Le Hezbollah s’installe au sud de la Syrie, près de la frontière israélienne
Rechercher

Le Hezbollah s’installe au sud de la Syrie, près de la frontière israélienne

Alors que le groupe terroriste chiite devient voisin d'Israël, Tsahal dit se préparer à toutes les éventualités

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Funérailles d'un membre du Hezbollah qui a été tué en combattant aux côtés des forces du gouvernement Assad en Syrie, le 1er mars 2016. (Crédit : Mahmoud Zayyat/AFP)
Funérailles d'un membre du Hezbollah qui a été tué en combattant aux côtés des forces du gouvernement Assad en Syrie, le 1er mars 2016. (Crédit : Mahmoud Zayyat/AFP)

Les combattants du Hezbollah se préparent à se délocaliser vert le sud de la Syrie, à un jet de pierre des frontaliers d’Israël, à hauteur du plateau du Golan, selon les médias iraniens lundi.

« Le Hezbollah a déployé ses forces dans la ville-fantôme de Qouneitra, qui a relié les territoires syriens au Golan occupé », rapportent des sources non citées à l’agence de presse semi-officielle Fars.

Selon ces sources, les combattants du Hezbollah prendront part à une opération « anti-terrorisme » avec l’armée du dirigeant syrien Bachar el Assad afin de combattre les groupes militants situés dans les hauteurs du Golan syrien.

Tsahal n’a pas souhaité s’exprimer en réaction au rapprochement géographique du Hezbollah, mais dit « surveiller de près toutes les frontières d’Israël, y compris au nord et reste prêt, quel que soit le scénario. »

L’armée syrienne, le Front Fateh al-Sham et l’armée Khalid ibn al-Walid mènent une guerre meurtrière au sud de la Syrie, qui empiète occasionnellement sur le territoire israélien, comme mercredi en fin d’après-midi.

Le front salafiste Fateh al-Sham, affilié à Al-Qaïda, est la nouvelle désignation de ce que l’on appelait le front al-Nosra.

Le groupe a changé son nom le 28 juillet, jour où il a été reconnu organisation terroriste par les États-Unis et l’Iran. Le jour suivant, la Russie a également déclaré qu’elle reconnaissait cette organisation comme terroriste, et les Nations Unies les ont imité le jour suivant.

De la même manière, l’armée Khalid ibn al-Walid succède à une organisation terroriste qui opérait dans le Golan syrien récemment: la Brigade des martyrs de Yarmouk.

En mai, la Brigade des martyrs de Yarmouk, affiliée à l’État Islamique, a fusionné avec deux groupes affiliés à l’EI de la région, le mouvement islamiste Muthannna et l’armée du Jihad. Ensemble, ils forment l’armée Khalid ibn al-Walid.

“L’armée syrienne et les combattants du Hezbollah travaillent main dans la main pour mettre fin au militantisme dans le sud de la Syrie, et particulièrement dans le plateau du Golan », expliquent les sources à l’agence Fars.

Les États-Unis et la Russie ont tenté de négocier un accord de paix partiel en Syrie. Cette tentative a échoué bien que les deux parties s’engagent à poursuivre les efforts.

Washington et Moscou soutiennent des parties opposées dans ce conflit qui dure depuis 5 ans, qui a couté la vie à plus de 300 000 personnes et a forcé des millions à fuir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...