Israël en guerre - Jour 255

Rechercher

Le bataillon Netzah Yehuda bientôt visé par des sanctions américaines ?

Les accusations de vigilantisme idéologique et de cruauté justifieraient des mesures contre l'unité qui accueille uniquement des recrues haredi

Illustration : Des soldats du bataillon Netzah Yehuda de l'armée israélienne patrouillant à proximité de la frontière entre Israël et la bande de Gaza, le 20 octobre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Illustration : Des soldats du bataillon Netzah Yehuda de l'armée israélienne patrouillant à proximité de la frontière entre Israël et la bande de Gaza, le 20 octobre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Des informations indiquant que les États-Unis pourraient sanctionner le bataillon du Corps d’Infanterie Netzah Yehuda de l’armée israélienne pour les violations présumées des droits des Palestiniens par ses troupes ont une fois de plus placé cette unité militaire, dont 70 % des soldats sont issus de foyers ultra-orthodoxes – ou haredim – au cœur d’un débat national et d’une controverse internationale.

Les détracteurs de l’unité la décrivent comme une force indisciplinée peuplée de fanatiques religieux de droite enclins à l’autodéfense. Aujourd’hui, disent-ils, le mépris des troupes de Netzah Yehuda pour l’éthique militaire standard met en péril la position internationale d’Israël et ses relations avec son allié le plus important, ce qui risque d’entraver la capacité d’action de Tsahal et de délégitimer encore davantage l’armée israélienne.

Créée il y a 25 ans comme une petite expérience de recrutement d’hommes haredim dans l’armée, l’unité s’est transformée en une force de combat efficace avec des milliers de vétérans, dont beaucoup font encore partie des réserves cruciales de Tsahal. Il s’agit d’une évolution importante dans un pays où l’exemption de la communauté ultra-orthodoxe du service militaire est une source de conflit pour le moins majeure.

Pour les partisans de l’unité, les sanctions américaines apparemment prévues ne sont rien d’autre qu’une tentative de l’administration du président américain Joe Biden d’apaiser l’aile gauche du parti démocrate, qui a cherché à tempérer le soutien de Washington à Israël.

Mais même en Israël, les troupes de Netzah Yehuda sont confrontées à une opposition en raison d’une série d’incidents qui, selon les critiques, démontrent un mépris systémique et idéologique des normes de Tsahal, la plupart d’entre eux concernant des allégations de traitement cruel et illégal de Palestiniens en Cisjordanie, y compris le fait d’avoir laissé mourir un vieil homme américano-palestinien, menotté et les yeux bandés, par une nuit presque glaciale.

Malgré les défauts apparents de Netzah Yehuda, les responsables israéliens ont réagi avec stupeur et consternation à l’idée d’imposer des sanctions à une unité que beaucoup considèrent comme un exemple de réussite en matière d’intégration sociale. Le bras de fer imminent entre Jérusalem et Washington ajoute un nouveau rebondissement à l’histoire d’une unité dont la création même est le fruit d’un schisme idéologique interne polarisant qui effiloche le tissu de la société israélienne.

Le ministre de la Défense Yoav Gallant s’adressant aux troupes du bataillon Netzah Yehuda, à la frontière de Gaza, le 22 avril 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu n’a pas tardé à condamner le projet de sanctionner l’unité, que le secrétaire d’État américain Anthony Blinken aurait décidé de retarder. Quelques heures avant le début de la fête de Pessah, le ministre de la Défense Yoav Gallant est allé encore plus loin en se rendant à la base de l’unité pour lui témoigner son soutien.

« Personne à l’étranger ne va nous enseigner la morale et les normes », avait-il déclaré aux troupes de Netzah Yehuda.

Un « échec moral »

Les détracteurs de Netzah Yehuda affirment qu’en raison de la présence de nombreux soldats religieux issus des implantations de Cisjordanie et d’ailleurs, l’unité constitue essentiellement une enclave du mouvement des résidents d’implantations au sein de Tsahal, opérant en dehors des normes de l’armée et faisant un usage excessif de la force à l’égard des Palestiniens.

Les anciens combattants reconnaissent que l’orientation religieuse de l’unité influence le comportement des troupes de Netzah Yehuda.

