Le chef de l’EI “goûtera à la justice”, préviennent les Etats-Unis
Rechercher

Le chef de l’EI “goûtera à la justice”, préviennent les Etats-Unis

“Nous le trouverons et le tuerons comme Ben Laden” dit le chef de la coalition anti-EI ; Washington pourrait accélérer le déploiement de forces spéciales anti-EI en Syrie

Le "Calife" Abou Bakr al-Baghdadi dans une mosquée de Mossoul, en Irak. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Le "Calife" Abou Bakr al-Baghdadi dans une mosquée de Mossoul, en Irak. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Le groupe terroriste Etat islamique (EI) et son chef, Abou Bakr al-Baghdadi, « goûteront à la justice » tout comme le défunt chef d’Al-Qaeda, Oussama Ben Laden, a déclaré vendredi le porte-parole américain de la coalition anti-EI, nommée Opération Résolution Inhérente.

Dans un briefing par conférence téléphonique depuis Bagdad avec les journalistes du Pentagone, Steve Warren a déclaré que les forces de la coalition cherchaient activement les chefs de l’EI, particulièrement al-Baghdadi, et que ses activités militaires avaient sévèrement pénalisé les opérations du groupe terroriste en Irak et en Syrie.

« Il est de plus en plus dur pour le leadership de l’EI de gouverner leur soi-disant califat et ils se recroquevillent avec une capacité diminuée à frapper, se déplacer ou communiquer », a déclaré Warren.

« J’espère qu’al-Baghdadi regarde ces conférences de presse parce que je veux qu’il sache que nous allons le traquer, a déclaré Warren. Nous le trouverons comme nous avons trouvé son mentor [Abu Masab al-]Zarqawi et l’avons tué, comme nous avons trouvé le grand maître du terrorisme, Oussama Ben Laden, [et] nous l’avons tué. »

« Il goûtera à la justice, a prévenu Warren. Je ne sais pas si cette justice ressemblera à un missile Hellfire ou si elle ressemblera à une cellule de prison sombre quelque part mais il affrontera la justice un jour. »

Warren a également déclaré que les forces irakiennes soutenues par la coalition ont lancé une nouvelle offensive près de Mossoul pour reconquérir le territoire pris par l’Etat islamique pendant un blitz militaire à l’été 2014.

La coalition menée par les Etats-Unis contre l’Etat islamique a été lancée en septembre 2015.

Pendant ce temps, Washington penserait à accélérer son déploiement de forces américaines spéciales en Syrie pour combattre l’Etat islamique, a déclaré samedi un officiel américain à Reuters.

L’administration Obama évaluait ce nouveau projet à la lumière des récentes avancées militaires contre le groupe terroriste, selon l’article.

L’officiel américain anonyme a déclaré que le contingent spécial pourrait être beaucoup plus important que les 50 troupes spéciales actuellement déployées dans le pays déchiré par la guerre. Une hausse similaire des troupes a également été envisagée en Irak, selon Reuters.

L’officiel américain cité dans l’article a déclaré que depuis la reprise de la ville stratégique d’al-Shadadi fin février, un nombre croissant de tribus arabes avait proposé de rejoindre la bataille contre l’EI.

« Les forces américaines supplémentaires en Syrie seront principalement assignées à l’établissement de sites où elles entraîneraient des membres de tribus arabes qui se sont portés volontaires pour combattre l’EI », est-il écrit dans l’article de Reuters.

Les troupes américaines, dont le déploiement a été approuvé par le président américain Barack Obama en octobre dernier, ont activement aidé la coalition arabo-kurde qui comprend la principale milice kurde syrienne, les unités de protection du peuple (YPG), des groupes arabes et des chrétiens syriaques.

La coalition a essayé d’empêcher l’EI d’accéder à la frontière syrienne afin de couper son accès principal à la route entre la capitale du soi-disant califat, Rakka, et la ville irakienne de Mossoul, avait expliqué en novembre l’envoyé spécial américain, Brett McGurk.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...