Le nouveau satellite espion israélien déclaré opérationnel
Rechercher

Le nouveau satellite espion israélien déclaré opérationnel

Trois mois après le lancement, le contrôle du satellite de reconnaissance de pointe est transféré du ministère de la Défense à l'armée

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un rendu numérique du satellite de reconnaissance israélien Ofek-16 en orbite autour de la Terre, publié le 14 juillet 2020. (Ministère de la Défense)
Un rendu numérique du satellite de reconnaissance israélien Ofek-16 en orbite autour de la Terre, publié le 14 juillet 2020. (Ministère de la Défense)

Le tout nouveau satellite espion israélien a été déclaré opérationnel dimanche, trois mois après son lancement en orbite depuis le centre d’Israël, a déclaré le ministère de la Défense.

Le contrôle du satellite électro-optique Ofek-16 a été transféré du ministère à l’unité d’intelligence visuelle 9900 des forces de défense israéliennes, chargée de son opération à l’avenir.

« Trois mois après son lancement réussi dans l’espace, et suite à un processus de vérification rigoureux et préplanifié, l’administration spatiale de la Direction de la recherche et du développement du ministère de la Défense et les industries aérospatiales israéliennes ont achevé aujourd’hui les préparatifs du satellite de reconnaissance Ofek-16 pour une utilisation opérationnelle dans l’espace », a déclaré le ministère de la Défense.

Le satellite de reconnaissance a été lancé dans l’espace le 6 juillet à l’aide d’un lanceur Shavit qui a décollé d’un pas de tir de la base aérienne de Palmachim, dans le centre d’Israël. Au cours des trois mois qui ont suivi, les ingénieurs du ministère de la Défense, l’armée et divers entrepreneurs de la défense ont travaillé pour s’assurer qu’il fonctionnait correctement. Fin août, le ministère a publié des photos prises par le satellite montrant d’anciennes ruines dans la ville de Palmyre, dans le centre de la Syrie.

Photographie de l’amphithéâtre romain de Palmyre, en Syrie, prise par le satellite espion israélien Ofek 16, publiée par le ministère de la Défense, le 24 août 2020. (Ministère de la Défense)

Selon les responsables israéliens, l’Ofek-16 a des capacités légèrement plus puissantes que son prédécesseur, l’Ofek-11, mis en orbite en 2018.

L’Ofek-16 a été remis à l’unité 9900 de l’armée lors d’une petite cérémonie en accord avec les restrictions sur le coronavirus, a déclaré le ministère de la défense.

De gauche à droite, le chef de l’Administration de l’espace et des satellites du ministère de la Défense, Amnon Harrari ; le commandant de l’unité 9900 du renseignement militaire ; le vice-président exécutif des industries aérospatiales israéliennes, Boaz Levy ; le directeur de la division spatiale de l’IAI, Shlomi Sudri ; et un autre commandant de l’unité 9900, lors d’une cérémonie marquant la remise du satellite Ofek-16, le 4 octobre 2020. (Alex Poli/IAI)

La caméra du satellite a été développée dans le cadre d’un projet conjoint entre le service du ministère, et l’entreprise de défense Elbit Systems.

Selon le ministère de la Défense, la caméra « est d’une qualité bien supérieure, avec des rapports capacité/poids qui sont meilleurs que tout ce qui existe sur le marché ».

Le satellite lui-même a été fabriqué par IAI, et le missile lanceur a été produit par la société Rafael Advanced Defense Systems.

Israël est l’un des rares pays au monde à exploiter des satellites de reconnaissance, ce qui lui donne des capacités avancées de collecte de renseignements. En avril, ce cadre comprenait l’Iran, qui a lancé avec succès un satellite espion en orbite après des années de tentatives infructueuses.

Israël a lancé son premier satellite, Ofek-1, dans l’espace en 1988, dont les images ont été diffusées par le ministère de la Défense en 2018. Ce n’est que sept ans plus tard, en 1995, qu’Israël a lancé dans l’espace un satellite de reconnaissance capable de photographier la Terre.

« Notre réseau de satellites nous permet de surveiller l’ensemble du Moyen-Orient – et même un peu au-delà », a déclaré Shlomi Sudari, le chef du programme spatial des Industries aéronautiques israéliennes, après le lancement d’Ofek-16 en juillet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...