Certains aiment se montrer gentils et humains, mais la Torah ordonne que ‘si quelqu’un vient pour te tuer, lève-toi et tue-le en premier’, et c’est ce que nous faisons », a déclaré Raphaël Boublil, un vétéran de 25 ans de la Netzah Yehuda, originaire de Netivot. La citation est tirée du Talmud. Les troupes de Netzah Yehuda « sont religieuses. Elles placent donc la protection de la terre au premier plan. Il n’y a pas de politiquement correct. On y dit ce que l’on pense », a ajouté Boublil, qui a été démobilisé en 2019.

Dans un article publié en février, Yaniv Kubovich, correspondant militaire du journal de gauche Haaretz, a écrit que ses entretiens avec plusieurs officiers anonymes avaient révélé l’existence d’une unité dont les soldats « partent en mission d’autodéfense, font de faux rapports, se livrent de manière répétée à des incidents problématiques et sont principalement motivés par l’idéologie qui leur a été inculquée dans les implantations et les avant-postes ».

Selon Haaretz, en avril 2021, un groupe de soldats de Netzah Yehuda a battu un Palestinien devant sa famille après avoir arrêté la voiture familiale près de l’implantation d’Ofra. Selon l’article, l’homme a fait une crise d’épilepsie à laquelle il a survécu. Aucun des soldats impliqués n’a fait l’objet de mesures disciplinaires, selon l’article, qui affirme que les autorités militaires se montrent indulgentes à l’égard de Netzah Yehuda.

L’incident survenu près d’Ofra, au cours duquel les soldats de Netzah Yehuda ont déclaré qu’ils craignaient que l’homme palestinien ait tenté de les écraser, fait suite à un autre cas survenu en 2018, au cours duquel deux soldats de Netzah auraient affronté d’autres soldats qui avaient placé des résidents d’implantations en garde à vue pour avoir prétendument jeté des pierres sur des Palestiniens. Les troupes de Netzah ont tenté de libérer les résidents d’implantations, selon l’article de Haaretz sur l’incident de 2018.

L’incident le plus grave impliquant Netzah Yehuda s’est produit en 2022, lorsque ses troupes ont été impliquées dans la mort d’un Palestinien de 78 ans, Omar Asad, décédé d’un arrêt cardiaque après que les soldats du bataillon l’eurent ligoté et laissé avec d’autres détenus sur un chantier de construction près de Ramallah par une froide nuit de janvier. Asad était un citoyen américain, ce qui a contribué à attirer l’attention des États-Unis sur cette tragédie et sur Netzah Yehuda.

Dans le cadre d’une enquête interne de l’armée sur la mort d’Asad, Tsahal a déclaré que les soldats impliqués s’étaient rendus coupables d’une « défaillance morale » et avaient fait preuve « d’obtusité et de mauvaises prises de décision ».

Deux officiers ont été relevés de leurs fonctions de commandement et le commandant du bataillon a été formellement réprimandé pour l’incident.

Selon Yossi Levi, major (Rés.) et vétéran de la Netzah, qui dirige l’association Netzah Yehuda, qui collecte des dons pour l’unité et s’occupe de ses relations publiques, la longue liste d’incidents problématiques de l’unité est simplement le résultat de son déploiement prolongé en Cisjordanie, où elle est contrainte à des confrontations régulières avec les Palestiniens.

Yossi Levi, PDG de l’association Netzah Yehuda, assistant à une réunion à la Knesset, à Jérusalem, le 21 février 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Contrairement à d’autres unités, qui se déplacent régulièrement vers différentes frontières, Netzah Yehuda a été exclusivement déployée en Cisjordanie depuis sa création en 1999 – sous le nom de Nahal Haredi – jusqu’à la fin de l’année 2022, date à laquelle elle a été transférée sur le plateau du Golan. Comme la plupart des unités de combat de Tsahal, les troupes de Netzah ont également été déployées à Gaza et le long de la frontière de Gaza après le 7 octobre.

« Examinés proportionnellement, il n’y a rien d’inhabituel dans le nombre d’incidents problématiques impliquant Netzah Yehuda. Chaque unité va connaître de telles défaillances. Nous ne sommes ni meilleurs ni pires », a déclaré Levi, qualifiant les allégations contre l’unité « d’injustes ».

