Le gouvernement confie l’Autorité bédouine au ministère des Affaires sociales
Rechercher

Le gouvernement confie l’Autorité bédouine au ministère des Affaires sociales

Cette décision répond à une demande de Raam après la menace brandie par le parti de ne plus coopérer avec la coalition jusqu'à nouvel ordre ; d'autres accords auraient été conclus

Une vue des maisons de Sawaneen, un village bédouin non-reconnu dans le sud du désert du Negev en Israël, le 8 juin 2021. (Crédit :  HAZEM BADER / AFP)
Une vue des maisons de Sawaneen, un village bédouin non-reconnu dans le sud du désert du Negev en Israël, le 8 juin 2021. (Crédit : HAZEM BADER / AFP)

Les ministres du gouvernement ont voté, dimanche, en faveur d’une motion qui prévoit le transfert de la tutelle de l’Autorité chargée du développement et de l’implantation des Bédouins dans le Negev au ministère des Affaires sociales, suite à une demande émanant du parti Raam. Cette instance était jusqu’à présent placée sous l’autorité du ministère de l’Économie.

Le parti islamiste a annoncé dimanche qu’il mettait un terme à toute coopération parlementaire avec la coalition jusqu’à nouvel ordre – ce qui aurait fait perdre sa majorité, au moins temporairement, à cette dernière et ce à un moment particulièrement critique : en effet, le gouvernement doit absolument rassembler une majorité pour pouvoir adopter un budget de l’État.

Les formations qui constituent la coalition n’ont pas ouvertement, de leur côté, justifié cette initiative.

Les médias ont cité des sources qui ont confié que Raam avait exprimé sa frustration sur la manière dont le gouvernement traite le parti, qui affirme avoir fait un grand nombre de concessions et avoir finalement peu obtenu, en particulier concernant ses demandes sur la délivrance de permis de construire en direction des Bédouins du Negev, qui font partie de son électorat.

« Nous faisons la promotion du gouvernement bien davantage que ce qu’il nous promeut », aurait confié une source, des propos qui ont été repris par le site d’information Walla. « Nous payons un prix pour tous les efforts que nous livrons pour conserver intacte la coalition mais nous ne recevons rien en échange ».

Dimanche soir, les ministres ont voté par téléphone en faveur du projet de loi prévoyant le transfert de l’instance chargée des Bédouins au ministère des Affaires sociales après que le parti islamiste a menacé de ne plus coopérer au parlement si cette décision n’était pas prise avant la fin de la journée, a annoncé la Treizième chaîne.

Un communiqué émis par le bureau du Premier ministre a indiqué que cette initiative n’était que la mise en œuvre des accords de coalition qui ont été conclus. Il est difficile de dire pour le moment si Raam a retiré sa menace proférée à l’encontre du gouvernement en résultat du vote.

Toutefois, Waleed Taha, député de Raam, a fait savoir que des accords avaient été conclus, dimanche, entre la formation et le reste de la coalition.

« Suite à une journée de contacts intenses, nous avons conclu des accords sur la mise en vigueur immédiate des décisions issues de l’accord de coalition de Raam en plus d’autres décisions liées à la communauté arabe », a écrit Taha sur Twitter.

« Dans les prochains jours, nous allons être témoins de décisions majeures sur des questions liées aux communautés arabes », a-t-il ajouté sans toutefois détailler ses propos.

Le nouveau Premier ministre israélien Naftali Bennett (G) discute avec Mansour Abbas, chef du parti islamiste Raam, lors d’une session spéciale de vote pour le nouveau gouvernement à la Knesset, à Jérusalem, le 13 juin 2021. (Crédit : EMMANUEL DUNAND/AFP)

Le parti islamiste serait aussi furieux contre le gouvernement qui a prôné de manière agressive la prolongation d’une loi interdisant aux Palestiniens mariés à un citoyen israélien d’obtenir la citoyenneté – une loi qui a pu être soutenue par certains de ses membres récemment, mais qui n’a pas été finalement adoptée après avoir été rejetée par l’opposition et par un membre rebelle du parti Yamina, la formation du Premier ministre Naftali Bennett.

Le député de Raam, Mazen Ghanaim, a aussi fait savoir que la formation abandonnerait la coalition si l’État juif devait à nouveau frapper la bande de Gaza qui est placée sous le contrôle du Hamas.

« Gaza, le Liban et les lieux saints chrétiens et musulmans [de Jérusalem] sont des lignes rouges », a dit Ghanaim à la station de radio arabophone Makan.

« Il n’y a pas d’histoire d’amour entre Mansour Abbas et le nouveau gouvernement », a continué Ghanaim qui a précisé que si la destinée du gouvernement restait encore indéterminée, il considérait que le Premier ministre Bennett était aussi mauvais que son prédécesseur Benjamin Netanyahu.

L’Autorité bédouine a été établie en 2007 pour aider au développement et à l’implantation de cette communauté dans le Negev, avec notamment l’établissement de quartiers résidentiels sur des terres appartenant à l’État en direction de cette population.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...