Le panneau de la localité du Golan nommée Ramat Trump endommagé
Rechercher

Le panneau de la localité du Golan nommée Ramat Trump endommagé

La quasi-totalité des lettres du panneau marquant l'entrée de la communauté, encore inhabitée, ont été arrachées

Un panneau à la communauté appelée en hommage au président américain Donald Trump dans le village de Kela Alon sur le plateau du Golan, le 7 novembre 2019. 
(David Cohen/Flash90)
Un panneau à la communauté appelée en hommage au président américain Donald Trump dans le village de Kela Alon sur le plateau du Golan, le 7 novembre 2019. (David Cohen/Flash90)

Le panneau géant de la communauté nommée en l’honneur du président américain Donald Trump, sur le plateau du Golan, a été endommagé. La quasi-totalité des lettres ont été arrachées.

L’an dernier, Israël a décidé de nommer une localité du plateau du Golan en l’honneur de Trump en signe de reconnaissance pour sa décision de reconnaître la souveraineté israélienne sur ce territoire, capturé à la Syrie en 1967, pendant la guerre des Six jours.

La communauté, nommée Ramat Trump, ou « colline Trump », a été inaugurée lors d’une cérémonie en juin dernier, en présence du Premier ministre Benjamin Netanyahu et de l’ambassadeur américain en Israël David Friedman, devant un immense panneau, à l’entrée d’un terrain vague.

Mais jeudi, le journaliste du radiodiffuseur Kan a publié une photo sur les réseaux sociaux dans laquelle on pouvait voir le panneau gravement endommagé. Toutes les lettres en anglais avaient disparu, ainsi que la quasi-totalité des lettres en hébreu.

Hammerschlag a suggéré que des vandales avaient saccagé le panneau, mais d’autres internautes ont indiqué que les lettres ont pu tomber en raison des vents et des pluies de ces derniers jours.

Un internat pour jeunes à risque a ouvert en novembre à Ramat Trump.

Une vingtaine de familles devraient y emménager durant l’été 2020, selon une information du site nationaliste-religieux Srugim. Il s’agit de familles juives pratiquantes et de nouveaux résidents laïcs. Il n’a pas été indiqué si la crise du coronavirus avait affecté ces projets.

Ramat Trump, qui a été ouverte alors qu’elle était encore inhabitée et peu construite, est la seconde localité à porter le nom d’un président américain, après Kfar Truman, un moshav dans le centre d’Israël.

Le JTA a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...