S’adressant au Times of Israel lors de sa première interview avec les médias depuis l’apparition de la question des sanctions, Levi a également qualifié de « défaillance morale » la manière dont les troupes de Netzah ont traité Asad, l’homme palestinien de 78 ans décédé, mais a déclaré que cela n’était pas représentatif de la manière dont le bataillon se comportait habituellement. Il a démenti les informations selon lesquelles l’unité avait été déplacée hors de Cisjordanie pour réduire les frictions avec les Palestiniens, affirmant que le redéploiement avait été effectué en réponse aux demandes répétées des commandants de procéder à des rotations comme pour les autres unités. Il a également nié que l’unité ait un penchant politique, citant la politique de neutralité de l’armée.

« Il n’y a pas de politique dans Netzah. Ce n’est pas une ‘unité de droite’ parce que, heureusement, l’armée ne fait pas de distinction entre la droite et la gauche », a assuré Levi.

Illustration : Des soldats israéliens du bataillon Netzah Yehuda, sur une base militaire, dans le nord de la vallée du Jourdain. (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)

Boublil a déclaré que le bataillon Netzah a toujours fait l’objet d’une surveillance et de mesures disciplinaires lorsque les autorités de l’armée l’ont jugé nécessaire. Malgré cela, a-t-il dit, ils traitent avec fermeté la violence palestinienne, y compris les lanceurs de pierres « qui doivent faire face aux moyens les plus sévères disponibles parce qu’une pierre peut vous tuer ».

Ayant commandé quelque 400 hommes au cours de son service, Boublil a déclaré qu’il les avait dirigés « en sachant que je préférais voir l’un de mes soldats aller en prison plutôt qu’au sol ».

Une armée au sein de l’armée ?

Selon Axios et d’autres publications, le Département d’État américain envisage d’appliquer les Leahy Laws à Netzah Yehuda. Ces lois, qui portent le nom du sénateur du Vermont Patrick Leahy, interdisent toute aide militaire aux individus ou aux unités des forces de sécurité qui ont contrevenu aux droits de l’Homme sans avoir eu à en répondre devant la justice.

Le projet de sanctionner Netzah Yehuda – les articles parlent d’un veto américain sur l’aide étrangère à l’unité et d’une interdiction de toute activité commune – fait partie du projet de l’administration Biden de « distinguer l’État d’Israël, dans ses frontières reconnues et souveraines, de l’État de Judée, avec ses implantations et ses avant-postes anarchiques », a déclaré Barak Ravid, un éminent journaliste d’Axios et de Walla, dans un article d’opinion en hébreu publié dimanche, faisant référence à la Cisjordanie.

Selon l’Associated Press, qui cite une lettre non datée adressée par Blinken au président de la Chambre des représentants des États-Unis, Mike Johnson, les sanctions sont suspendues pendant que les États-Unis examinent d’autres informations, y compris celles fournies par Israël, sur les allégations dont fait l’objet Netzah Yehuda.

Des marginaux en armes

Les étudiants en yeshiva sont généralement exemptés du service militaire, ce qui constitue un point de discorde majeur entre la communauté haredi, où l’on estime que l’étude de la Torah est une forme de service national, et les laïcs qui veulent que les quelque 150 000 étudiants ultra-orthodoxes exemptés aident à supporter le fardeau – surnom du service militaire en Israël – de l’armée.

La Haute Cour a ordonné au gouvernement de présenter un nouveau plan de conscription militaire qui tiendrait compte des exemptions générales accordées aux haredim et jugées illégales par la Cour. Le gouvernement a demandé à de multiples reprises à la Cour de repousser l’échéance. Le gouvernement cherche à obtenir une prolongation jusqu’au 20 mai.

Dans ce contexte, certains considèrent Netzah Yehuda comme un moyen prometteur de sortir de l’impasse – la preuve que les hommes ultra-orthodoxes peuvent effectuer leur service militaire et que l’armée peut répondre aux besoins des soldats religieux. Le ministre de l’Intérieur, Moshe Arbel, qui appartient au parti séfarade haredi Shas, a décrit Netzah Yehuda comme « effectuant un travail sacré et d’une importance capitale » dans une déclaration datant de février (en hébreu). « Votre tâche principale est d’intégrer les haredim dans un service de combat long et significatif en raison du besoin national déclenché par la guerre », a souligné Arbel.

