Le Hamas menace de « prendre d’assaut la frontière », retour des engins explosifs
Rechercher

Le Hamas menace de « prendre d’assaut la frontière », retour des engins explosifs

De petits incendies ont brûlé les prairies de la forêt de la région d'Eshkol avant que les pompiers ne les éteignent ; des émeutes palestiniennes ont éclaté au nord de Gaza

Un ballon transportant un explosif présumé de la bande de Gaza atterrit dans le sud d'Israël le 19 février 2019. (Crédit : Yediot MeHaShetah)
Un ballon transportant un explosif présumé de la bande de Gaza atterrit dans le sud d'Israël le 19 février 2019. (Crédit : Yediot MeHaShetah)

Fathi Hamad, un haut responsable du Hamas, affirme que si Israël n’applique pas un accord de cessez-le-feu de facto conclu avec le groupe terroriste, les Palestiniens prendront d’assaut la frontière de la bande de Gaza avec l’État juif.

Hamad, connu pour sa rhétorique enflammée, a fait cette déclaration lors d’une manifestation dans la région de la frontière nord entre Israël et Gaza.

« Si l’ennemi ne revient pas à la raison et n’applique pas les accords, nous prendrons d’assaut la frontière », a dit Hamad.

Un ballon transportant un engin incendiaire depuis la bande de Gaza a déclenché au moins un incendie dans le sud d’Israël mardi, le premier incendie criminel de ce type depuis plusieurs mois, selon les autorités.

L’incendie a brûlé des prairies dans une zone boisée à l’extérieur de la localité de Kibbutz Kissufim, dans la région d’Eshkol. Il a été rapidement éteint, selon les services d’incendie et de secours israéliens.

Au départ, le Conseil régional d’Eshkol a déclaré que la cause de l’incendie n’était pas déterminée, mais il a été confirmé par la suite qu’il avait été provoqué par des incendies volontaires provenant de Gaza, a indiqué un porte-parole du service des incendies.

Selon les pompiers, un deuxième incendie qui s’est déclaré dans la région d’Eshkol à peu près au même moment était un incendie contrôlé intentionnel, et non le résultat d’un engin incendiaire palestinien.

En outre, un préservatif rempli d’hélium sur lequel était fixé un dispositif explosif présumé a été trouvé à l’extérieur d’une autre localité dans la région d’Eshkol.

En réponse à l’incendie, le maire d’Eshkol, Gadi Yarkoni, a appelé les Israéliens à interroger les candidats politiques sur la manière dont ils prévoyaient de combattre ces incendies volontaires par voie aérienne.

Les prairies ont brûlé dans un incendie provoqué par un ballon transportant un engin incendiaire lancé de la bande de Gaza au sud d’Israël le 19 février 2019. (Crédit : Services d’incendie et de secours)

« Actuellement, les candidats à la Knesset font des déclarations, tweetent, assistent à des réunions de salon et à des conférences, et vous demandent de voter, j’appelle les électeurs, tous les citoyens de l’Etat d’Israël : Demandez-leur : quelles sont vos propositions pour Gaza et contre le terrorisme des ballons ? » a dit Yarkoni dans un communiqué.

Les attaques par ballons ont eu lieu alors que des dizaines de Palestiniens ont pris part à des émeutes le long de la frontière nord de la bande de Gaza, en face du kibboutz Zikim, a dit l’armée.

Les manifestants ont brûlé des pneus, jeté des pierres sur les soldats et attaqué la clôture de sécurité.

Dans un cas, des émeutiers ont tenté de lancer un engin explosif de l’autre côté de la frontière, mais celui-ci n’a pas réussi à franchir la clôture et a atterri à l’intérieur de Gaza, selon les militaires.

Les soldats israéliens ont riposté avec des gaz lacrymogènes et, dans certains cas, des tirs réels.

Selon le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, 20 personnes ont été blessées lors des affrontements avec les forces israéliennes.

L’émeute frontalière en face de Zikim est la dernière d’une série hebdomadaire de manifestations contre le blocus naval israélo-égyptien de la bande de Gaza.

Lundi soir, des Palestiniens de la bande de Gaza se sont également soulevés le long de la frontière avec Israël, lançant des dizaines d’engins explosifs sur la clôture de sécurité et provoquant apparemment de fausses informations sur une attaque au mortier.

Au moins sept Palestiniens ont été blessés par des coups de feu israéliens, à des degrés divers, lors des affrontements, selon le ministère de la Santé de Gaza dirigé par le Hamas.

Des dizaines d’émeutiers – membres de ce qu’on appelle des « unités de confusion » – ont pris part aux affrontements, à l’est de la ville de Gaza, brûlant des pneus, déclenchant des dizaines d’engins explosifs, utilisant des rayons laser pour les aveugler, et essayant de franchir la clôture de sécurité.

Pendant les affrontements, vers 21 heures, le Conseil régional de Shaar Hanegev, en face de la ville de Gaza, a signalé qu’un obus de mortier avait été tiré depuis la bande de Gaza, touchant un champ inoccupé.

Quelques minutes plus tard, le conseil municipal a retiré sa plainte et l’armée israélienne a confirmé qu’aucun projectile n’avait été tiré.

« Malgré les rapports, aucun projectile n’a été lancé depuis la bande de Gaza sur le territoire israélien », a indiqué Tsahal.

Les « unités de confusion » palestiniennes sont revenues à la frontière de Gaza au début de ce mois après plusieurs mois d’absence d’émeutes le soir, menant des affrontements nocturnes avec les soldats israéliens axés sur la désorientation, les incendies, explosifs et lasers ainsi que sur des tentatives d’infiltration.

Les affrontements nocturnes de lundi sont survenus un jour après qu’un soldat de Tsahal a été légèrement blessé lors d’affrontements le long de la frontière nord de Gaza et deux jours après une attaque qui a légèrement blessé un officier de la police des frontières, a déclaré l’armée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...