Rechercher

Le principal cimetière juif d’Istanbul profané, 5 ados interpellés

"81 pierres tombales ont été détruites," selon le gouverneur d'Istanbul

36 tombes profanées dans le plus grand cimetière juif d'Istanbul, le 15 juillet 2022. (Crédit : Twitter)
36 tombes profanées dans le plus grand cimetière juif d'Istanbul, le 15 juillet 2022. (Crédit : Twitter)

Des dizaines de tombes ont été profanées de nuit dans le plus grand cimetière juif d’Istanbul, en partie abandonné, et cinq adolescents interpellés, ont annoncé vendredi les autorités.

Selon le gouverneur d’Istanbul « 81 pierres tombales ont été détruites ».

Dans un communiqué, le bureau du gouverneur précise que « cinq adolescents âgés de 11 à 13 ans ont été interpellés pour ces actes de vandalisme ».

« Les suspects ont été appréhendés et l’enquête se poursuit. Nous présentons nos meilleurs voeux aux citoyens juifs », ajoute-t-il.

Les responsables de la communauté avaient initialement annoncé que 36 tombes avaient été visitées « vers minuit ».

« Notre cimetière d’Hasköy sur la Corne d’Or a été visité à minuit et 36 de nos pierres tombales ont été détruites » indiquaient-ils sur le compte Twitter de la communauté, en présentant plusieurs clichés des destructions.

« L’affaire été transmise aux autorités compétentes avec toutes les photos et enregistrements vidéo et nous attendons que les auteurs de ce vandalisme soient arrêtés au plus vite », ajoutaient-ils.

Le ministre de l’Intérieur Soüleyman Soylu avait aussitôt « condamné l’agression odieuse du cimetière d’HasKöy » via Twitter.

« Deux des auteurs ont été arrêtés par la police et l’enquête se poursuit », précisait-il en prévenant que « ceux qui tentent de perturber notre unité et solidarité par de telles provocations n’auront jamais droit de cité ».

Le cimetière juif d’Hasköy, le plus grand de Turquie et d’Istanbul, accueille la grande majorité des quelque 15 000 Juifs turcs, contre 200 000 au début du 20e siècle.

Des tensions récurrentes entre Ankara et Tel Aviv, accompagnées d’une montée de l’antisémitisme, ainsi que les attentats meurtriers contre les synagogues d’Istanbul – le dernier, en 2003, avait fait 30 morts – ont contribué à renforcer ce repli.

Mais récemment les relations diplomatiques se sont nettement réchauffées entre les deux capitales.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...