap sur la Palestine mandataire. Les Britanniques ont intercepté le bateau et il a passé neuf mois dans un camp de réfugiés à Chypre, séparé de sa mère, avant d’être introduit clandestinement en Israël. Il a ensuite retrouvé sa mère.

L’agence JTA a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...