Le frère Schlissel placé en résidence surveillée après un projet d’attaque
Rechercher

Le frère Schlissel placé en résidence surveillée après un projet d’attaque

Un an après le meurtre de Shira Banki par Yishai Schlissel pendant la Gay Pride, Michael Schlissel aurait prévu avec son frère emprisonné de frapper encore

Michael Schlissel, le frère de Yishai Schlissel, après son audience devant la Cour des magistrats de Jérusalem, le 20 juillet 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Michael Schlissel, le frère de Yishai Schlissel, après son audience devant la Cour des magistrats de Jérusalem, le 20 juillet 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le frère d’un extrémiste haredi qui a assassiné une adolescente pendant la Gay Pride 2015 à Jérusalem a été placé en résidence surveillée par la Cour des magistrats de Jérusalem vendredi, après deux jours de détention pour la préparation présumée d’une attaque pendant le défilé de cette année.

La résidence surveillée sera maintenue jusqu’à dimanche, a annoncé la radio militaire.

Michael Schlissel avait été arrêté mercredi car il aurait prévu une attaque pendant la manifestation de jeudi avec son frère, Yishai, qui purge une peine de prison à perpétuité pour avoir tué Shira Banki, 16 ans, et avoir blessé six autres personnes pendant une attaque au couteau pendant la Gay Pride de l’année dernière.

L’attaque avait eu lieu quelques semaines après la sortie de Yishai Schlissel de prison, où il avait purgé une peine de 10 ans pour une attaque au couteau pendant la Gay Pride de Jérusalem en 2005, et avait fait trois blessés.

La police a levé un ordre de silence sur l’arrestation de Michael Schlissel jeudi après-midi. Yishai a été arrêté en prison jeudi matin.

Les frères sont accusés d’avoir conspiré pour mener une attaque pendant la manifestation de cette année, pendant lequel 25 000 personnes ont défilé jeudi en fin d’après-midi, entourées d’une forte sécurité.

Les participants de la Gay Pride à Jérusalem fuient l'homme au couteau, Yishai Schlissel, le 30 juillet 2015. (Crédit : Koby Shotz)
Les participants de la Gay Pride à Jérusalem fuient l’homme au couteau, Yishai Schlissel, le 30 juillet 2015. (Crédit : Koby Shotz)

Selon la police, Yishai Schlissel avait prévu une attaque depuis sa cellule qui aurait été menée par son frère Michael, qui a démenti ces accusations. La mère des Schlissel et quatre autres frères ont été arrêtés puis libérés mercredi, à condition de ne pas se trouver dans la capitale avant vendredi.

« Nous avons perturbé et empêché une tentative de blesser des personnes pendant le défilé », avait déclaré jeudi Yoram Halevi, le chef de la police de Jérusalem. « La marche aura lieu comme prévu. Nous assurerons que le public puisse utiliser sont droit de libre expression et de manifestation dans la démocratie israélienne. »

Des fleurs laissées sur le mémorial de Shira Banki, 16 ans, qui a été assassinée lors d'une attaque au couteau l'année dernière pendant la Gay Pride de Jérusalem. Ces fleurs ont été vues sur les lieux du drame avant le début de la Gay Pride, le 21 juillet 2016 (Crédit : Stuart Winer/Times of Israel)
Des fleurs laissées sur le mémorial de Shira Banki, 16 ans, qui a été assassinée lors d’une attaque au couteau l’année dernière pendant la Gay Pride de Jérusalem. Ces fleurs ont été vues sur les lieux du drame avant le début de la Gay Pride, le 21 juillet 2016 (Crédit : Stuart Winer/Times of Israel)

Le défilé de jeudi a eu lieu avec une sécurité sans précédent. Quelques 2 000 policiers, garde-frontières et officiers en civils étaient déployés pour protéger la manifestation.

Les policiers ont arrêté 30 personnes suspectées d’essayer de perturber l’évènement, a annoncé une porte-parole de la police. Deux d’entre elles étaient en possession de couteau, a déclaré Luba Samri dans un communiqué.

« La police continuera à utiliser une main ferme et à présenter une tolérance zéro envers quiconque essaie de perturber le défiler d’une manière ou d’une autre », a-t-elle ajouté.

La marche se déroulera dans un contexte de controverses sur des déclarations homophobes de figures religieuses importantes liées à l’armée israélienne.

Dans un entretien publié mercredi, Nir Barkat, maire de Jérusalem, a déclaré qu’il ne participerait pas à la parade par respect pour la communauté religieuse de la ville, dont il a dit qu’elle était offensée par la Gay Pride, s’attirant des condamnations de politiciens et d’autres.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...