Le Qatar va aider Gaza cette année encore, selon un responsable du Hamas
Rechercher

Le Qatar va aider Gaza cette année encore, selon un responsable du Hamas

Mousa Abu Marzouk a dit que l'envoyé qatari al-Emadi reviendra dans la bande d'ici la fin du mois, ajoutant que l'aide aux familles pauvres sera de 30 millions de dollars mensuels

Des Palestiniens reçoivent une aide financière du Qatar dans un bureau de poste de la ville de Gaza, le 20 juin 2019. (Abed Rahim Khatib/Flash90)
Des Palestiniens reçoivent une aide financière du Qatar dans un bureau de poste de la ville de Gaza, le 20 juin 2019. (Abed Rahim Khatib/Flash90)

Le haut-responsable du groupe terroriste palestinien du Hamas, Moussa Abu Marzouk, a annoncé mardi que le Qatar continuerait à fournir de l’aide humanitaire à la bande de Gaza cette année encore.

« L’émir de l’Etat du Qatar, Sheikh Tamim bin Hamad Al Thani, nous a informés du renouvellement des dons du Qatar pour une année entière plutôt que pour six mois seulement », a dit Abu Marzouk dans un communiqué transmis par les médias du Hamas.

Ce soutien qatari devait initialement expirer au mois de mars dernier, même si les autorités de l’émirat avaient indiqué qu’elles prolongeraient leur aide financière.

Abu Marzouk a expliqué que le Qatar fournira 30 millions de dollars dans le cadre de ses allocations mensuelles versées aux familles défavorisées de l’enclave côtière. En 2019, 150 millions de dollars en subventions sur les carburants avaient été aussi mis à disposition des habitants de la bande de Gaza, un territoire qui souffre de pannes d’électricité chroniques.

Avec l’approbation d’Israël, le Qatar fournit périodiquement, depuis 2018, des millions de dollars en liquidités aux gouvernants du Hamas pour payer le carburant nécessaire pour faire fonctionner la seule centrale électrique de l’enclave côtière, pour permettre au groupe de payer ses fonctionnaires et pour venir en aide à des dizaines de milliers de familles défavorisées.

Des membres des forces de sécurité palestiniennes imposent un bouclage suite à la propagation du coronavirus à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 18 décembre 2020. (Abed Rahim Khatib/Flash90)

Le Hamas, une organisation terroriste qui cherche à détruire Israël, gouverne l’enclave côtière depuis 2007, après en avoir pris le contrôle qui se trouvait alors entre les mains de son rival, le Fatah, à l’issue d’un coup d’Etat sanglant. Depuis la prise du pouvoir du Hamas, l’Etat juif et l’Egypte imposent des restrictions sécuritaires strictes sur la bande.

L’Etat juif affirme que ce blocage est nécessaire pour empêcher le Hamas d’acquérir des armements meurtriers massifs.

Les demandes portant sur le renouvellement de l’aide qatarie auraient été au cœur de plusieurs séries d’escalades des tensions entre Israël et le Hamas, le groupe terroriste espérant que l’Etat juif saurait exercer des pressions sur Doha pour que cette enveloppe envoyée à la bande soit revue à la hausse.

Si Israël n’entretient pas de relations officielles avec le Qatar – un Etat qui serait étroitement en contact avec l’Iran et le Hezbollah – les responsables israéliens soutiennent, dans l’ombre, le maintien de l’aide qatarie de manière à soulager la crise humanitaire qui sévit dans l’enclave côtière.

L’envoyé qatari dans la bande de Gaza, Mohammed al-Emadi, s’exprime lors d’un entretien dans son bureau de l’AFP à Gaza City, le 24 août 2019. (Mahmud Hams/ AFP)

Selon Abu Marzouk, l’envoyé qatari Mohammad al-Emadi reviendra à Gaza à la fin du mois dans le cadre du renouvellement des aides.

Al-Emadi, qui conserve des contacts avec le Hamas, l’Autorité palestinienne et Israël, s’est rendu à plusieurs reprises dans la bande pour y rencontrer de hautes personnalités du Hamas. Al-Emadi a souvent joué le rôle d’intermédiaire entre le groupe terroriste et l’Etat juif aux moments marqués par des tensions accrues entre les deux parties.

Le Qatar a accueilli de nombreux responsables du Hamas dans sa capitale, Doha, et notamment le chef terroriste Ismail Haniyeh et son ancien dirigeant Khaled Mashaal.

Haniyeh a rencontré le numéro un du Jihad islamique, Ziyad al-Nakhaleh, dimanche soir à Doha, pour « discuter de la remise en place de l’unité palestinienne », ont fait savoir les deux organisations dans un communiqué conjoint.

« Les deux parties se sont accordées sur la nécessité de restaurer l’unité palestinienne dans le but de réfléchir à une stratégie nationale unifiée basée sur la résistance totale », ont continué les groupes terroristes, remerciant par ailleurs le Qatar pour avoir facilité leur rencontre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...