Un grand nombre des recrues de Netzah Yehuda ne font cependant pas partie du courant haredi. Beaucoup sont issus du courant quasi-ultra-orthodoxe connu sous le nom de hardal, ou haredi lite. D’autres viennent de la périphérie des communautés ultra-orthodoxes, où ils risquent d’être ostracisés.

L’unité a été créée à la suite d’une initiative conjointe de l’armée et de rabbins des communautés ultra-orthodoxe, qui cherchaient des solutions pour les jeunes hommes qui avaient abandonné – ou n’étaient pas faits pour – les études à plein temps en yeshiva, le principal cadre du monde haredi pour les jeunes hommes adultes.

Bien que problématique pour des raisons idéologiques chez de nombreux ultra-orthodoxes, le service militaire pour les jeunes ayant abandonné la yeshiva était considéré par de nombreux dirigeants de communautés haredim comme préférable à l’alternative consistant à les faire vivre en marge de la société ultra-orthodoxe, où ils sont relativement exposés aux activités criminelles, à la toxicomanie et à des modes de vie encore plus répugnants pour les haredim que le service militaire.

« Depuis sa création, Netzah Yehuda a été traitée comme une espèce marginale par rapport aux autres unités », a déclaré Levi.

Contrairement à la plupart des unités de Tsahal, qui trouvent leurs soldats dans les bureaux de recrutement centraux, Netzah Yehuda dispose de son propre bureau d’enrôlement. Ses troupes ont des dates de sortie multiples, ce qui peut poser des problèmes pour la tenue des tableaux de rotation des effectifs.

L’unité se distingue également par ses règles religieuses. Celles-ci incluent le temps de prière, un niveau plus strict d’observance de la casheroute et du Shabbat que ce qui est courant dans la plupart des unités de l’armée et une séparation totale entre les sexes sur les bases de Netzah, conformément aux préférences de style de vie de la plupart de ses soldats.

En dehors de l’armée, de nombreux soldats de Netzah sont rejetés par leurs familles extrêmement pieuses, qui appartiennent à des sociétés haredim insulaires où le service militaire est considéré comme immoral.

Nombre d’entre eux sont traités comme des « soldats seuls » – ceux qui n’ont pas de famille dans le pays – aux côtés de jeunes hommes issus de communautés ultra-orthodoxes en dehors d’Israël qui s’enrôlent dans Netzah Yehuda.

En 2012, Dovi Yudkin est revenu de Russie en Israël, où il étudiait pour devenir un shohet spécialisé dans l’abattage casher d’animaux destinés à la consommation. Se sentant déstabilisé, il a rapidement trouvé sa place au sein de l’unité, devenant officier et servant pendant cinq ans avant d’être démobilisé.

« C’était une période de crise pour moi. J’ai décidé que la yeshiva n’était pas faite pour moi. J’ai réalisé que des gens se faisaient tuer pour assurer ma sécurité. J’ai décidé de m’engager. Il m’a fallu un jour pour me décider », a-t-il déclaré au Times of Israel.

Des Juifs ultra-orthodoxes protestant contre l’enrôlement de haredim dans l’armée israélienne, à Jérusalem, le 10 avril 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les parents de Yudkin l’ont d’abord évité, faisant de lui un soldat seul. « Mais peu à peu, ils se sont adoucis », a confié Yudkin.

Finalement, trois de ses frères l’ont suivi dans l’armée. L’un d’eux sert dans Netzah en tant qu’officier, un autre dans l’unité d’élite 8 200 du Corps de Collecte de Renseignements et un troisième dans le Corps d’Infanterie.

Pour Levi, le rôle de Netzah Yehuda en tant que « melting-pot » accentue une injustice qui, selon lui, est infligée à l’unité.

« Certaines des personnes qui manifestent pour que davantage de haredim servent appellent également à la dissolution de Netzah Yehuda, la principale unité pour les ultra-orthodoxes qui veulent servir, en raison de fausses allégations qui concernent en réalité l’identité religieuse de ses troupes », a-t-il déclaré.

« Donc, veuillez m’excuser si je ne suis pas impressionné par cette hypocrisie. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.