Le musée d’Israël rend des artéfacts indigènes à l’Australie
Rechercher

Le musée d’Israël rend des artéfacts indigènes à l’Australie

Le musée et l'Institut aborigène collaborent sur la restitution de 1 800 objets, notamment des outils en pierre et des meules à aiguiser, qui avaient été données vers 1970

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Des artéfacts aborigènes d'une collection du musée d'Israël qui ont été restitués à l'Australie dans le cadre de la recherche aborigène, une initiative qui avait commencé en 2019. (Autorisation : Musée d'Israël)
Des artéfacts aborigènes d'une collection du musée d'Israël qui ont été restitués à l'Australie dans le cadre de la recherche aborigène, une initiative qui avait commencé en 2019. (Autorisation : Musée d'Israël)

Une collection de plus de 1 800 artéfacts en pierre a été rendue à l’Australie par le musée d’Israël dans le cadre d’initiatives en cours visant à rendre hommage au patrimoine aborigène et à celui des insulaires du détroit de Torres.

Le transfert de ces artéfacts – outils en pierre, meules à aiguiser et autres objets petits ou plus grands – est le tout premier depuis le Moyen-Orient dans le cadre du programme de Retour du patrimoine culturel initié par l’Institut israélien d’études des insulaires aborigènes du détroit de Torres (AIATSIS).

Cette collection avait été offerte au musée d’Israël par Carl Shipman, Juif allemand qui avait fui les nazis et qui s’était installé en Australie, dans les années 1970. Il était fasciné par la culture aborigène et avait collectionné de nombreux objets provenant de différentes communautés pendant toute sa vie.

« Nous sommes toujours très heureux quand quelque chose revient ici. C’est particulièrement spécial pour nous », a déclaré Craig Ritchie, haut-responsable au sein de l’AIATSIS, au cours d’un entretien accordé à ABC Radio Canberra.

La demande de rapatriement des artefacts en Australie a été acceptée par le musée d’Israël « avec ouverture et une réponse positive immédiate », a ajouté Ritchie.

Des artéfacts aborigènes d’une collection du musée d’Israël qui ont été restitués à l’Australie dans le cadre de la recherche aborigène, une initiative qui avait commencé en 2019. (Autorisation : Musée d’Israël)

L’effort de coopération entre le musée et l’Institut avait commencé en 2019 avec une visite au musée des délégués de la communauté aborigène, qui avait été suivie par des recherches conjointes, commente pour sa part Ido Bruno, directeur du musée d’Israël.

Cette collaboration avait entraîné la décision de rendre la collection, une décision qui avait été aussi approuvée par les descendants de Shipman, ajoute-t-il.

Le rapatriement de ces artefacts en pierre a été une initiative importante dans la reconnaissance du fait que les populations aborigènes et insulaires du détroit de Torres voulaient le retour des objets du quotidien qui étaient utilisés par leurs ancêtres, dit Michael Ramalli, responsable au sein de l’Institut.

« Ce ne sont pas seulement des objets de cérémonie ou les artéfacts les plus significatifs au niveau spirituel qui importent ; tous ont un sens pour les communautés aborigènes et insulaires du détroit de Torres », note Ramalli.

L’Institut australien travaille avec plusieurs communautés indigènes à trouver comment prendre en charge les artefacts qui ont été restitués. Pour le moment, la collection sera accueillie à l’Institut et divisée en plusieurs sous-collections.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...