Le ministère de la Diaspora observe une augmentation mondiale de l’antisémitisme
Rechercher

Le ministère de la Diaspora observe une augmentation mondiale de l’antisémitisme

Le ministère affirme que le rapport qui a été dévoilé montre des sentiments antisémites croissants au Royaume-Uni, en Allemagne et parmi les migrants d'Europe

L'Hyper-Casher de Créteil, le 9 janvier 2018, adjacent du magasin Promo & Destock, qui a été incendié le 9 janvier 2018, une semaine après que des graffitis antisémites y ont été découverts (Capture d'écran :  AFP PHOTO)
L'Hyper-Casher de Créteil, le 9 janvier 2018, adjacent du magasin Promo & Destock, qui a été incendié le 9 janvier 2018, une semaine après que des graffitis antisémites y ont été découverts (Capture d'écran : AFP PHOTO)

Le ministère des affaires de la Diaspora a annoncé l’existence d’un rapport dimanche qui, selon lui, montre des tendances inquiétantes concernant le sentiment antisémite dans le monde en 2017.

Le rapport lui-même n’a pas été rendu public, et le communiqué de presse émis pour l’annoncer n’a pas divulgué les sources des chiffres avancés par le ministère.

Dans son communiqué, le ministère a souligné une augmentation du nombre d’incidents antisémites au Royaume-Uni et en Allemagne, un fort taux de croyances antisémites parmi les populations migrantes musulmanes en Europe et la puissance croissante de l’extrême-droite en Europe et aux Etats-Unis.

« L’antisémitisme est le carburant dangereux dont se nourrissent nos ennemis depuis des générations. Nous devons nous assurer que chaque Juif dans le monde puisse vivre en sécurité et avec fierté », aurait déclaré le ministre de la Diaspora Naftali Bennett selon le communiqué.

Il aurait ajouté qu' »en 2017, nous avons été témoins d’une forte présence antisémite sur Internet. Une grande partie de ce discours était associée aux changements dans les gouvernements du monde entier, à la crise des réfugiés et à la visibilité de l’antisémitisme sur les réseaux sociaux. Nous devons agir avec tous les moyens disponibles contre l’antisémitisme actuel pour garantir la sécurité des Juifs en Israël et dans la diaspora ».

Selon le ministère, le Royaume-Uni a connu un nombre records d’incidents antisémites, ainsi qu’une hausse de 78 % des agressions physiques contre les Juifs et une augmentation de 30 % des incidents antisémites déclarés.

Une édition allemande de Mein Kampf (Mon Combat) d’Adolf Hitler à la Librairie régionale et centrale de Berlin (Zentrale Landesbibliothek, ZLB), le 7 décembre 2015. (Crédit : Tobias Schwarz/AFP)

L’Allemagne a aussi connu une augmentation de l’antisémitisme, « particulièrement au vu de l’ascension au pouvoir de l’extrême-droite et de la crise des réfugiés ». Une édition critique de « Mein Kampf » est devenue un best-seller, a noté le ministère.

« La population des réfugiés [en Europe] est en train de devenir un facteur de risque pour les communautés juives », a dit le rapport. « Plus de 50 % des réfugiés en Europe occidentales ont des points de vue et des opinions antisémites », a-t-il dénoncé.

Les risques pour les Juifs du côté de l’extrême-droite sont également en hausse et ils ont même « atteint leur apogée lors de la marche de Charlottesville » l’année dernière, a dit le ministère, tandis que le discours antisémite connaît « une croissance continue » dans la gauche radicale.

Il a noté que les incidents antisémites ont été multipliés par deux en 2017, « avec notamment des dizaines d’actes de vandalisme contre des mémorials, des musées et des synagogues.”

Il a également cité une enquête réalisée par Pew dans 18 pays européens qui avait révélé que 20 % des Européens ne voulaient pas à accepter des Juifs dans leurs pays. Selon l’enquête, 30 % des Européens ne voulaient pas non plus de Juifs comme voisins, tandis que 22 % des Roumains et 18 % des Polonais étaient favorables à la révocation de la citoyenneté pour les Juifs locaux.

Ce rapport précède de quelques jours de la Journée internationale de commémoration de l’Holocauste, le 27 janvier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...